Gregory Boyington

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Gregory Boyington

Messagepar Connie » Jeu 28 FĂ©v 2013 21:02

Image

26 victoires aériennes
Medal of Honor Ă  titre posthume de son vivant (*)
Navy Cross

Boyington d’origine Sioux est né le 4 décembre 1912 à Cœur d’Alène dans l’Idaho et meurt le 11 janvier 1988 à 75 ans.

Après avoir décroché un diplôme d’ingénierie aéronautique en 1934, il travaille pour Boeing, puis intègre le corps des Marines, pour être breveté pilote militaire en 1937.

Après sa nomination en tant qu’instructeur pilote sur chasseur en 1940, il quitte son poste de Pensacola en septembre 1941 pour rejoindre, en Chine, l’American Volunteer Group (AVG) du Général Chennault, dont deux équipes étaient déjà en place, Boyington ferait parti de la troisième et dernière.

Arrivé mi-novembre 1941 en bateau à Rangoon il prend le train avec son équipe pour le centre de la Birmanie à Toungoo, ou il est accueilli par des membres du groupe arrivés en mai et juin 1941.
Il fait la connaissance de son futur chef, Claire Lee Chennault envoyé par l’Army Air Corps en tant que capitaine en retraite, officiellement du fait d’une mauvaise audition, mais officieusement de désaccords avec ses supérieurs.

S’en suivit six mois d’inaction, pendant ce temps-là Boyington apprend à voler sur les P-40 empruntés aux anglais et équipés sur place de mitrailleuses, de réservoirs auto-obturant, et d’une plaque de blindage derrière le siège du pilote. Pas simple à piloter, ce qui valut un certain nombre d’appareils à la casse, mais c’était le seul moyen pour avoir des pièces de rechange.
Il y avait 3 escadrons de 20 avions, « Adam et Eve », « Panda Bears », et les Hells Angels », Boyington faisait partie du premier.
Pearl Harbor est attaqué, Chennault décide de mettre sa petite armée en sécurité et les envoie à Kumming en Chine, le but premier étant d’aider les Chinois, pas les Birmans !
Dans ce déplacement, trois avions Custiss s’écrasent en montagne laissant la vie de deux pilotes.
Après un début de mois de décembre sans action, les Anglais basés à Rangoon demandent l’aide des AVG, ayant subi la perte de leur Brewster par une attaque des japonnais, c’est l’escadron des » Hells Angels » qui est désigné par Chennault, au grand désespoir de Boyington, mais ceux-ci sont attaqués le jour de Noel 1941 et bien qu’ils aient abattu 26 des 120 avions japonais, ils demandent du renfort.
Chennault envoie les « Panda Bears » et quinze jours plus tard « Adam et Eve « part pour aider ces derniers, enfin !

L’escadron de chasse est divisé en deux groupes, histoire de ne pas mettre les œufs dans le même panier, Boyington a la charge du deuxième groupe, il doit partir 20 minutes après de premier pour arriver juste avant le coucher du soleil à Rangoon, et c’est sans difficultés qu’ils atterrissent sur le terrain de Mingaladon près de Rangoon le 2 février 1942.

Après quelques jours plutôt calmes l’alerte est donnée car le radar de la RAF a détecté une « cible ».
A bord de leur P-40, la formation de dix appareils décolle de Mingaldon, aucun n’a vraiment d’expérience du combat aérien et ils suivent aveuglément le leader.
Dans leurs écouteurs ils entendent : »40 à 50 bandits »
Le leader répond : « je les ai … il y en a 40 ou 50, Ce sont des I-97 »

L’I-97 japonais est un monoplace très manœuvrant avec un train fixe.
Boyington réussit à apercevoir les japonais dans la brume au-dessus d’eux, il les perd de vue par moment à cause du soleil, il se demande pourquoi ils montent avec le soleil dans les yeux et l’ennemi au-dessus, il espère que le gars qui les dirige sait ce qu’il fait !
Quelques minutes plus tard il se retrouve en position très inconfortable, 2000 pieds plus haut, juste sous les japonais, le leader est un crétin !! Mais Boyington comprend que pour lui aussi c'est son premier combat aérien.

Les japonais partent lentement en demi-tonneau, les fuselages étincelant dans le ciel, de la fumée et des balles traçantes jaillissent de leurs mitrailleuses, en une seconde la totalité de sa formation a disparue, tous en piqué vers le sol. Boyington bascule sur le côté pour se dégager, il ne veut pas rester en dessous des japonais qui plongent dans sa direction.

Boyington repère deux avions ennemis, il met les gaz et se rapproche d’eux, l’un part en boucle au-dessus de son Curtiss P-40 au moment où il tire des balles traçantes sur le second japonais, il doit vite se dégager en virage pour que le japonais au-dessus de lui ne le descende pas.

Lors des entrainements, aux Etats Unis, il avait appris à raidir les muscles de son cou dans les simulacres de combats aériens, cela permettait de retarder l’afflux de sang vers les jambes, efficace pour l’époque puisque les pilotes ne disposaient pas de combinaisons anti-g.

Mais cette astuce ne résout pas le problème face aux chasseurs japonais bien plus léger, car même en tirant à fond sur le manche et les muscles de son cou, sa respiration se bloque sans aucun autre avantage et le voile noir arrivant ne lui permet pas de voir si il touche l’I’97, se sentant en mauvaise posture il décide de plonger, un P-40 en plongé avec suffisamment d’altitude ne peut pas être rattrapé !

Boyington réalise que toutes les tactiques de combats rapprochés enseignées, ne valent rien contre ces satanés japonais !
Par amour propre et ne sachant pas ou se trouvent ses camarades, Boyington reprend le combat, il reprend de l’altitude pour refaire une passe de tir, partant de 1000 pieds plus haut et se rapproche d'un des deux chasseur nippon.
Dans un premier temps, l’ennemi le laisse le serrer suffisamment, ainsi les balles de Boyington volent avec lui, puis ce dernier effectue un «split S » et Boyington se retrouve en train de tourner avec l'autre japonais.
Boyington plonge à nouveau pour s’échapper, adieu les bonus de primes sur une victoire !

Au cours de son vol de retour au camp, il réalise que quelque chose dépasse de son bras gauche, il remonte la manche de sa veste et comprend qu’une balle de 7,7 mm a touché son avion pour finir dans son bras, il la retire de la chair avec la ferme intention de la garder en souvenir, étant un civil, pas question de Purple Heart !

A l’atterrissage l’ambiance est morose, c’est un fiasco, la formation a perdu un homme, et ils n’ont abattu aucuns japonais.

Mais ils ont appris à combattre en vol et les chasseurs japonais n’ont plus réussit à les battre, car leur P-40 sont équipés de deux mitrailleuse calibres 12,7 mm et quatre autres de calibre 7,7 contre deux de 7,7 mm chez les japonais. De plus ils ont une plaque de blindage derrière le pilote et des réservoirs auto-obturant alors que les japonais n’en n’ont pas.
Les P-40 sont plus rapides que les I-97, après avoir dispersé les ennemis, les AVG les descendent un à un, encaissant les tirs,ils ne partent plus en combats tournoyants contre les japonais et ils imposent leur règle du jeu.

C’est ainsi que le combat suivant se solde par seize avions japonais abattus et aucune perte pour les AVG.

Extrait tiré de son livre « Baa Baa Black Sheep »

Il rassemblera autour de lui de fortes têtes dans l’escadrille VMF 214, surnommée « The Black Sheep » (depuis son enfance tous les bruits de train et de moteur avaient créé une sorte de musique dans sa tête, la musique de son enfance était la comptine »Baa Baa Black Ship » un genre de Au claire de la lune pour les français).

Leur base est située sur l'île de Vella Lavella dans le Pacifique Sud. Gregory Boyington reçoit dès lors son surnom de « Pappy » car il est à cette époque âgé de 30 ans alors qu'en moyenne ses pilotes n'ont qu'une vingtaine d'années. L'escadrille revendique 96 victoires aériennes dont 22 sont attribuées à « Pappy ».
(*)En janvier 1944, il est abattu et déclaré mort. On lui décerne à titre posthume, la Medal of Honor, la plus haute distinction américaine. Or, il a survécu au crash de son avion et a été capturé par les Japonais. Libéré 20 mois plus tard, il est élevé au rang de colonel et rendu à la vie civile.
Les mythes que nous tissons reflètent inévitablement un fragment de vérité éternelle
J. R. R. Tolkien
Avatar de l’utilisateur
Connie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 712
Inscription: Lun 14 Juin 2010 13:07
Medals: 8
carriere militaire (1) contribution (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
Rédaction de qualité (1) courtoisie et politesse (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1) +3 ans d'ancienneté (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar pingouin » Jeu 28 FĂ©v 2013 21:26

+1 Connie, voilà une absence réparée, c'est parfaitement d'actualité avec notre choix du Corsair pour l'avion des années 1940 ... j'étais persuadé qu'il était dans la liste .... je ne sais pas d'où tu as tiré ton texte, mais il est bien tourné, de mon côté j'ai un book sur le personnage, mais il faut que je remette la main dessus.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar Connie » Jeu 28 FĂ©v 2013 21:43

Merci Pingouin, je suis en train de lire son livre, d'où cet extrait, Boyington et son Corsair ont bercé mon enfance sous les traits de Robert Conrad dans les têtes Brûlées où il fait une apparition dans le rôle du Général Kenlay, c'est aussi à cause de ce pilote que mon choix pour le Corsair dans les avions des années 40 c'est fait naturellement ;)
Les mythes que nous tissons reflètent inévitablement un fragment de vérité éternelle
J. R. R. Tolkien
Avatar de l’utilisateur
Connie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 712
Inscription: Lun 14 Juin 2010 13:07
Medals: 8
carriere militaire (1) contribution (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
Rédaction de qualité (1) courtoisie et politesse (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1) +3 ans d'ancienneté (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar nanard » Ven 1 Mar 2013 00:56

Moi aussi, je vais ressortir mes sources, mais, à première vue, janus, à côté, c'était un amateur !!! Le temps de chercher :fume:
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar nanard » Ven 1 Mar 2013 11:53

Bon, je vous livre ce que j'ai trouvé sur Pappy dans AéroJournal n°13. Je ne prétends pas qu'ils ont raison, je n'en connais pas assez sur le sujet, mais ça peut, si vous le souhaitez, lancer un débat qui permettrait de mieux cerner la personnalité de ce pilote de légende, le plus dur étant, c'est bien connu de discuter des légendes.
Arrivé, parmi un contingent de 26 pilote le 12 novembre 1941 chez les Tigres volants. Le 25 janvier 1942, il fait partie du groupe de 12 pilotes envoyés par Chennault en renfort sur Rangoon, la désignation s'étant faite à la courte paille. Il n'est dans les Tigres que depuis 2 mois, mais est déjà plus connu pour son caractère de cochon, son gout pour la bagarre et ses beuveries que pour ses talents de pilote. Il participe à son premier combat dès le lendemain 26, sans succès.
Le 7 février suivant, le leader de la 1ère escadrille des Tiger, Adam et Eve, Robert J. Sandell, se tue lors de l'essai d'un avion, il est remplacé par Robert H. Neale qui prend Boyington comme second, décision qu'il ne tardera pas à regretter. Le front devenant très provisoirement calme, les pilotes s'ennuient et Boyington, fin pété, cherche un soir la bagarre à son leader ! De ce jour, ce dernier ne lui accordera plus jamais sa confiance.
Le 23 mars, Pappy regarnit son compte en banque, 2,5 victoires, à 1000 $ l'avion abattu. Mais tout ne va pour le mieux au sein des Tiger, avec des luttes d'influence entre eux et l'USAAF, les manœuvres de couloir amenant Chennault à réintégrer officiellement l'USAAF en juillet, les pilotes n'acceptant pas leur nouveau rattachement. Mis au courant de leur avenir, ceux-ci sont à la limite de la mutinerie, à quoi Chennault leur aurait répondu que s'ils manquent de courage, ils peuvent tous démissionner !
Le problème c'est que quasiment tous, dont Boyington, font, dans une lettre commune que 5 seulement ne signerons pas, donnant une idée de l'ambiance. Chennault ne s'attendait pas du tout à cette réaction ultra-majoritaite, il change de ton, leur annonçant que leur démission équivaudrait à une désertion et serait traitée comme telle. Tous reviendront bien sûr sur leur décision... sauf Gregory Boyington, qui s'envole pour l'Inde à bord d'un avion civil, il ne recevra, comme simple sanction, qu'un manquement à l'honneur (dishonorable discharge), ne nuisant pas trop sur le reste de sa carrière.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar pingouin » Ven 1 Mar 2013 12:32

Bonne approche nanard, je n'avais pas ce n°13 d'Aéro Journal, qui doit concerner les débuts de Boyington avec l'AVG. J'en ai deux autres, le n°9 Spécial Corsair du Pacifique, et le n°24 Pappy Boyington les Têtes Brûlées. Je vais devoir relire tout ça avant de résumer et de mettre mon grain de sel ... ce que je peux dire c'est que le gaillard aimait l'alcool et les femmes, ce qui est déjà positif, et que les aventures avec les jolies infirmières de Vella Lavella racontées dans la Série TV ne sont pas des inventions des scénaristes, les charmantes du 801st Evacuation Area sillonnaient bien les pistes sur des Jeep en compagnie des Black Sheeps ...

Voici une photo plus réaliste de l'époque montrant Pappy, jeune et moins guindé qu'à la remise de la Medal of Honor, et une autre le montrant avec ses gars se ruer vers les appareils de la VMF-214 en vue du décollage en emergency en 1943.

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar Connie » Ven 1 Mar 2013 20:44

ce que je peux dire c'est que le gaillard aimait l'alcool et les femmes, ce qui est déjà positif, et que les aventures avec les jolies infirmières de Vella Lavella racontées dans la Série TV ne sont pas des inventions des scénaristes, les charmantes du 801st Evacuation Area sillonnaient bien les pistes sur des Jeep en compagnie des Black Sheeps ..


tout à fait, Pingouin, de ce qu'en dit son livre, il a beaucoup bu avant de vaincre son addiction à l'alcool! et pour la série TV, il en était le conseiller technique, donc derrière chaque épisode, se cache une part de vérité!


Le 7 février suivant, le leader de la 1ère escadrille des Tiger, Adam et Eve, Robert J. Sandell, se tue lors de l'essai d'un avion

Exacte, Nanard, Boyington écrit, qu'à la mi-février 1942, leur escadron prend un mauvais coup avec la perte de Sandell, parti faire un essai de son P-40, ayant pris suffisamment de hauteur, il met son appareil en vrille, mais il a du mal à arrêter la rotation, et il sort de sa vrille dans un piqué trop accentué et trop bas, Sandell a tiré trop fort sur le manche pour se rétablir, son P-40 est passé à moitié sur le dos et a percuté le sol.


Je continue ma lecture et viendrais compléter vos messages déjà bien complets ;)
Les mythes que nous tissons reflètent inévitablement un fragment de vérité éternelle
J. R. R. Tolkien
Avatar de l’utilisateur
Connie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 712
Inscription: Lun 14 Juin 2010 13:07
Medals: 8
carriere militaire (1) contribution (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
Rédaction de qualité (1) courtoisie et politesse (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1) +3 ans d'ancienneté (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar nanard » Ven 1 Mar 2013 22:42

Bien joué Connie, de la discussion jaillit la lumière et il est bon que chacun amène ses infos.
En fait, mais ça ne change rien à nos deux explication, juste pour la précision, le décès de Sandell n'est pas dû à une vrille mais au décrochement lors du tonneau. Comme il n'y avait pas de boite noire, nul ne saura la raison de ce décrochement. Sandell était un leader avec des heures de vol, hors, la première chose que Chennault apprenait à ses pilotes, à leur arrivée en Asie, était de ne jamais engager un zéro en combat tournoyant pour le risque de se retrouver en perte de vitesse et de partir en vrille, figure dont le P 40 était infoutu de se sortir. l'attaque devait se faire uniquement en prenant de l'altitude et en plongeant sur l'avion ennemi et recommencer, l'exact contraire de ce qu'il fallait faire avec un Dewoitine 520 !
On imagine donc assez mal un pilote de sa qualité, connaissant la machine et ses tares, étant juste en essais et non en combat (ayant donc le temps pour réfléchir), se lancer dans une figure dont il sait n'avoir que très peu de chances de sortir entier.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar pingouin » Sam 2 Mar 2013 00:34

la première chose que Chennault apprenait à ses pilotes, à leur arrivée en Asie, était de ne jamais engager un zéro en combat tournoyant pour le risque de se retrouver en perte de vitesse et de partir en vrille,


Pappy Boyington avait bien retenu les leçons de Chennault, bien que le F4U soit plus puissant que le P40, on retrouve tout ça dans les conseils qu’il donnait en 1943 aux pilotes de la VMF-214 pour utiliser de la meilleure manière leurs Corsair au combat :

Vous pilotez l’un des plus beaux chasseurs, mais il y a certaines choses que le Corsair ne peut pas faire. Ne tentez pas une boucle avec un Zero, le Zero est plus léger et plus maniable et tournera la boucle plus court et se retrouvera dans votre queue ? C’est pareil pour les virages, ne cherchez pas à virer avec lui. Mais votre zinc est plus rapide, vous le distancerez dans une chandelle, même sous un angle faible et vous piquerez toujours plus vite que lui.

Alors quoi faire ? Juste ceci : Placez-vous au-dessus de lui, plongez dessus par l’arrière, retenez votre tir jusqu’à ce que vous soyez à faible distance, puis balancez la sauce et regardez-le s’enflammer … Quand ils sont touchés au bon endroit ils s’enflamment comme du celluloïd !

Si vous le ratez, n’engagez pas de combat tournoyant, dégagez en piqué, et foutez-le camp aussi vite que possible, grimpez et revenez au combat avec un peu d’altitude et de vitesse, restez ensemble si vous le pouvez, en particulier quand vous volez en patrouilles de deux. A moins que vous ne soyez débordés de tous les côtés, vous serez en meilleure posture en restant groupés.

Faites confiance à votre zinc, il a été construit pour résister aux coups et vous ramener à la maison ? Essayer toujours de revenir avec, les gars, on en a pas beaucoup. Rappelez-vous qu’un chasseur est construit pour le combat ? C’est notre toute première mission. Chaque fois qu’il y a des avions ennemis dans le ciel et que nos chasseurs sont en l’air, nous devons les engager, sans abandonner nos propres bombardiers ou nos avions de reconnaissance.

Ce n’est pas dit en termes très académiques, mais on s’y croirait … quelle pêche devaient avoir ces gars de tout juste 20 ans … prêts au sacrifice après avoir écouté le vieux Pappy de trente ans ...

Ceux qui étaient passés du Wildcat au Corsair disaient : On pouvait faire tout un tas de trucs stupides avec un F4F et s’en sortir quand même, mais quand on est passé du F4F au F4U, il ne fallait plus rigoler. Les caractéristiques de décrochage du F4U étaient si différentes que c’en était incroyable, et c’était particulièrement effrayant. Nous étions de la bonne vieille école des atterrissage trois points. Nous ne pouvions pas savoir que, pour ce zinc, poser d’abord le train principal était une bien meilleure idée.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: Gregory Boyington

Messagepar nanard » Sam 2 Mar 2013 10:11

Dis donc Pingouin, as-tu regardé le compteur ? 1000 pile !!! Congratulations old chap :fume:
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Suivante

Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron