Roger SAUVAGE

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Roger SAUVAGE

Messagepar Arvernix » Lun 20 Juin 2011 23:30

SAUVAGE Roger
Image
26  mars 1917-  26 septembre1977

Service actif : 1935 - 1968
Guerre : Seconde Guerre Mondiale
Victoires aériennes homologuées: 16
Appartenance : ECN I/13 -GC II/5 -GC I/3
Avions : Potez 630/631 ‚Äď Yak 3-7-9
Grade le plus élevé : Capitaine
Médailles:
13 citations (2 françaises en 1940 et 11 soviétiques entre 1944 et 1945)
Commandeur de la Légion d'honneur (France)
Croix de guerre 1939-1945 douze palmes (France)
Médaille Militaire(France)
Médaille de la prise de Koenigsberg
Titulaire de l’Ordre Soviétique du Mérite(URSS)
Ordre de la Victoire(URSS)
Ordre d'Alexandre NEVSKI (URSS)

Roger Sauvage dit ''Saussage'' nait le dans le quartier de Ménilmontant, à Paris, orphelin de son père d'origine martiniquaise, tué au chemin des Dames. Après avoir suivi des études d'aéronautique, vers 1935 il s'engage dans l'armée de l'air.
Affecté successivement sur les bases aériennes de Tours, Angers, Strasbourg et Reims ou il est affecté dans un groupe de reconnaissance.
En avril 1940 son Potez 631, est abattu par quatre Hurricanes britanniques qui le confondent avec un Messerschmitt 110. Un moteur cribl√© de balles, SAUVAGE doit se poser d'urgence, mais il est victime du fameux "casse-cro√Ľte collimateur". Il est frapp√© d'amn√©sie pendant quelques jours, mais il est vite remis sur pied. Le 18 mai, il repart au combat sur son Potez 631 et force un Heinkel 111 venant de bombarder le terrain d'Esbly pr√®s de MEAUX √† se poser; cela lui vaudra la M√©daille Militaire avec palme. Un mois plus tard il d√©truit un Dornier 17 au cours d'un vol de convoyage √† Tours.
Apr√®s l'armistice et √† la dissolution de l'escadrille, il est affect√© √† N√ģmes. Il passe ensuite au GC II/5 en juin 1941, puis au GC I/3 (alors GC III/3) en ao√Ľt 1942. Au moment de l'invasion de la zone sud, il s'embarque pour Casablanca.
Pendant ce temps l√†, le G√©n√©ral de Gaulle, √† Londres, a pris des contacts avec le gouvernement sovi√©tique pour envoyer des pilotes des forces fran√ßaises libres combattre aux c√īt√©s de l'Arm√©e rouge .
Le g√©n√©ral VALIN, commandant les Forces a√©riennes fran√ßaises libres, re√ßoit l'ordre de former une unit√© a√©rienne constitu√©e d'√©l√©ments provenant de Grande-Bretagne, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient. Le 1er septembre 1942, le groupe de chasse n¬į3 constitu√© √† Rayak, au Liban, prend le nom de ¬ę Normandie ¬Ľ. Le 12 novembre 1942, les soixante volontaires fran√ßais du groupe s'embarquent pour l'Union sovi√©tique via Bagdad, Bassorah et T√©h√©ran: destination Ivanovo, base a√©rienne situ√©e √† 250 km au nord-est de Moscou.
Apr√®s un entra√ģnement dans des conditions climatiques tr√®s rudes, l'escadrille est engag√©e sur le front germano-sovi√©tique le 22 mars 1943 sur les fameux Yakovlev Yak 1. Ses succ√®s dans les missions de soutien des bombardiers sovi√©tiques sont tels que l'escadrille est r√©guli√®rement engag√©es dans les op√©rations de combat.
En Afrique du Nord, le sergent-chef Roger SAUVAGE dont les exploits du groupe ¬ę Normandie ¬Ľ sont parvenus jusqu'√† lui, attend son heure. Quelques mois plus tard en octobre 1943, √† Alger, l'adjudant Feldzer alias ¬ę Constantin ¬Ľ vient lui proposer de rejoindre l'escadrille ¬ę Normandie ¬Ľ sur le front russe, ce qu'il accepte sans h√©sitation.
Le d√©part pour l'URSS se fait par le Caire, en Egypte, et c'est Jos√©phine BAKER, en tourn√©e dans la capitale √©gyptienne ( sous-lieutenant des troupes f√©minines des Forces a√©riennes fran√ßaises libres charg√©e de missions secr√®tes ) qui en pleine nuit, dans sa propre voiture¬†, conduira le jeune pilote et quelques camarades fran√ßais jusqu'au terrain d'aviation o√Ļ les attendait un Dakota.
Le 31 décembre 1943, il arrive à Moscou, l'escadrille est exsangue suite au lourdes pertes de l'année 1943. Du 6 janvier 1944 au 25 mai il se fait la main sur Yakovlev 3, 7 et 9.
À partir du 25 mai 1944 il participe aux offensives sur Vitebsk, Orcha, la Bérézina, Minsk, le Niémen et la Prusse-Orientale (poches de Koenigsberg et du Samland) sans discontinuer jusqu'au 8 mai 1945. Lors de diverses missions, ce sont 11 "FW 190",2 "JU 87", et 1 "Me 109" qui disparaissent du ciel soviétique sous les tirs précis de ce pilote prestigieux jusqu'à plus de 100 km à l'intérieur des lignes ennemies. Le 15 juin 1945 il embarque sur son Yak 3 à destination de Paris, via Elbing, Postdam, Stuttgart et Saint-Dizier il arrive le 20 juin.
Le lieutenant Roger SAUVAGE termine la guerre avec seize victoires aériennes homologuées plus une probable ce qui le place parmi les meilleurs as français de la seconde guerre mondiale. Il quitte l'escadrille Normandie-Niemen en avril 1947, mais reste dans l'Armée de l'Air. Il est nommé capitaine en 1954.
Rayé des cadres en janvier 1968 il rédige deux ouvrages autobiographiques "La soif de l'air" et "Un du Normandie-Niémen" Roger SAUVAGE est décédé en Septembre 1977. Il était titulaire des plus hautes distinctions militaires soviétiques et françaises.
Avatar de l’utilisateur
Arvernix
Premier-maitre
Premier-maitre
 
Messages: 130
Inscription: Mar 25 Jan 2011 09:44
Localisation: BLOT L'EGLISE (63)
Medals: 4
carriere militaire (1) dossier 2ème classe (1) photo de 2ème classe (1) + 1 an d'ancienneté (1)

Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités