Page 1 sur 1

Solidité des navires (CV, DD,CL,BB) rapidité, puis de feu

MessagePosté: Dim 20 Mar 2016 10:30
par Pacifique
bonjour
tout d'abord j’espère avoir posté dans le bon endroit sinon désole.
La question est au sujet de la solidité des navires pendant la Seconde Guerre mondiale et leur rapidité
Voici ce que je pense savoir mais merci de me corriger si je me trompe.

Le Destroyer (DD)
- Points forts : rapidité, légèreté et Torpille
-points Faibles : Blindage léger, puissance de feu faible de l'artillerie navale. Et la portée?

le croiseur (CL)
-points forts : blindage équivalant à un cuirassé, vitesse, grosse puissance de feu en AA
- points faibles : (je ne sais pas trop) peut-être la puissance de feu de l'artillerie navale et la portée?

Le cuirassé (BB)
-points forts : Blindage lourd, artillerie navale (grosse pièce) grosse défense en AA portée longue
-points faibles : vitesse très lente

Le porte-avions je pense que c'est un navire qui doit être équivalent à un croiseur en matière de blindage et de vitesse tout comme L'Akagi et son sistership le Kaga
Mais à part l'artillerie navale quasi inexistante. l'artillerie AA et très présente.

Voilà ce que je pense savoir à peu près maïs peut-être que je fais fausse route et que ce n'est pas ça du tout ma question est un peu générique je sais.
car je pense que c'est très difficile de classifier chaque navire car même le plus petit des navires de la Seconde Guerre mondiale pouvait avoir ses avantages et aussi ses inconvénients.
merci par avance aux spécialistes du forum . bon dimanche ;)

Re: Solidité des navires (CV, DD,CL,BB) rapidité, puis de fe

MessagePosté: Mer 30 Nov 2016 11:28
par DahliaBleue
Pacifique a écrit:[…] La question est au sujet de la solidité des navires pendant la Seconde Guerre mondiale et leur rapidité
Voici ce que je pense savoir mais merci de me corriger si je me trompe.
[…] le croiseur (CL)
-points forts : blindage équivalant à un cuirassé, vitesse, grosse puissance de feu en AA
- points faibles : (je ne sais pas trop) peut-être la puissance de feu de l'artillerie navale et la portée ?[…]
Loin de là, pour la protection sur les croiseurs (légers ou lourds) : elle est presque inexistante.