Gary Powers, USAF-CIA

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Gary Powers, USAF-CIA

Messagepar vigi » Sam 13 Nov 2010 00:48

Fiche militaire :

Image
17 Août 1929 – 1er Août 1977


Service actif : 1950 - 1962
Guerre : Guerre de Corée (pas de mission de combat durant ce conflit)
Appartenance : 468th Strategic Fighter Squadron puis CIA
Avions : U-2 Dragon Lady
Grade le plus élevé : Capitaine
MĂ©dailles :
-Distinguished Flying Cross
-Prisoner of War Medal
-National Defense Service Medal
-Intelligence Star


Bien que l'on soit à quelques semaines de la conférence de Paris en ce mois d'Avril 1960, Ike Eisenhower donne son feu vert pour un dernier vol "overflights".
Il sait que la chose est risqué, Eisenhower est sur le point de conclure un accord de désarmement avec Nikita Kroutchev, mais les renseignements fournis par le dernier "overflight" lui laisse penser que les Soviétiques lui cachent des choses.
Il veut arriver à la conférence de Paris en position de force et, un dernier vol espion lui donnera cette position.
Son accord est donc donné pour ce vol.

Les "overflights" sont le nom donné aux vols d'avions espions au-dessus de l'URSS, le premier eu lieu le 4 juillet 1956, lorsque un U-2 survola le territoire Soviétique et la ville de Minsk.
Au début du mois, le 9 avril 1960, un U-2 a survolé les sites soviétiques de Semipalatinsk de tests de missiles, une base aérienne de Tu-95, un autre site d'essais de missiles à Saryshagan et, le cosmodrome de Baïkonour.

Les USA soupçonnant les Soviétiques de produire de l'uranium enrichi, la CIA a demandé l'accord pour un vol qui doit traverser du Sud au Nord l'URSS.
C'est ce vol que vient de valider Eisenhower.

Les U-2 en charge de ces missions sont stationnés dans le plus grand secret sur la base militaire Pakistanaise de Badaber situé à 18km de Peshawar. Cette base de l'armée de l'air pakistanaise abrite les installations de la NSA qui partage depuis quelques temps déjà ses locaux avec les effectifs de la CIA et ses équipages de Lochkeed U-2, qui sont convoyés avant chaque mission de la base US d'Incirlik en Turquie à Badaber en C-130.

Ce matin du 1er Mai 1960, le U-2 56-6689 du capitaine Gary Powers est prĂŞt pour son vol sur le tarmac de Badaber.
Son plan de vol est chargé, après avoir passé la frontière le U-2 va filer sur le site spatial de Baikonour, il doit ensuite survoler les installations aux bord de la mer d'Aral.
Powers après avoir fait se crochet à l'Ouest devra filer plein Nord pour survoler le site de Tcheliabinsk, les villes de Kirov et d'Arkhangelsk, la base navale de Mourmansk, pour enfin se poser sur la base Norvégienne de Bodo.
Les objectifs principaux de son vol sont les sites de productions de missiles et, les centrales nucléaires qui produisent de l'uranium enrichi pour les ICBM.

Image

Powers décolle pour un vol de neuf heures et, 6 100 km dont 4 700 se feront au dessus de l'URSS.
Cela fait déjà trois jours que le vol de Gary Powers était repoussé, en raison des conditions météo au dessus de l'URSS, qui n'auraient pas permis de disposer de bonnes prises de vues.

Les Soviétiques ont-ils été informé de ce vol ?
Est-ce que les vols précédents de U-2 les ont mis sur les dents ?
Toujours est-il que toutes les forces disponibles sur le territoire soviétique sont en alerte en ce 1er Mai 1960.

A 7h00 du matin, l'alarme retenti dans les baraquements d'un des régiments de missiles Air-Sol SA-2 Guideline (ou S-75 Dvina pour les soviétiques) de Sverdlovsk.
Le capitaine Mikhail Voronov croit d'abord que c'est la sirène pour fêter l'anniversaire du 1er Mai, jour de fête nationale en URSS, mais lorsqu'il sort de son baraquement et, qu'il voit tous les servants s'affairer autour des sites de lancement de missiles, il comprend que ce n'est pas un exercice.

Gary Powers débute ses prises de vues au dessus des installations militaires de Sverdlovsk, il vole à 20 000 mètres, pour des raisons encore inconnu aujourd'hui, il est à 7 000 mètres sous son altitude de vol.
Mais Powers n'est pas un novice, il connait les capacité de son U-2, il sait qu'il est à l'abri des chasseurs et, aucun missile soviétique n'a encore atteint cette altitude.
Il ne tarde pas d'ailleurs à apercevoir un Su-9, mais l'appareil ne peut atteindre une altitude suffisante pour l'inquiéter.
Powers aperçoit également un tir missile dans ses six heures, un seul missile, il ne s'en inquiète pas plus et se concentre de nouveau sur ses prises de vues.

A 8h45 le capitaine Mikhail Voronov vient de donner l'ordre de tir pour trois missiles SA-2, de manière incompréhensible seul un est parti, les deux autres restent désespérément sur leurs pas de tir.
Voronov lève les yeux et suit son missile qui s'élève à la poursuite du U-2, qui lui est suivi sur l'écran radar de conduite de tir.

Powers entend une déflagration et son appareil subit une terrible secousse.
Il comprend immédiatement, le missile vient de le toucher.
Le U-2 a eu la dérive et une partie de son fuselage arrière d'arraché, l'appareil part en vrille.
Sous les forces générées par sa vrille, les ailes s'arrachent.
Powers réussi à s'éjecter alors qu'il n'est plus qu'à 4 500 mètres d'altitude.

Lorsque Powers touche le sol, il est au beau milieu de l'URSS, il sait que ses chances de s'en sortir sont maigre, il doit retrouver le kit de survie qui se trouve dans les débris de son U-2, des bijoux en or et 7 500 roubles.
Il se retrouve nez à nez avec des paysans qui le prennent pour un pilote soviétique, mais son répit est de courte durée, les militaires sont vite sur les lieux et arrête le pilote-espion américain.

Alors que Powers est au sol depuis une demi-heure, une salve de treize missile SA-2 est tiré depuis d'autres sites qui n'ont pas été informés de la destruction du U-2.
C'est un MiG-19 et son pilote, Serguei Safronov, qui font les frais de cette erreur de commandement soviétique.
Safronov qui est tué lors de ce "friendly-fire" est décoré à titre posthume de l'Ordre du drapeau Rouge.


Cette incident provoquera une grave crise internationale, les accords de Paris qui ont lieu treize jours plus tard ( un signe ?) seront un véritable fiasco.
Powers sera condamné à dix ans de prison, mais sera libéré en 1962 pour être échangé avec l'espion soviétique Rudolph Abel.

Powers après avoir été accusé de tout et de rien, sera finalement blanchi par une commission du Congrès.
Il quitte la CIA peut de temps après.


Il meurt dans un accident d'hélicoptère le 1er Août 1977, alors qu'il est pilote pour la chaine de télévision KNBC, son appareil tombe en panne de kérosène.
Gary Powers et George Spears, le cameraman, décèdent dans le crash.
Certains témoins parlèrent d'une explosion lorsque l'appareil était à 15 mètres du sol, ils auraient également vue Powers se jeter hors de l'appareil.




Image
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: Gary Powers, USAF-CIA

Messagepar Valkyrie » Sam 13 Nov 2010 12:11

vigi a écrit:Gary Powers débute ses prises de vues au dessus des installations militaires de Sverdlovsk, il vole à 20 000 mètres, pour des raisons encore inconnu aujourd'hui, il est à 7 000 mètres sous son altitude de vol.


On a entendu tout et son contraire pour expliquer la destruction de cet U2, notamment avec la présence d'un nouveau type de chasseur (MiG25). Des rumeurs d'agent double ont même circulé pour alimenter une propagande d'ennemi intérieur et la CIA n'aurait pas été à son premier mensonge dans cette histoire.
Force est de constater que Gary Powers n'était pas un débutant. Il fut choisi pour cette mission au regard de son expérience : 27 vols effectifs au dessus de l'URSS à bord d'U2.
Concernant la destruction de son appareil, Powers sous-entendit dans ses mémoires que son U-2 B (le n° 56-6689) avait la réputation d'être un avion à problèmes. Il avait déjà causé du tracas en septembre 1959 : son pilote avait dû effectuer un atterrissage forcé sur la base de Fusigawa (Japon) et l'appareil s'était enlisé de deux bons mètres dans la boue.
Comme le rappel Vigi, cela faisait déjà trois jours que le vol de Gary Powers avait été repoussé, en raison des conditions météo au dessus de l'URSS, or Eisenhower était sur le point de conclure un accord de désarmement avec Nikita Kroutchev. Il fallait urgement ces informations, dussent-elles être acquises avec un appareil qui n'était plus à 100% de ses capacités... On sait maintenant ce qu'il en coutât...
Voici le texte qui peut être ajouté à vos messages. Il y a une limite de 580 caractères.
Avatar de l’utilisateur
Valkyrie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 963
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:28
Medals: 4
contribution (1) dossier technique de qualité (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: Gary Powers, USAF-CIA

Messagepar vigi » Sam 13 Nov 2010 23:55

Du coté Soviétique aussi certaines rumeurs assez farfelues ont couru.
La meilleure me semble être celle du pilote du Su-9 aperçu par Powers, peu de temps avant de ce faire abattre.
Le pilote du Sukkoi aurait prétendu avoir éperonné le U-2, provoquant ainsi sa destruction.

Pour mémoire le Su-9 avait un plafond maximum de 17 000 mètres et Powers volait à 20 000 mètres lorsque le missile SA-2 l'a touché.
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Gary Powers : le faux U-2

Messagepar Valkyrie » Sam 13 Nov 2010 23:57

Lorsque les instances dirigeantes de la CIA apprennent que le U2 piloté par Gary Powers a été abattu par les forces anti-aériennes Soviétiques, elles sont persuadées que le pilote s'est donné la mort et a déclenché le mécanisme d'auto-destruction de son appareil, comme le stipule ses consignes.
Aussi, quand le premier secrétaire du parti communiste de l’URSS Nikita Krouchtchev annonce que l’armée de son pays a abattu un avion-espion sans grande précision, la CIA a déjà préparé à la hâte une opération de désinformation : le U-2 abattu accomplissait une banale mission scientifique de collecte de données météorologiques. Alors qu’il survolait la Turquie, le pilote aurait signalé des problèmes avec son alimentation en oxygène. Cette défaillance aurait alors entraîné son décès, laissant l’avion continuer sa route en pilotage automatique jusqu’à ce qu’il franchisse accidentellement les limites du territoire soviétique. Pour appuyer cette thèse, la CIA demande alors à la NASA d’exhiber aux médias un autre exemplaire de ces U-2 "scientifiques" sur lequel on pouvait voir un marquage de l’agence spatiale sur la dérive de queue. Le 6 mai, un faux avion météorologique est présenté aux journalistes au centre de la NASA de la base d’Edwards en Californie...
Image

Nikita Krouchtchev laissa les organes de propagande US s'enferrer durant une semaine avant de révéler que non seulement le pilote était toujours vivant et qu'il avait été capturé par les forces Soviétique, mais que l’épave du U-2 n'avait été que peu endommagé et qu'il était suffisamment en bon état pour démontrer que cet appareil accomplissait une mission d’espionnage.
Image

Le procès de Gary Powers pouvait alors commencer...

Crédit photo : http://www.dfrc.nasa.gov/
Voici le texte qui peut être ajouté à vos messages. Il y a une limite de 580 caractères.
Avatar de l’utilisateur
Valkyrie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 963
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:28
Medals: 4
contribution (1) dossier technique de qualité (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Gary Powers : le procès

Messagepar Valkyrie » Dim 14 Nov 2010 14:50

Au début, personne au sol à Sverdlovsk ou à Moscou ne se sont rendus compte que l'appareil abattu était l'U-2. En effet, les opérateurs radars pensaient que l'appareil touché par les missiles SA2 était le MiG chargé de son interception. Mais lorsque le MiG fut à son tour abattu, et que les écrans radars furent vierge de tout spot, il est alors apparu que le U-2 avait également été détruit. Le maréchal Biryuzov a immédiatement téléphoné à Khrushchev, qui refusa dans un premier temps de croire ces nouvelles. Il fut dépêché sur place une équipe pour obtenir le maximum de détails ; équipe constituée de personnes du parti communiste, du contre-renseignement militaire, du KGB, de l'état-major, et des forces de défense aérienne. L'avion n'ayant pas été touché directement par le missile SA2, les enquêteurs purent collectés de nombreuses pièces d'avions répandues à travers les champs environnants. Ils ont notamment trouvé de larges rouleaux de films photographiques, permettant aux Soviétiques de voir quelles cibles avaient été photographiées et avec quelle qualité... C'est pour ces raisons d'enquêtes que Khrushchev attendit une semaine avant de rendre public la capture de Gary Powers.

Image
Le site de Baïkonour photographié par un U-2

Le 17 aout 1960, Gary Powers passa au tribunal pour espionnage durant un procès particulièrement médiatique qui dura trois jours. Reconnu coupable d'espionnage au profit des Etats-Unis, il fut condamné par la cour suprême militaire à dix ans de "privation de liberté", correspondant à trois ans d'emprisonnement, suivis de 7ans de travaux forcés.

Image


Il fut conduit à la prison centrale de Vladimirsky, à l'Est de Moscou où il ne restât finalement que 21mois. Le 10 février 1962, il fut échangé contre le colonel Vilyam Fisher (dit Rudolf Abel) arrêté à New York en 1957.

Ce procès ne fut pas seulement celui de Gary Powers. Il fut également celui de l'U-2 : le vol de Gary Powers fut le dernier vol d'un appareil habité au dessus de l'URSS.

Source photo : http://www.cia.gov
Voici le texte qui peut être ajouté à vos messages. Il y a une limite de 580 caractères.
Avatar de l’utilisateur
Valkyrie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 963
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:28
Medals: 4
contribution (1) dossier technique de qualité (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Gary Powers : le retour aux USA

Messagepar Valkyrie » Mar 16 Nov 2010 23:54

Lorsque la CIA apprit que le U2 n° 56-6689 avait disparu des écrans radars, elle était convaincue que l’appareil avait été détruit en vol et son pilote tué en opération. Les raisons de cette double certitude étaient les suivantes :
- Lors des vols au dessus de l’URSS, les U-2 étaient équipés pour pouvoir être détruits en cas d’avarie. En effet, en aucun cas, il ne fallait que l’appareil et ses équipements puissent être analysés par les ennemis, pour des raisons évidentes de retro-engineering mais également pour ne pas montrer les cibles des différents vols d’espionnages.
A ce titre, environ 11 kilogrammes de cyclonite (explosif plus puissant que le TNT) étaient disposés dans les divers endroits clefs de l’appareil, notamment au niveau des appareils photographiques.
Bien que cette procédure soit encore classifiée (les U-2 sont toujours opérationnels), il apparaît qu’elle est constitué de deux phases successives, espacées d’environ 60secondes. Lorsque l’U-2 de Gary Powers fut touché par des éclats du SA-2, il parti rapidement en vrille, éjectant son pilote avant que ce dernier n’ai pu amorcer la procédure d’autodestruction de son appareil.
- Il était également « souhaitable » que le pilote ne tombe pas vivant entre les mains ennemis. Il disposait pour cela d’une seringue contenant des saxitoxines, devant entraîner la mort par paralysie et déficience respiratoire en quelques heures. Gary Powers ne l’utilisa pas.

Un avion en relatif bon état et son pilote en parfaite santé firent craindre à la CIA une défection d’un de ses pilotes les plus chevronnés. Par la suite, dès son retour en 1962 aux USA, il fut de nombreuses fois reproché d’être resté vivant… Pourtant les directives officielles de la CIA étaient toutes autres : « Si la capture semblait imminente, les pilotes devraient se rendre sans résistance et adopter une attitude coopérative vers leurs ravisseurs. »
Il fallut attendre le 1 mai 2000 pour qu’il reçoive à titre posthume trois décorations prestigieuses : la « Prisoner of War Medal », la « National Defense Service Medal» et la « CIA’s Director’s Medal ».

Dans ses mémoires « Opération Overflight », Gary Powers revient sur la partie de l’interrogatoire traitant de la seringue de poison et de sa non-utilisation :
Q. Qui vous a donné l'aiguille de poison ?
A. Elle m'a été donnée par colonel Shelton pendant le briefing à Peshawar.
Q. Dans quel but ?
A. Au cas où j'étais capturé, torturé, et préférerait être plutôt mort.
Q. Ceci signifie que vos supérieurs vous ont décidé de ne pas épargner votre vie ?
A. Il n’incombait qu’à moi d’utiliser cette seringue.
Q. Mais ils vous ont donné cette aiguille avec le poison ?
A. Oui.
Q. Ils ont voulu que vous fassiez sauter l'avion, que vous vous suicidiez pour Ă©liminer toutes traces ?
A. Non, ils ne m’ont pas demandé de me suicider.
Q. Mais ils vous ont donné l'aiguille pour vous tuer ?
A. Si j'étais torturé.
Q. On vous a dit que la torture serait employée dans l'Union Soviétique ?
A. Non, je ne m’en rappelle pas, mais je le croyais.
Q. Avez-vous été torturé ?
A. Non.
Source : Gary Powers, Operation Overflight, page 138

Q. Avez-vous des regrets au sujet de ce qui s'est produit ?
A. Des regrets ? Oui, j'en ai quelques uns. Mon plus grand n'est pas que j'ai fait durant le vol du 1er mai 1960. Ce serait plutôt l'opposé : que nous n’ayons pas fait plus quand nous avions de la chance. Nous avons eu l'occasion, les pilotes, les avions, et, je crois sincèrement, le besoin. Pourtant dès le début même du programme « U-2 » en 1956 nous avons fait peu de survols de la Russie alors que cela était possible. D'ailleurs entre début 1958 et avril 1960, nous n'en avons fait presque aucun. Si le programme était important pour notre survie en 1956 et 1957 – je suis convaincu que ça l’était car, en dehors du canular russe sur le bombardier (ndlr : Myasishchev Mya-4/M-4 Molot 'Bison'), la crise cubaine sur les missiles justifia à elle seule le coût du programme entier, sauvant non seulement des millions de dollars mais, probablement, des millions des vies.
Source : Gary Powers, Operation Overflight, page 320
Voici le texte qui peut être ajouté à vos messages. Il y a une limite de 580 caractères.
Avatar de l’utilisateur
Valkyrie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 963
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:28
Medals: 4
contribution (1) dossier technique de qualité (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: Gary Powers, USAF-CIA

Messagepar vigi » Mer 17 Nov 2010 00:27

Très intéressante cette citation des propos de Powers, on sent bien le Maccarthysme dans les propos des agents (NSA ?) qui interrogèrent Powers.

C'était donc une injection qu'il avait sur lui, j'étais resté sur une capsule de poison, planqué dans ces effets, j'ai également lu une histoire de capsule caché dans une pièce de monnaie.
Mais si Powers évoque une seringue, je pense qu'il sait de quoi il parle... Par rapport aux historiens qui rapportèrent cette affaire.

C'est Powers qui a fait le(s) vol(s) pour découvrir la supercherie du M-4 Bison ( un seul appareil construit à cette époque et qui fit plusieurs passages lors du défilé au dessus de la Place Rouge) ?
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: Gary Powers, USAF-CIA

Messagepar Valkyrie » Mer 17 Nov 2010 00:33

Il s'agit bien d'une "aiguille" :
Image
Concernant l'interrogatoire, il s'agit d'une retranscription de l'interrogatoire subit durant son procès à Moscou.
Le "Bison" est l'initiateur du projet U2. Je ferais un post plus détaillé dessus plus tard.
Voici le texte qui peut être ajouté à vos messages. Il y a une limite de 580 caractères.
Avatar de l’utilisateur
Valkyrie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 963
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:28
Medals: 4
contribution (1) dossier technique de qualité (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)


Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités