Werner Mölders, Luftwaffe

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Werner Mölders, Luftwaffe

Messagepar vigi » Ven 19 Nov 2010 18:01

Fiche militaire :

Image
18 Mars 1913 ‚Äď 22 Novembre 1941



Service actif : 1935‚Äď1941
Guerre : Guerre d'Espagne - Seconde Guerre Mondiale
Missions de combat : 330
Victoires aériennes homologuées: 115 (dont 14 en Espagne et, 68 sur le front de l'Ouest)
Appartenance : Legion Condor (J-88), JG 53, JG 51
Avions : Bf-109
Grade le plus élevé : Oberst
Médailles:
-Médaille de la Campagne d'Espagne (décoration Franquiste)
-Médaille Militaire (décoration Franquiste)
-Croix d'Espagne en or avec épées et diamants
-Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chênes, épées et diamants


Contrairement aux autres fiches sur les "pilotes de légendes", il ne m'a pas été possible de trouver des combats épiques de Werner Mölders.
Alors, me direz-vous:
"Pourquoi avoir fait une fiche sur lui ?"
Certes, vous n'avez pas tord mais, ce pilote a marqué l'histoire de l'aviation de chasse et, son parcours mérite d'être étudié, du moins sur certains points.

En premier lieu, Mölders est l'as des as allemand de la Guerre d'Espagne.
Contrairement √† une id√©e re√ßu, c'est bien lui le pilote le plus titr√© en victoires de ce conflit (14 victoires a√©rienne plus une probable), et non Adolf Galland qui lui √©tait le commandant de l'escadrille J-88 o√Ļ volait M√∂lders.

Durant ce conflit, Mölders va révéler ses talents de tacticien en développant les techniques des Rotten et des Schwarm, le premier est le vol en patrouille de deux appareils (Rotten), ce groupe est ensuite associé à un autre Rotten, ce qui donne une formation de quatre appareils, le Schwarm.
A son retour d'Espagne, M√∂lders va instruire les jeunes pilotes de la nouvelle Luftwaffe aux rudiments de ces formations, ainsi qu'aux tactiques de vols √† appliquer avec, dont le virage crois√© qui permet de faire un changement de direction √† 90¬į, sans briser la formation de quatre appareils tout en laissant la capacit√© √† chaque pilote d'engager le combat si besoin.
C'est entre autres ces tactiques enseignées par Mölders, qui permettront à la Luftwaffe d'avoir l'avantage sur leurs adversaires durant les premières années de la WWII.

Ce pilote était donc d'une importance capitale pour la Luftwaffe, notamment durant la campagne de France.
On comprend donc mieux, lorsque l'on sait ceci, le poids de la décision que vont prendre les autorités française en Juin 1940.

Depuis le 5 juin 1940, Mölders est un prisonnier de l'armée française.
Il a été abattu ce jour là par le Dewoitine D-520 du sous-lieutenant René Pomier-Layrargues, qui sera malheureusement tué en combat aérien vingt minutes après avoir abattu Mölders.
La chance (certains diront l'incompétence du commandement français) va être avec Mölders.
Lorsqu'il est abattu, les français ne savent de lui que deux choses, qu'il s'appelle Mölders et, qu'il est titulaire de la Croix de Chevalier de la Croix de Fer.
Ils ignorent que c'est le commandant de la JG-53 et surtout, "Le" tacticien de la chasse allemande, à tel point, que ses pilotes le surnomment déjà "Vati" (affectueusement "Papa").
Donc, lorsque l'armistice est accept√© par P√©tain, M√∂lders se trouve, comme tous les prisonniers allemands, en zone sous contr√īle de l'arm√©e fran√ßaise. Il aurait donc pu √™tre fort facilement envoy√© en Angleterre, comme le souhaitait Churchill √† propos des officiers de la Wermacht et des pilotes de la Luftwaffe.
Mais dans un souci de ne pas déplaire au nouvel occupant, l'armée française libéra tous ces prisonniers.

La suite est des plus simple.
Mölders est nommé Inspecteur Général de Chasse, non content de continuer à enseigner son savoir aux pilotes durant les combats de la bataille d'Angleterre, il forme désormais les commandants d'unités et réorganise la chasse.

Après avoir été dans les "petits papiers" du "Gros", alias l'incompétent et mégalomane patron de la Luftwaffe Hermann Göring.
Mölders ne va pas tarder à se faire mal voir, en allant contre les idées de son chef.
Comme Galland, M√∂lders est un partisan de: "Sans contr√īle absolu des airs, on ne peut avoir la victoire".
Il pr√īne donc la sp√©cialisation des pilotes de chasse, le d√©veloppement des nouveaux appareils (Me-262 et Fw-190) et, il est contre l'op√©ration Barbarossa tant que la Lufwaffe n'aura pas r√©duit au silence la RAF.
Tout ceci déplait fortement à son patron qui ne veut rien entendre et, surtout pas que le Me-109 est dépassé... Le lobbying de Willy Messerchmitt n'étant pas pour rien dans cette affaire d'ailleurs.
Son aura en Allemagne, l'empêche d'être destitué de son poste d'Inspecteur de la Chasse et, permet à Mölders de continuer malgré tout d'exercer sa fonction.

C'est le destin qui va se charger de cela.
Il décède dans un accident d'avion, le He-111 qui le ramène du front de l'Est, pour assister aux funérailles de Ernst Udet, se crashe après une panne de moteur alors que l'appareil est pris dans un violent orage.

Son décès est sans doute un soulagement pour Göring (qui fera malgré tout son éloge funèbre), mais il est une perte énorme pour la chasse allemande.



Image

Sources: Les premiers et les derniers, Adolf Galland
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il était impossible d'échouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5338
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron