Page 1 sur 2

Hanna Reitsch, Luftwaffe

MessagePosté: Dim 21 Nov 2010 22:25
par Valkyrie
Image
29 mars 1912 - 24 août 1979

Service actif : 1937 - 1945
Guerre : Seconde Guerre Mondiale
Missions : pilote d'essai
Appartenance : JG-52, JV-44 (Commandant d'unité)
Avions : Me-163 Komet, Ju-87 Stuka, Me 321 Gigant, He-111, Focke-Achgelis FA-61, Fieseler Fi 153 "Reichenberg
Grade le plus élevé : Flugkapitän (commandant de bord)
Médailles :
-Insigne de pilote militaire en or avec diamants
-Croix de Fer de première classe (unique femme à l'avoir obtenue)
-Croix de Fer de deuxième classe

Hanna Reitsch fut l'une des plus célèbres femmes pilotes, notamment parce qu'elle est considérée comme la première pilote d'essai de l'histoire.
Elle apprit à piloter en 1932 et ne cessa plus, jusqu'à sa mort, de pratiquer le vol à voile. Recrutée par Ernst Udet comme pilote d'essai, elle participa notamment aux essais du He 111 équipé pour cisailler les câbles de retenu des ballons de barrage, de l'hélicoptère Focke-Achgelis FA-61, du Fieseler Fi 153 "Reichenberg" (V1 piloté qui servit à la mise au point de la bombe volante sans pilote, mais qui préfigurait aussi une arme-suicide qui fut quelques temps envisagée pour pallier l'imprécision des V1), du sinistre planeur d'assaut DFS 230, des Messerschmitt Me-163 A et B. A bord de ce dernier elle eut en 1943 un très grave accident qui l'envoya pour six mois à l'hôpital. Admiratrice inconditionnelle d'Hitler qui l'avait décorée de la croix de fer de 2ème classe et 1ère classe en 1943, elle fut chargée le 26 avril 1945 d'acheminer avec un Fieseler Storch le général Von Greim nouveau commandant de la Luftwaffe dans Berlin sous le feu de l'artillerie russe. Après un atterrissage près de la porte de Brandeburg, elle fut conduite au bunker de la Chancellerie ou elle rencontra Hitler et les principaux dirigeants nazis. L'objectif de cette rencontre était entre autres la mise sur pieds d'une évacuation au moyen d'un Junkers Ju 52. Elle sera finalement capturée par les troupes américaines et internée pendant 15 mois.
Après la guerre, elle reconnut ses torts et fit amende honorable et se fit discrète. Elle participa aux championnats du monde de vol à voile de Madrid en 1952 et Saint- Yan où elle se classa toujours aux places d'honneur. En 1962, elle créa même une école de vol à voile au Ghana où elle devint la confidente et la conseillère aéronautique du président N'Krumah. Un an avant sa mort, elle battit à l'âge de 66 ans le record du monde féminin sur aller et retour avec 715 km en planeur.

Source : http://fr.wikipedia.org, richard.ferriere.free.fr

Re: Hanna Reitsch - Lutwaffe

MessagePosté: Dim 21 Nov 2010 22:43
par vigi
des Messerschmitt Me-163 A et B. A bord de ce dernier elle eut en 1943 un très grave accident qui l'envoya pour six mois à l'hôpital.


Ce point reste pour moi assez obscur.
Si l'on se réfère à la biographie de Mano Ziegler, Messerschmitt Diabolique, livre qui retrace les essais et la courte carrière opérationnelle du Me-163, il ne fait jamais état de la présence de Hanna Reitsch pour les vols d'essais motorisé.
Encore une pilote dont une part de la légende reste obscure.

Re: Hanna Reitsch - Luftwaffe

MessagePosté: Lun 22 Nov 2010 09:37
par Valkyrie

Re: Hanna Reitsch - Luftwaffe

MessagePosté: Lun 22 Nov 2010 20:44
par vigi
Je confirme, Hanna Reitsch n'a fait que des vols remorqués sur les planeurs Me-163A. ;)

Après l'accident du Commandant de l'unité Wolfgang Späte qui lui valu quatre semaines d'hospitalisation.
Il a sauté de son Me-163 à l'atterrissage juste avant que ce dernier n'explose.

Rudolf Opitz a assuré le commandement de l'unité durant l'absence de Späte et, tous les vols ont été suspendus.
Un Me-163 B a été livré pendant ce temps et, lors du retour de Späte, un vol a été programmé.
L'appareil a explosé à la mise en route, tuant le pilote Walter.

Hanna Reitsch a été interdite de vol sur Me-163 par Späte qui a fait un aller-retour à Berlin à cause des accidents répété sur Me-163.

-Späte m'a interdit mon vol qui était prévu pour demain. Oh, c'est très méchant ! (ndlr d'après l'auteur Hanna est en larmes lors de cette discussion)
- Et pourquoi celà ? (dit Mano Ziegler)
- Ce serait trop dangereux, il ne peut pas répondre de l'entière sécurité. C'est une infamie ! Comme si jamais je m'étais inquiété du danger d'une affaire. Simplement, il ne veut pas que moi, une femme, je vole sur un 163.
- Mais vous avez pu faire déjà des vols, Hanna, dis-je (ndlr Mano Ziegler) pour la consoler, car du coup tout s'expliquait pour moi.
-Allons donc, j'ai fait des départs remorqués, comme si c'était quelque chose.
-Cependant, vous avez effectivement volé sur un A.
- Mais un A n'est pas un B et, je tiens absolument à voler sur un B. Je pars dès aujourd'hui pour voir Goering.
[...]
Ainsi Hanna nous quittait pour d'autres taches qui n'étaient pas moins importantes que notre 163. Mais elle était devenue l'une des nôtres, elle le resterait.

Extraits des pages 81 et 82 de Le Messerschmitt Diabolique de Mano Ziegler, Ed. France-Empire 1961

Hanna Reitsch, Luftwaffe ?

MessagePosté: Mer 4 Jan 2012 21:26
par DahliaBleue
Walkyrie a écrit:Image
29 mars 1912 - 24 août 1979
[…]Grade le plus élevé : Flugkapitän (commandant de bord)
Médailles :
-Insigne de pilote militaire en or avec diamants[…]

Je suis ravie de cet article sur une aviatrice parfois critiquée, voire décriée… Mais admirable en tous points.
Je m’apprêtais à contester la précision sur son « grade » (Flugkapitän = commandant de bord), car je la croyais (jusqu’à présent) incorporée (au moins pendant la Guerre) à la Luftwaffe (comme indiqué dans le titre de l’article…). Auquel cas elle aurait plutôt pu y obtenir le grade de capitaine (Hauptmann) [j’ai même cru, à une époque qu’elle y avait été colonel (Oberst)].

Mais en fait, il n’en est rien. Et ce supposé « grade » de Flugkapitän n’en est pas exactement un. On peut plutôt l’assimiler à une fonction, ou à un niveau d’emploi, ou à une qualification. Un peu comme celle (dans l’aéronautique navale) de chef de patrouille ou de chef de dispositif

Et finalement, Flugkapitän paraît en effet correspondre au terme civil de chef de bord, ou de commandant de bord (un peu comme le capitaine au long cours de la marine marchande).

Ce n’est donc, à mon sens, pas un grade… (militaire, en tout cas…). Et il ne semble pas (en dépit de son insigne de « pilote militaire en or avec diamants ») qu’elle puisse être considérée comme une aviatrice de la Luftwaffe ; pas plus que Jacqueline Auriol n’appartenait à l’armée de l’Air ou Jacqueline Cochran à l’USAF (quoique) ; même si ces trois aviatrices, en tant que pilotes d’essai, ont effectivement tenu les commandes de nombreux avions de combat…

Toutefois, si mon interprétation est erronée, et qu’Hanna Reitsch a effectivement servi dans la Luftwaffe, alors conviendrait-il de retrouver son vrai grade militaire… (Hauptmann ? Major ? Oberst ?).

PS : Elle a aussi inspiré (dans la bande dessinée) le personnage de Lady X des Aventures de Buck Danny.

Re: Hanna Reitsch, Luftwaffe

MessagePosté: Jeu 5 Jan 2012 06:01
par vigi
Reitsch a servi dans la Luftwaffe, mais elle a été un pur produit de la propagande.
Uniquement pilote d'essai, elle n'a jamais effectué de mission de combat, sauf son coup d’éclat sur Unter den Linden dans Berlin en flammes...du moins dans ce que l'Histoire en a retenu et écrit sur elle.

Sans doute une des explications a son grade "civil".
Elle était un produit du couple Hitler/Goebbels, et comme le "Gros" (Goering pour les intimes) n’était le meilleur pote de Goebbels et que pour ce qui est des promotions au sein de la Luftwaffe, c’était lui qui décidait, on peut aussi penser (sans l'affirmer) qu'une partie de la réponse se trouve aussi ici pour le grade.

Re: Hanna Reitsch, Luftwaffe

MessagePosté: Jeu 5 Jan 2012 11:51
par DahliaBleue
vigi a écrit:Reitsch a servi dans la Luftwaffe, mais elle a été un pur produit de la propagande.
Uniquement pilote d'essai, elle n'a jamais effectué de mission de combat, sauf son coup d’éclat sur Unter den Linden dans Berlin en flammes...du moins dans ce que l'Histoire en a retenu et écrit sur elle.

Sans doute une des explications a son grade "civil".
Elle était un produit du couple Hitler/Goebbels, et comme le "Gros" (Goering pour les intimes) n’était le meilleur pote de Goebbels et que pour ce qui est des promotions au sein de la Luftwaffe, c’était lui qui décidait, on peut aussi penser (sans l'affirmer) qu'une partie de la réponse se trouve aussi ici pour le grade.

Cette approche de la question est convaincante. Ce serait donc en raison de la rivalité entre Goebbels et Göring que ce dernier n’aurait pas incorporé Hanna Reitsch dans son armée de l’Air…

Encore que son Insigne de pilote-observateur en or et diamant (modèle spécialement réalisé pour elle !) témoignent quand même d’une reconnaissance officielle de Göring à son égard…

Par ailleurs…
Walkyrie a écrit:[…]Appartenance : JG-52, JV-44 (Commandant d'unité).[…]

sa bio précise : « Appartenance : JG-52, JV-44 (Commandant d'unité) ».
Cela paraît fort peu probable (sauf pour un bref stage ?), et en tout cas pas en tant que Commandant d'unité, dans ces groupes de chasse opérationnels. Le JV-44 ("Jagdverband 44") fut commandé par Adolf Galland et équipé de Me-262, alors que le JG-52 (sur le front de l’est) était le groupe d’Erich Hartmann.

Re: Hanna Reitsch, Luftwaffe

MessagePosté: Jeu 5 Jan 2012 12:42
par vigi
DahliaBleue a écrit:Encore que son Insigne de pilote-observateur en or et diamant (modèle spécialement réalisé pour elle !) témoignent quand même d’une reconnaissance officielle de Göring à son égard…


Pas par Goering, par Hitler "himself", il a attribue cette décoration unique de la même manière que la croix de fer en or avec diamant, feuille de chêne et glaive de Rudel...

Reitsch et Rudel, deux purs produits de la propagande Hitlérienne... On est sur que d'une chose avec eux...Qu'il n'est pas sur qu'ils aient accomplis tous les actes qu'on leur attribue.
Avec ces deux la, la plus grande prudence historique reste de mise.

Pour ce qui est de la JG-52, Reitsch aurait convoyé des appareils pour cette unité, mais je te l'accorde, elle n'a pas commander de formation de combat.

Re: Hanna Reitsch, Luftwaffe

MessagePosté: Sam 1 Aoû 2015 19:52
par vigi
Une petite remonté de ce topic pour un point que je trouve historiquement assez intéressant d'aborder.
Tout au moins sur la manière dont sont perçues les personnalités selon les époques.

On sera tous d'accord pour reconnaitre que jusqu'à son dernier souffle, Hanna Reitsch ne renia jamais son "amitié" pour le régime nazi et pour son guide suprême en particulier.
Ce petit rappel étant fait, voyons maintenant ce que la presse aéronautique française écrivait fin 1956, lors d'une visite officielle et promotionnelle de Mme Reitsch chez un grand éditeur français.

"...Hanna Reitsch avec sa gentillesse habituelle, dédicaça pour ses admirateurs son passionnant ouvrage traduit par Mme Y. P. "Aventure en Plein Ciel"..."

Je ne mettrai pas ici, ni le nom de la revue, ni celui de l'éditeur, ni celui de la traductrice, qui était par ailleurs une membre de l'Académie Française, pour la simple raison que les deux premiers existent encore.
On peut s'étonner (ou pas) d'une telle allégeance auprès d'une nazi convaincue, seulement onze ans après la fin de la WWII... Alors que dans le même temps un certain René Fonck était au ban de la société française pour avoir simplement osé reconnaitre sa sympathie pour le régime totalitaire d'Hitler. Fonck fut d'ailleurs frappé de cette opprobre jusqu'à sa mort.

Imaginons un instant que que cet article flatteur paraisse aujourd'hui... Je ne suis pas certain qu'il serait aussi bien perçu.
A méditer également sur ce qu'était la France de l'époque après être sortie de sa sombre période 1940/45.

Re: Hanna Reitsch, Luftwaffe

MessagePosté: Sam 1 Aoû 2015 22:54
par DahliaBleue
vigi a écrit:[…] la presse aéronautique française écrivait fin 1956, lors d'une visite officielle et promotionnelle de Mme Reitsch chez un grand éditeur français. […] Je ne mettrai pas ici, ni le nom de la revue, ni celui de l'éditeur, ni celui de la traductrice, qui était par ailleurs une membre de l'Académie Française, […]
"une membre de l'Académie Française", en 1956 ? La première femme élue à l'Académie ne le fut qu'en 1980…