Hans "Hasse" Wind, LeLv

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Hans "Hasse" Wind, LeLv

Messagepar vigi » Mer 9 F√©v 2011 11:49

Fiche militaire:

Image
30 juillet 1919 - 24 juillet 1995


Service actif : 1939 - 1945
Guerre : Deuxième Guerre Mondiale
Nombres de missions : 302
Victoires aériennes homologuées : 75
Appartenance : 4./LeLv 24 puis 3./LeLv 24
Avions : F2A Buffalo, Bf-109G-2
Grade le plus élevé: Kapteeni (Capitaine)
Médailles :
- Croix de Mannerheim x2
- Croix de la Liberté 4eme Classe et feuilles de chêne
- Croix de la Liberté 3eme Classe et feuilles de chêne
- Médaille de la Liberté 2eme Classe
- Médaille de la Continuation War

Le téléphone retenti dans la salle d'alerte des pilotes de la base de Lappeenranta ce 28 Juin 1944.
Le capitaine Hans Wind est d'alerte et, c'est lui qui décroche le combiné, au bout du fil le commandement de l'aviation finlandaise demande que deux appareils de son groupe effectuent une reconnaissance au Sud de Viipuri, afin de connaitre les positions de troupes soviétiques qui sont en pleine offensive dans l'isthme de Carélie.

L'aviation finlandaise ne dispose pas d'appareils de reconnaissance rapide, pour ces missions elle demande donc à ses groupes de chasse équipé de Bf-109G-6 d'effectuer ces vols de reconnaissance.
Le Messerchmitt est en effet le seul appareil capable d'échapper aux chasseurs soviétiques qui ont désormais la maitrise totale du ciel.
Maitrise acquise plus par la loi du nombre que par la qualité de leur pilote d'ailleurs.

Hans Wind vient de raccrocher le t√©l√©phone et se rend dans la salle des vols o√Ļ il retrouve les autres pilotes.
Sa décision est prise, en tant que chef d'unité, c'est lui qui effectuera ce vol.
Il demande à son ailier Nils Katajainen si il accepte de le suivre dans cette mission à haut risque, sans une hésitation ce dernier accepte.
Les deux pilotes établissent un plan de vol rapide.
Il est décidé qu'il n'y aura aucune communication radio. Les soviétiques sont à l'écoute des fréquences finlandaises, utiliser la radio est à coup sur compromettre fortement les chances de réussite de la mission.

Quelques instants plus tard, les deux Bf-109G-6 décollent du terrain de Lappeenranta.
Il est 10h25.

Alors que les deux Me-109 s'approchent de leur objectif en volant à 5 000 m, Hans Wind aperçoit un groupe de sept Yak-9 qui volent à basse altitude.
Les ordres pour les missions de reconnaissances sont formels: "Ne pas engager le combat avec l'ennemi sauf en cas d'ultime nécessité".
Les appareils soviétiques n'ont pas repéré les deux Me-109, mais Hans Wind est un chasseur, c'est plus fort que lui.
Il bascule sur l'aile et plonge sur le groupe de Yak-9.
Son ailier ne peut que constater l'action de Wind, il bascule à son tour pour suivre son leader.
Mais ce qu'il voit à cet instant lui glace les sangs.
A 4 000 m d'altitude, un groupe de vingt Yak et Airacobra est là.
Les Yak-9 qui √©voluent au ras de sol ne sont que des app√Ęts !
Et son leader vient de tomber dans le piège tendu par l'ours soviétique.

Hans Wind n'a que le temps de redresser son piqué et, il engage immédiatement le combat contre le groupe de vingt chasseurs soviétique.
Deux Me-109 contre vingt Yak et Airacobra, à un contre dix le combat est une fois de plus à l'avantage du nombre pour les pilotes à l'étoile rouge.
Dès la première passe Hans Wind abat un Yak-9, séparé de son ailier, il ne peut maintenant compter que sur lui.
Mais le combat est par trop inégal.
Malgré tous les talents de Wind, n'a-t-il pas abattu en Juin 1943 quatre Pe-2 dans la même sortie ?
Et ce 20 Juin 1944, lorsqu'il abat deux Yak-9, deux La-5 et un Pe-2 également dans la même sortie ?
Oui, mais aujourd'hui il est seul, son ailier ait bien trop occupé à tenter de sauver sa peau lui aussi, pour pouvoir l'aider.

Un Airacobra réussi à se placer dans les six heures de Wind et, l'appareil de construction américaine déchaine le feu de ses armes contre le Me-109 de Wind.
Les obus de 37 mm du canon d'hélice du chasseur soviétique transperce le fuselage du Bf-109G6.
Un des obus vient se loger dans la cloison blind√© derri√®re le si√®ge du pilote, un autre fr√īle la tempe gauche de Wind et vient exploser dans le tableau de bord, les √©clats viennent d√©chiqueter le bras gauche de Hans Wind.
Le Me-109 est touché à mort, le moteur perd de l'essence qui s'enflamme et, la fumée du moteur envahi rapidement le cockpit.

Dans un ultime effort, Hans Wind fait piquer son appareil vers le sol.
Le pilote soviétique croyant sa victoire acquise, ne continue pas le combat et laisse filer le Me-109 au ras des arbres.
C'est la chance de Hans Wind.
Enfin, la chance, c'est vite dit.
Le Me-109 redresse au ras du sol et file vers sa base.
Wind sent que ses forces l'abandonne, il saigne abondamment, son appareil est sérieusement endommagé et, ses commandes de gaz et d'hélice sont hors service.
Le Me-109 est bloqué plein gaz et grand pas, il file à près de 500 km/h à basse altitude.

Arrivé au dessus de Lappeenranta, le personnel au sol voit avec effroi le Me-109 de Wind se présenter plein gaz à l'approche.
Hans Wind fait alors appel à toute son expérience, ses volets sont inutilisable, les gaz restent désespérément bloqués à plein régime.
Il effectue alors son approche en coupant son moteur et en le rallumant de manière régulière afin de maintenir sa vitesse.
Le Bf-109G-6 se pose largement au dessus de sa vitesse d'approche, là ou un jeune pilote se serait surement brisé les os, Wind réussi un posé parfait.
Alors que les premiers secours arrivent, Hans Wind ouvre sa verrière et leur demande si son ailier Katajainen est rentré.
Il n'a pas le temps d'entendre la réponse, il sombre dans le coma.

Hans Wind ne se réveillera qu'une semaine plus tard à l'hopital, pour découvrir que son voisin de chambrée n'est autre que Nils Katajainen.
Ce dernier vient de ce faire abattre le 3 Juillet par une batterie anti-aérienne soviétique.
Nils Katajainen n'est pas peu fier d'annoncer à son leader que lors de leur engagement, il a réussi à abattre un Yak-9 et, sur le chemin du retour un Il-2M.

Hans Wind est le second as finlandais de la Deuxième Guerre Mondiale avec 75 victoires.
Durant le conflit, il a élaboré des tactiques de combat qu'il a apprise à ses pilotes.
Ces mêmes tactiques resteront en vigueur et seront enseignées dans l'armée de l'air finlandaise durant plus de trente ans après le conflit.
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il était impossible d'échouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités