André Jubelin

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

André Jubelin

Messagepar titi » Sam 30 AoĂ» 2014 18:37

Service actif :
Guerre :
Victoires aériennes homologuées:
Missions de combat:
Appartenance:
Avions :
Grade le plus élevé :
MĂ©dailles :



Surpris par l’armistice à Saigon où il était l'officier canonnier du Croiseur Lamotte-Picquet, Jubelin décide de continuer la lutte. Pour ce faire, il s’évade de Saïgon le 4 novembre 1940 à bord d’un minuscule avion biplan d'aéro-club en compagnie de deux camarades, et traverse en dix heures de vol d’affilée le Golfe du Siam pour atterrir en Malaisie.

L'exploit parait si invraisemblable par ses caractéristiques (pour ravitailler l’avion en vol, les évadés doivent passer à travers un trou du plafond, ramper sur le fuselage d’un avion volant à pleine vitesse pour atteindre le réservoir situé sur l’aile) qu’il est d’abord pris par un espion par les Anglais à Singapour.

Il parvient finalement à embarquer sur un navire en direction de Londres à la mi-décembre, non sans avoir pris soin auparavant d’avoir fait emballer et réexpédier par politesse le biplan à l’aéroclub de Saïgon par le premier bateau, et il débarque en Angleterre le 4 février 1941 où il s'engage dans les Forces navales françaises libres.

Désigné pour commander par intérim le cuirassé Courbet amarré et envasé à Portsmouth, utilisé comme dépôt car hors d’état de naviguer, il préside à son désarmement non sans essuyer de nombreuses attaques des raids aériens se dirigeant vers Londres, mais sans toutefois être jamais touché.

Nommé commandant en mai 1941 de la Première escadrille d’aéronavale française, qui en est encore à l’état conceptuel, il suit le cours de la Royal Air Force auquel il obtient des notes exceptionnelles, et tente de convaincre les états-majors anglais et français de former une escadrille de chasse (soit la plus petite unité aéronavale existante) exclusivement française.

Il suit donc le cours de pilote de chasse et reçoit l’honneur de porter les armes de la Fleet Air Arm à titre exceptionnel en juin 1941. Il est assigné au squadron 118 à la base d’Ibsley, dans le Hampshire. Il conçoit alors le projet de voler jusqu’à Paris pour y larguer un drapeau français sur l’Arc de triomphe, mais l’idée est reprise par l’état-major de la RAF et exécutée avant lui par un pilote anglais.

Puis il est muté au squadron one du onzième groupe, prestigieuse escadrille de chasse de nuit, où il se trouve être le seul pilote français et le plus âgé. Il y restera jusqu’en août 1942, cumulant au total 72 missions et 4 victoires officielles.

En août 1942 il prend le commandement de l’aviso Savorgnan-de-Brazza, qui le mène à patrouiller dans l’océan Indien, et qui cumulera sous son commandement 27 convois, et ajoutera à son tableau de chasse 2 quadrimoteurs allemands Föcke Wolf, un sous-marin allemand et un japonais.

Affecté en 1944 au Cabinet du Ministre de la Marine Louis Jacquinot, il s'y fait l'apôtre de l'unité de la Marine. Il assistera notamment à la prise de Rome aux côtés de l’amiral Lemonnier, et sera chargé de pénétrer dans les ports du Nord en liaison avec la 1re armée canadienne pour y instaurer une autorité maritime.

En avri1 1945 le Capitaine de Frégate Jubelin prend le commandement du croiseur léger le Triomphant, premier bâtiment de guerre français à accoster à Saïgon le 3 octobre 1945. Après des opérations sur les côtes d'Annam, il est en pointe du débarquement à Haiphong le 3 mars 1946. Deux heures durant, le Triomphant essuie le feu à bout portant des Chinois avant de recevoir enfin l'autorisation de riposter, réglant alors rapidement l’affaire.

Il commandera l'Arromanches et terminera sa carrière comme Amiral en 1967...
titi
Quartier-maître
Quartier-maître
 
Messages: 2
Inscription: Sam 30 AoĂ» 2014 16:45

Re: André Jubelin

Messagepar vigi » Dim 31 AoĂ» 2014 10:20

Bonjour titi et bienvenu sur AĂ©ro & PA. ;)

Quelle histoire, quelle vie !
Le moins que l'on puisse dire c'est qu'André Jubelin aura tout fait dans la Marine et la bonne en plus, celle FFL.
Bravo et merci de rappeler ces faits d'armes, qu'a titre personnel j'ignorais totalement.

Histoire de deviser un peu et, au risque de me répéter sur ce forum, cette histoire d'un officier d'Indochine me conforte dans l'idée que la France Libre de Juin 40, était une inconnue que pour ceux qui ne voulait pas l'entendre, se confortant dans la complaisante attitude de Vichy.

Titi, je me permet de modifier un peu l'entête de ton texte pour qu'il soit sous le format des autres fiches des pilotes de légendes, en espérant que tu pourras la compléter. :)
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5336
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: André Jubelin

Messagepar titi » Dim 31 AoĂ» 2014 18:26

Une partie particulièrement intéressante est son appartenance au "n° 1 Squadron" basé à Redhill sur Hurricane Mk II C...
Au programme de toutes leurs nuits de missions...
Les avions partaient en solo de nuit en TBA chasser les bombardiers Allemands rentrant de mission (avant l'atterrissage) dans toute la partie Ouest de la France (jusqu'en région parisienne). Le retour était systématiquement accompagné de fusées éclairantes et de tirs nourris de la DCA et l'arrivée bien-sur short petrol après une traversée retour de la Manche.

L'Amiral Jubelin a raconté ses aventures dans un livre: "Marin de métier, Pilote de fortune".
titi
Quartier-maître
Quartier-maître
 
Messages: 2
Inscription: Sam 30 AoĂ» 2014 16:45


Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité