Page 1 sur 1

Oswald Boelcke, Luftstreitkräfte

MessagePosté: Jeu 28 Oct 2010 23:19
par vigi
Fiche militaire

Image
19 mai 1891 - 28 octobre 1916, mort au combat à Bapaume

Service actif : 1911–1916
Guerre : Première Guerre Mondiale
Missions de combat :
Victoires aériennes homologuées : 40
Appartenance : Jasta 2
Avions : LVG - Fokker E - Albatros D.II
Grade le plus élevé : Hauptmann
Médailles :
-Ordre "Pour le Mérite"

Le temps est dégagé ce 4 Juillet 1915, un LVG C décolle du terrain de Douai pour protéger un appareil d'observation allemand.
L'équipage de ce LVG ne passe pas inaperçu avec son mitrailleur qui arbore fièrement une tenue de hussard d'un rouge des plus chatoyant, von Wühlisch n'est pas avec n'importe qui puisque ce hussard a Boelcke comme pilote.
Certes pour peu de temps encore, car Boelcke va bientôt recevoir le nouveau Fokker E et, il en sera terminé des équipages doubles pour les missions de chasse.

Mais pour l'instant, les deux compères sont ensemble dans le LVG, lorsqu'ils aperçoivent plus haut en avant d'eux un Morane Saulnier Parasol.
Leur position en bas et en retrait ne leur donne pas l'avantage, Boelcke le sait mais, son LVG est plus rapide, il attend donc avant de se dévoiler d'être dans une position plus favorable.

Arrivé au dessus de Valenciennes, Boelcke a rattrapé le Morane, il pousse les gaz et grimpe à sa hauteur, l'équipage Français est surpris car il n'avait pas repéré le LVG, von Wühlisch en profite et ouvre le feu.
L'équipage français tente de réagir en ouvrant aussi le feu, mais le LGV toise désormais le Morane et l'observateur, le Lieutenant Georges de La Rochefoucauld, à toute les peines du monde à cadrer son tir et cela malgré les efforts de son pilote, le lieutenant Tétu.
Les appareils sont distant d'à peine cinquante mètres, les rafales sont tirées de part et d'autres de manières sporadiques, les deux pilotes étant des virtuoses du vol chacun arrive à se dégager dès qu'il est encadré par le tir du mitrailleur adverse.
Mais le LVG garde constamment l'avantage, en retrait au dessus du Morane français, pendant plus de vingt minutes, le lieutenant Tétu plonge, effectue des ressources, replonge, mais rien n'y fait Boelcke ne se laisse pas distancer et von Wühlisch est bon tireur.

Voyant qu'ils ne leur échapperont pas, le Lieutenant Georges de La Rochefoucauld fait signe à Boelcke qu'ils stoppent le combat et qu'ils se rendent.
Boelcke craignant une ruse, il continue à toiser le Morane français qui se rapproche du sol à la recherche d'un terrain favorable pour un atterrissage.
Mais alors que le Morane survole un bois, l'appareil chute brutalement et s'écrase.

Boelcke se pose dans une prairie en bordure du bois, des soldats allemands l'attendent déjà, ils ont trouvé l'épave du Morane avec les corps des deux soldats qui sont décédés, le Lieutenant Tétu est retrouvé avec sept balles dans le corps et le Lieutenant-Comte Georges de La Rochefoucauld a été touché cinq fois.

Les deux français sont enterrés le lendemain par les allemands avec tous les hommages militaires.
Boelcke et von Wühlisch sont présent et leurs rendent les honneurs.
L'esprit de chevalerie de la Première Guerre Mondiale !

Boelcke a élaboré et fait appliquer plusieurs règles fondamentales du combat aérien.
Ces enseignements sont plus connus sous le nom de Dicta Boelcke.
Certaines de ces règles sont toujours appliquées aujourd'hui.


Image

Sources: Les as de la grande guerre, Patrick de Gmeline

Re: Oswald Boelcke, Luftstreitkräfte

MessagePosté: Lun 30 Jan 2012 20:26
par paillet
Bonjour Vigi

j'ai bien aimé votre article sur le combat BOELCKE/ TETU , première victoire d'Oswald BOELCKE le ' juillet 1915

le lieutenant Maurice TETU était le frère de ma mère

le lieutenant observateur était le comte Georges de la ROCHEFOUCAULD et non de BEAUVICOURT comme l'avait indiqué O. BOELCKE dans ses carnets de vols

J'étais la semaine dernère sur les lieux du crash à MARCHIENNES 59

Je fais des recherches en vue d'une commémoration de ce combat avec un Marchiennois qui s'intéresse à cette vieille histoire

je suis en relation avec la famille BOELCKE en ARGENTINE car la famille BOELCKE y avait habité , et y est retournée

Maurice TETU , mon oncle , était revenu d'ARGENTINE , pour faire la guerre

ma famille réside aussi encore en ARGENTINE

Mon enthousiasme sur l'esprit de Chevalerie des combattants est un peu plus mesuré que le vôtre , si j'admets qu'Oswald BOELCKE était un seigneur ,
le tir à la mitrailleuse de Heinz Helmutt von WÜHLISCH sur des adversaires avec un appareil moins performant et mal armé , qui manifestent leur intention d'arrêter le combat n'est pas un exploit ,ni une gloire .

le même personnage lors de la deuxième guerre mondiale arrêté pour le massacre de PUTTEN en HOLLANDE s'est suicidé dans sa prison pour échapper au tribunal qui devait le juger pour crimes de guerre

Bien cordialement vôtre

François PAILLET

Re: Oswald Boelcke, Luftstreitkräfte

MessagePosté: Lun 30 Jan 2012 21:03
par vigi
Bonjour Paillet,

Merci de ces précisions historiques très importantes.
Puis-je me permettre de vous demander de bien confirmer le geste peu chevaleresque de von Wuhlisch ?
Non pas que je mette votre parole en doute, mais malheureusement, le web étant ce qu'il est... une toile ou l'on trouve le meilleur et son contraire, je souhaiterai juste une confirmation.

Merci beaucoup pour l’intérêt que vous portez a notre petit récit, que je vais corriger de suite pour ce qui est du Comte de La Rochefoucauld.