Richard Gomez Candelaria, USAAF

Ces hommes et ces femmes qui ont fait l'Histoire de l'aéronautique qu'elle soit navale ou non

Richard Gomez Candelaria, USAAF

Messagepar Guns » Dim 3 Oct 2010 19:30

Fiche militaire :

Image

Service actif : 1944 - 1946
Guerre : Seconde Guerre Mondiale
Missions :
Victoires aériennes homologuées : 6
Appartenance : 435th Fighter Squadron, 479th Fighter Group
Avions : P-51D Mustang
Grade le plus élevé : Capitaine
Médailles :
-Distinguished Flying Cross
-Silver Star
-Croix de guerre
-Presidential Unit Citation (3)
-Purple Heart


En cette journée du 07 avril 1945, au-dessus d'une formation compacte de B-24 Liberator évoluait un P-51 Mustang solitaire, son pilote était le lieutenant Richard Candelaria. Le jeune lieutenant se trouvait en avance par rapport à son groupe d'escorte du 435th FS. Il continuait de prendre de l'altitude alors que les Liberator s'enfonçaient vers le coeur de l'Allemagne.
Candelaria re√ßut un appel de ses √©quipiers, lui disant qu'ils ne le rejoindraient que dans 2 √† 3 minutes. Imperturbable, Candelaria continua donc son chemin seul. Il scruta un peu partout gr√Ęce √† sa verri√®re en goutte d'eau et ne tarda pas √† rep√©rer quelque chose dans ses sept heures bas : c'√©tait une formation de deux Me-262 Schwalbe. Ils allaient tr√®s vite et, bient√īt, d√©passeraient Candelaria par le dessous. Et il √©tait seul...
Candelaria avait déjà eu à faire avec ces chasseurs rapides durant ses missions d'escorte. Ils les avait poursuivis mais n'avait jamais réussi à les rattraper, car il y avait un écart de 160 km/h entre leur vitesse de pointe. C'était énorme, même si le Mustang était reconnu comme le plus rapide des chasseurs à pistons...
L'Américain savait que sa seule chance serait de plonger sur eux et de les attaquer en profitant de la vitesse qu'il aurait emmagasinée. Candelaria bascula sur l'aile gauche et plongea...
Mais les deux Allemands rep√©r√®rent Candelaria qui arrivait pratiquement de face et se mirent aussit√īt en l√©ger piqu√©, augmentant encore leur vitesse d'approche.
Candelaria, sachant qu'il n'aurait plus assez de vitesse une fois que les deux Me-262 seraient passés, largua ses deux réservoirs en désespoir de cause. Et ce qu'il espérait se produisit. Les deux chasseurs allemands firent un virage à gauche pour éviter les deux réservoirs qui leur tombaient dessus. Ce changement de cap les éloigna momentanément de la formation de bombardiers.
Candelaria ne perdit pas de temps, il vola aussit√īt sur le dos et effectua un "Split-S" et remonta en direction des Schwalbe, √† l'int√©rieur de leur virage. Pendant un court instant, sa vitesse √©tait mont√©e √† 780 km/h, voire m√™me 800 km...
Puis, il remonta l√©g√®rement au-dessus des Allemands, alors que ces derniers venaient d'inverser leur virage vers la droite, pour essayer de rattraper les bombardiers. Candelaria pla√ßa le nez de son chasseur au-dessus des Me-262 et ouvrit le feu. Il vit aussit√īt de la fum√©e s'√©chapper d'un des deux Allemands. Puis le chasseur allemand touch√© bascula en tournoyant et disparut dans les nuages.
Mais Candelaria n'eut pas le temps de vérifier s'il avait bien descendu l'un des deux Allemands, car des obus traçants fusaient déjà tout autour de son cockpit. C'était le second Schwalbe. Candelaria le repéra dans son rétroviseur.
L'Américain fit un virage serré à gauche, afin de détourner le Schwalbe des bombardiers. Un obus de 30 mm toucha alors son aile droite et la transperça. Mais le Mustang tint bon et continua son virage à gauche. Le Schwalbe, incapable de soutenir ce virage serré, dut overshooter. Il passa sous l'avion de Candelaria, et rompit le contact en plongeant dans les nuages.
Candelaria se rétablit et retrouva son souffle, il venait de remporter le combat contre deux chasseurs plus puissants que le sien...
Bient√īt, il rep√©ra la formation de Liberator qui volait tr√®s haut au-dessus de lui. Il poussa les gaz et recommen√ßa √† prendre de l'altitude pour les rejoindre. Le ciel √©tait vide de tout chasseur. Mais le calme n'√©tait qu'apparent, car le d√©luge n'allait pas tarder √† s'abattre sur l'Am√©ricain...
Tout en montant vers les bombardiers, Candelaria continua √† regarder √† gauche et √† droite. Bient√īt, il vit des objets noirs surgir lentement des nuages, dans ses trois heures bas. C'√©tait une formation de quinze Bf-109 qui grimpait vers les bombardiers.
Candelaria vira pratiquement à plat sur la droite, poussa les gaz et plongea sur les Messerschmitt. Il y avait un des Bf-109 avec un nez peint en jaune, Candelaria en déduisit qu'il devait être le leader, et le prit pour cible. Mais il devait tout d'abord détourner tous ces chasseurs des bombardiers. Alors, son Mustang passa en trombe et remonta en plein milieu des quinze appareils hostiles.
Le jeune lieutenant encaissa un virage de 6 G et revint vers le leader au nez jaune. Ce dernier s'était placé derrière un Liberator et avait commencé à tirer.
Voyant Candelaria, l'Allemand fit une glissade à droite et esquiva la "passe" du Mustang. Et, à chaque fois que le Mustang parvint presque à se placer derrière lui, il répéta la même manoeuvre et esquiva l'attaque.
Soudain, le Bf-109 se renversa sur la gauche et entama un virage très serré, Candelaria en fit de même et le suivit. Les deux appareils se mirent à virer l'un vers l'autre. Candelaria leva la tête pour regarder son adversaire, et constata que celui-ci en faisait de même. Mais au bout de cinq virages complets, le Messerschmitt parvenait presque à se placer derrière le Mustang. Candelaria devait tenter quelque chose, ou il était perdu...
Et il inventa une manoeuvre de génie. Candelaria eut l'idée de couper les gaz en braquant la gouverne de direction à fond, afin de faire pivoter le Mustang sur lui-même et de le faire décélérer pratiquement sur place.
Exactement comme il l'avait pens√©, le Mustang monta brusquement en chandelle d√®s qu'il braquait √† fond sur le manche en coupant les gaz. Puis, l'avion pivota sur place en perdant pratiquement toute sa vitesse. Tout en ex√©cutant sa pirouette de 360¬į, Candelaria supposa la position du Bf-109 √† nez jaune et pressa la d√©tente. Son mouvement ressemblait √† un pistolero qui tirerait au jug√© apr√®s avoir d√©gain√© en se retournant sur lui-m√™me. Et sa rafale fit mouche... L'aile du Messerschmitt fut presque coup√©e en deux par la rafale simultan√©e de six Browning de 12.7 mm...
Lorsque Candelaria s'était rétabli, il vit l'Allemand devant lui en train de piquer vers les nuages, une épaisse fumée noire dans son sillage. Il plongea après lui et l'acheva d'une longue rafale. Puis il vit le pilote s'extirper de l'avion en feu.
En remontant vers les nuages, Candelaria vit des traçantes passer près de son avion. Il se retourna et les vit. C'étaient les autres Bf-109. Ils étaient là pour venger leur leader abattu.
L'un d'eux arriva trop vite et ne put freiner √† temps. Candelaria √©crasa le palonnier gauche et son appareil glissa sur la gauche, laissant passer l'Allemand. Puis il inversa aussit√īt son virage et se retrouva derri√®re celui-ci. Une rafale bien ajust√©e et il vit le pilote allemand sauter de son avion, avant m√™me qu'il prenne feu.
Candelaria vira aussit√īt √† gauche, car il y avait d√©j√† un autre hostile derri√®re lui.
Les autres Bf-109, peu à peu, se mirent à tourner en rond et formèrent une "roue", manoeuvre défensive classique. Candelaria, à peine intimidé, décida de foncer directement dedans.
Il avait du carburant, il avait des munitions, et par dessus tout, il avait un P-51 Mustang. Donc, aucune raison d'en avoir peur...
Candelaria avait l'intention de traverser la "roue" le plus vite possible, et en abattant l'avion qui se glisserait devant lui. Ensuite, il quitterait la "roue" si vite qu'aucun autre Bf-109 n'arriverait à s'aligner derrière lui. Et il parvint à abattre son quatrième avion de la journée...
Mais en sortant de la "roue", Candelaria vit un Messerschmitt dans son rétroviseur et dégagea vers la droite. Des traçantes entourèrent son cockpit. Se rappelant de la faiblesse principale du Bf-109, Candelaria accentua encore son virage à droite, et vit que le chasseur allemand avait de plus en plus de mal à le suivre. Au bout de deux tours complets, il se retrouvait déjà derrière l'Allemand.
Candelaria pressa la détente et l'abattit. Cinquième victoire de la journée.
Alors arrivèrent les "Blue Basterds de Botny". Ils étaient huit. Et ils venaient de surgir des nuages bas pour porter secours à Candelaria. Les voyant arriver, les Bf-109 battirent en retraite et disparurent dans les nuages.
Sur le chemin du retour, Candelaria remarqua enfin que ses genoux s'entrechoquaient, et que son masque avait pratiquement décollé de son visage à cause de sa transpiration. Et il s'était dit :
"Eh bien mon vieux, cette fois t'as fr√īl√© la mort..."


Image
Avant de nous lier connaissance, je vous recommande chaudement de vous initier à notre modus vivendi... Qu'en dites-vous ?

Image


Vous vous sentez invincible ? Venez m'affronter ici : http://challengers.mohja.fr
Avatar de l’utilisateur
Guns
Modérateurs Globaux
Modérateurs Globaux
 
Messages: 2473
Inscription: Dim 6 Juin 2010 18:26
Localisation: Clichy, France
Medals: 9
Modo (1) Contribution exceptionnelle (1) contribution (1) Assiduité au forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Rédaction de qualité (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)
+3 ans d'ancienneté (1)

Retourner vers Pilotes de légende

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité