Enseigne de vaisseau Lenglet, Second-Maitre Dieu

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Enseigne de vaisseau Lenglet, Second-Maitre Dieu

Messagepar vigi » Lun 22 Nov 2010 00:44

Fiche militaire :

Enseigne de vaisseau Lenglet
Second-Maitre Dieu

Guerre : Première Guerre Mondiale
Appartenance : Marine Nationale
Avions : Hydravion F.B.A.
Médailles:
- Croix de la Légion d'Honneur (Lenglet)
- Médaille Militaire (Dieu)



Le 2 Juillet 1918, un hydravion F.A.B. décolle à 10h00 du matin pour aller au devant d'un convoi qui doit rallier le port de Marseille.

Alors qu'il est √† 30 nautiques des c√ītes fran√ßaises, le moteur de l'hydravion tombe en panne.
l'enseigne de vaisseau Lenglet réussi à poser son appareil en mer et, malgré tous ses efforts et celui de son observateur, le Second-Maitre Dieu, il n'arrive pas à remettre en route le moteur de leur hydravion.
Pour comble de malchance, avec le soir qui approche, le mistral se lève et la mer commence à se former.

Comprenant qu'il ne pourront réparer le moteur, Lenglet et Dieu décide d'arracher l'entoilage des plans inférieurs de leur hydravion. En faisant cela, ils permettent à la dérive de faire office de girouette et, ainsi l'hydravion se maintien face au vent.
Avec la nuit, le mistral se met à forcir et la mer se forme de plus en plus.
La tempête va durer jusqu'au matin du 5 Juillet, l'hydravion est ballotté en tous sens, mais il tien bon et la coque ne prend pas l'eau, malgré des creux allant jusqu'à huit mètres.

Lorsqu'ils sont partis, l'enseigne de vaisseau Lengley et le Second-Maitre Dieu n'ont gu√®re pr√™t√© attention au vivres qu'ils avaient √† bord et, lorsqu'au soir du 2 Juillet, ils ont fait l'inventaire de leur provisions, ces derni√®res √©taient plut√īt maigres, deux boites de biscuits, deux boites de corned-beef, deux plaques de chocolat, un quart de rhum et une boite de p√Ęt√© avari√©e.
Bien que s'étant sérieusement rationné, au matin du 5 Juillet, les provisions sont déjà bien entamées.
Pour pallier à ce manque Lengley et Dieu mangent des méduses crues, qu'ils attrapent lorsque ces dernières s'approchent de la coque de leur hydravion.

Un autre souci de taille se fait également sentir, ils n'ont avec eux aucune provision d'eau douce.
Faisant preuve d'ingéniosité, Lengley et Dieu démontent le le compte-tour du moteur dont ils transforment le corps en chaudière.
Ils récupèrent un tuyau de cuivre qu'ils utilisent comme serpentin, la boite à vivres leur sert de condenseur et, ils fabriquent une boite à essence avec le badin (indicateur de vitesse de l'hydravion), des lambeaux de chemises sont utilisés en guise de mèche.
Au départ, leur "alambic" ne fourni guère plus qu'un dé à coudre, mais à force d'amélioration et de patience, Lengley et Dieu arrivent à produire l'équivalent d'un verre à Madère d'eau douce lors de chaque distillation.

Du 5 au 8 Juillet, la mer reste désespérément vide, tout comme le ciel d'ailleurs, les aviateurs lancent quelques fusées durant ces trois jours.
Mais rien, pas une voile, pas de fumée à l'horizon et, pas un avion dans le ciel.

Lengley et Dieu reprennent espoir lorsque dans la journée du 8 Juillet des mouches et des papillons virevoltent autour de l'hydravion, c'est le signe que la terre n'est pas loin.
Ces signes durent jusqu'au 11 Juillet, mais à part ces insectes, pas de traces humaines à l'horizon.

Le 12 Juillet, Lengley et Dieu entendent des bruits de moteurs d'avions, mais ils n'établissent aucun contact visuel et, le soir venu, ils sont de nouveau seul au milieu de la mer Méditerranée.

Le lendemain matin, 13 Juillet, Lengley et Dieu aperçoivent la terre à l'Est, l'espoir renait enfin.
Il était temps, leurs vivres se résument à une demi-boite de corned-beef et un quart d'eau douce.
Alors qu'ils se rapprochent de la cote, leur appareil est aperçu par des habitants du village corse de Ficajola, qui viennent à leur secours en barque.

Récupéré par les villageois, les deux aviateurs sont dans un état d'épuisement avancé, mais ils sont vivant.
L'enseigne de vaisseau Lengley et le Second-Maitre Dieu ont passé onze jours en mer dont trois en pleine tempête.

Pour cet exploit et leur courage, l'enseigne de vaisseau Lengley est décoré de la croix de la Légion d'honneur et, le Second-Maitre Dieu de la Médaille Militaire. Ils sont également cités à l'ordre de l'armée.


Sources: Les vainqueurs de l'air, Comte de la Vaulx
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il était impossible d'échouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 2 invités