TBF / TBM Avenger

TBF / TBM Avenger

Messagepar Guns » Sam 10 Juil 2010 09:43

Grumman TBF / TBM Avenger

1er vol: 7 Août 1941
Mise en service: 1942
Retrait: 1960

Type : Avion-torpilleur embarqué
Motorisation : 1 Ă— Wright R-2600-20
Puissance : 1 900 ch
Envergure : 16,51 m
Longueur du fuselage : 12,48 m
Hauteur au sol : 4,70 m
Surface alaire : 45,52 m²
Masse Ă  vide : 4 783 kg
Masse maximale : 8 115 kg
Plafond pratique : 9 170 m
Vitesse maximale : 442 km/h
Vitesse ascensionnelle : 630 m/mn
Rayon d'action de combat : 1 610 km
Rayon d'action de convoyage : n/a
Equipage : 1 pilote + 1 officer-torpilleur + 1 mitrailleur
Armement interne : 1 mitrailleuse Browning M1919 de 7.7 mm dans le capot + 2 mitrailleuses Browning M-2 de 12.7 mm dans les ailes + 1 mitrailleuse Browning M-2 de 12.7 mm en tourelle arrière + 1 mitrailleuse Browning M1919 de 7.7 mm en tourelle ventrale
Armement externe : 907 kg de bombes sous pylĂ´ne ventrale + 1 torpille Mark XIII en soute
Nombre construit : 9 839 unités


Image


Sources: Les avions de la seconde guerre mondiale, ed. Atlas



Le Grumman Avenger répond à une demande de l'US Navy de 1941 qui souhaitait trouver un remplaçant au Douglas TBD Devastator.

Bien que ne disposant d'aucune expérience dans le domaine des avions torpilleurs, l'avionneur Grumman et ses ingénieurs s'attelèrent à la tache en s'inspirant du concept du F-4F Wildcat qui avait fait ses preuves en terme de qualité aérodynamique pour les appareils embarqués.
La production de deux prototypes débuta en Avril 1940, le premier vol eut lieu 7 Août 1941, alors que l'US Navy avait déjà passé commande de 286 appareils huit mois plus tôt...ce qui prouve à la fois la confiance que portait la Navy à Grumman (grâce en grande partie au F4F Wildcat) et aussi au besoin récurant de remplacer le Devastator qui était totalement dépassé.

Les premiers appareils de série sont réceptionnés par l'US Navy en Décembre 1941 et Janvier 1942.
Ils sont engagés pour la première fois durant la Bataille de Midway où ils se font tailler en pièces par l'aéronavale Japonaise, sur six appareils, un seul retourne à bord des porte-avions US...avec ses deux mitrailleurs tués.

Mais cela ne changea pas les besoins et les demandes de la Navy, à tel point que Grumman fut dans l'impossibilité de répondre à la demande de production exigé par la Marine Américaine. La production fut donc en partie sous-traitée par l'Eastern Aircraft Division de la General Motors Corps.
Eastern commença la production en Novembre 1942 sous la désignation TBM-1, alors que Grumman produisait les TBF-1.

En Novembre 1944, Grumman avait produit 1 525 TBF-1 et 764 TBF-1C, la version C disposait d'une mitrailleuse de 12,7 mm supplémentaire en tir vers l'avant dans les emplanture de voilure, au lieu de la mitrailleuse unique de capot sur la version précédente.
Dans le même temps, Eastern avait produit 550 TBM-1 et 2 332 TBM-1C, aux caractéristiques identiques.

La production totale des Avenger s'Ă©leva Ă  9 839 appareils, dont 2 293 pour Grumman et, 7 546 pour Eastern Aircraft Division.
Les Britanniques commandèrent 1 058 appareils,mais seulement 921seront livrés à la Fleet Air Arm, 63 appareils seront également livrés à la Royal New Zealand Air Force.

Les Avengers et le triangle des Bermudes:
Le 5 décembre 1945, cinq appareils décollent de Fort Lauderdale pour un vol d'entraînement. Ils disparaissent en mer sans laisser aucune trace. Certaines sources avancent des hypothèses sur les mystères du triangle des Bermudes, mais les enquêtes récentes laissent plus sérieusement penser à une désorientation et à une perte en mer faute de carburant.



Les versions de l'Avenger:

XTBF-1: 2 prototypes.
TBF-1: première version de série
TBF-1B: pour les britanniques 395 exemplaires. Appellation britannique Avenger Mk I
TBF-1C: identique au TBF-1 capacité d'emports de réservoirs largables sous voilure et dans la soute, deux mitrailleuses de 12,7 mm au lieu d'une.
TBF-1D:version avec un radar centimétrique APS-4 .
TBF-1E: version avec radar de recherche maritime
TBF-1J: Version d'opérations tous temps.
TBF-1CP: Version de reconnaissance avec caméras.
TBF-1L: Version doté d'un projecteur dans la soute, pour la recherche de sous-marins de nuit .
TBF-3: Moteur R-2600-20.
TBM-1: version du TBF-1 produite par Eastern 550 exemplaires. Appellation britannique Avenger Mk II
TBM-1C: version du TBF-1C produite par Eastern 2 332 exemplaires
TBM-2: Moteur R-2600-10
TBM-3: version doté du moteur R-2600-20 4657 construits. Appellation britannique Avenger Mk III
TBM-3D : Version du TBM-3 équipée d'un radar centimétrique APS-4.
TBM-3E : Version de lutte anti-sous-marine équipé du radar RT-5/APS-4. Appellation britannique Avenger AS Mk 4
TBM-3H : Version équipé d'un radar de recherche maritime.
TBM-3J : Version d'opérations tous temps.
TBM-3L : Version doté d'un projecteur dans la soute, pour la recherche de sous-marins de nuit.
TBM-3P : Version de reconnaissance, équipée de caméras.
TBM-3R : Version de transport pour 7 passagers, sans armes et un porte Ă  droite.
TBM-3M : version d'après-guerre de lutte anti-sous-marines. Désigné TBM-3S2 en version d'attaque et, TBM-3E2 en version de recherche.
TBM-3W : version d'après-guerre de veille aérienne avec un radar APS-20 et deux officiers radars.

Image
Sources : richard-seaman.com
Avant de nous lier connaissance, je vous recommande chaudement de vous initier Ă  notre modus vivendi... Qu'en dites-vous ?

Image


Vous vous sentez invincible ? Venez m'affronter ici : http://challengers.mohja.fr
Avatar de l’utilisateur
Guns
Modérateurs Globaux
Modérateurs Globaux
 
Messages: 2473
Inscription: Dim 6 Juin 2010 18:26
Localisation: Clichy, France
Medals: 9
Modo (1) Contribution exceptionnelle (1) contribution (1) Assiduité au forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Rédaction de qualité (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1)
+3 ans d'ancienneté (1)

GRUMMAN AVENGER TBM/TBF

Messagepar nanard » Mer 2 Mai 2012 21:58

En mars 1939, le Bureau of Aeronautics soumit aux constructeurs américains le cahier des charges pour un triplace embarqué, facile d'entretien et de construction, disposant d'une mitrailleuse sur tourelle, capable d'emmener 680 kg d'armement en soute, à une vitesse de 482 Km/h, avec une autonomie de 600 km.
Cet avion était destiné à remplacer le Douglas TBD Devastator sorti en 1935. En cinq semaines de travail intensif, sous la responsabilité de l'ingénieur en chef des prototypes Bob Hall, l'ensemble du bureau d'études sorti le projet de cet avion hors normes, même au plan des dimensions principales.

Le 24 août sur treize projets, Grumman fut retenu, deux prototypes étant commandés dès le 3 novembre. Inspiré du chasseur F4-F pour des raisons de temps, c'était un appareil dont le volumineux fuselage était en fait une soute, une porte étant aménagée sur son côté droit, derrière l'aile, pour accéder à la partie arrière de l'avion où on trouvait les parachutes, les fusées de signalisation et les munitions de secours. Il était surmonté de l'habitacle où trois hommes d'équipage étaient installés, l'un derrière l'autre.

Doté d'un train d'atterrissage bicycle rétractable, ses ailes étaient repliables le long de la carlingue. En place arrière inférieure, le bombardier disposait d'une mitrailleuse Browning M1 de calibre 7,62 mm, complétant l’arme de même calibre installée sur le capot moteur et celle de calibre 12,7 mm montée en tourelle pivotante, derrière le pilote,sur le dos de l’appareil. Le premier vol de cette machine eut lieu le 1er août 1941, une première commande de 286 exemplaires ayant été passée en décembre 1940, révélant la nécessité de modifier la position du centre de gravité et d'agrandir l'empennage vertical.

XTBU-1 ayant été perdu pendant les essais, XTBF-1 vola modifié le 20 décembre de la même année, et reçut alors le nom d'Avenger (Vengeur). Le délai fixé pour la livraison du premier appareil sera respectée, mais la production démarra trop lentement, obligeant Grumman à signer un accord le 23 mars 1942 avec General Motors, pour produire sous licence 2539 des 9827 Avenger sortis. A cet effet, fut créée Eastern Aircraft Division, fabriquant les TBM, Grumman construisant les TBF.
Le TBF-1 réalisa sa première mission de combat durant la bataille de Midway, le 4 juin 1942, venant à temps remplacer les Devastator. A cette même époque, avec le développement du radar dans l'US Navy, cet équipement devint standard pour ce type d'appareil, le choix se faisant entre le Westinghouse ASB pour les missions traditionnelles et l'APG-4 «Sniffer» pour bombarder à basse altitude. Dans les deux cas, l'écran radar se trouvait à la place du bombardier mitrailleur, ce dernier ne risquant pas de manquer d’activité durant le vol.

L’expérience du combat révéla rapidement l’insuffisance de l’armement défensif de la machine. Dès le TBF-1C, l’arme de capot fut remplacée par deux mitrailleuses de calibre 12,7 mm placées dans la partie extérieure des ailes, chacune disposant d’un chargeur de 600 cartouches. Durant la guerre, trois versions principales seront produites, débouchant sur un grand nombre de sous versions : TBF/TBM-1 : Après l'initial TBF/TBM-1, paru un TBF-1B, les Britanniques destinataires le nommèrent Tarpon, il fut suivi par les TBF/TBM-1C.
Outre le renforcement de l'armement évoqué, ils présentaient une augmentation de la capacité en carburant passant de 1268 à 2748 litres, puis la version TBF-1CD sera la première à être dotée d'un radar RT-5/APS-4, retrouvé inchangé sur les TBF/TBM-1D. Suivront ensuite les TBF/TBM-1E dotés d'un radar spécial et d'une avionique complémentaire, le TBF/TBM-1J reprenant toutes les modifications apportées à l'avion plus une avionique tout temps et une protection spéciale contre le givre, le dernier de la lignée étant le TBF/TBM-1L, doté d'un puissant phare de recherche monté rétractable dans la soute à bombes.

TBF/TBM-2 : Modèle intermédiaire, c'était un TBF/TBM-1 avec un moteur Wright R 2600-20 en lieu et place du R 2600-8, portant la puissance à 1930 ch., toujours dans une architecture 14 cylindres en double étoile refroidi par air, accouplé à une hélice tripale tractive. Il fut en fait un prototype débouchant sur le TBF/TBM-3

TBF/TBM-3 : Il représenta à lui seul 47% de la production globale. L'étude commença en janvier 1943 et déboucha sur l'adoption généralisée du nouveau moteur; Pour passer l'autonomie de 1778 à 3750 Km, des réservoirs supplémentaires furent placés sous les ailes, ceux-ci pouvant être remplacés par 8 roquettes de 5 pouces.
Suivirent les TBM-3D, conversion des précédents avec, monté en pod sous l'aile droite, un radar APS-4 qui devint un RT-5/APS-4 sur le TBM-3E, puis TBM-3H avec un radar de recherche en surface et TBM-3M doté de missiles, dernière évolution durant la seconde guerre mondiale.

Dans le programme d'après guerre, apparurent le TBM-3N pour les missions d'attaque de nuit, le TBM-3P dédié à la reconnaissance photo, le TBM-3Q, le TBM-3R, version de transport pour 7 passagers (ce qui donnait une idée de la capacité initiale de la carlingue) ou d'un fret équivalent, mais sans armement. Vinrent alors les versions les plus diffusées du TBM-3 : le TBM-3S, équipé de l'armement défensif déjà évoqué. L'offensif consistait en une torpille Mk 13-2 de 906 kg et 560 mm de diamètre, ou 910 kg de bombes de tailles variées, pouvant être remplacées par des charges sous-marines ou des mines dans sa vaste soute à ouverture hydraulique contenant également un réservoir pour réaliser un écran de fumée.

Dans les principales marines occidentales, il travaillait en duo avec le TBM-3W, modèle le plus fabriqué de l'après guerre. Au vu du poids de matériel à installer, à l'époque, dans un avion embarqué destiné à devenir LA détection avancée de la Flotte, seul le TBM correspondait aux besoins.
Partant d'un TBM-3 et après dépose de l'armement de bord, du blindage, de la soute à torpilles et des installations radio, il fut positionné les équipements nécessaires. L'étude en soufflerie montra la nécessité des deux petites dérives verticales additionnelles sur l'empennage arrière, pour rétablir la stabilité en roulis, menacée par le gros radôme destiné au radar APS 20, placé sous le ventre de l'appareil.

Cet équipement, travaillant dans la bande des 10 centimètres, présentait l’avantage, du fait de sa position, d’avoir une couverture utile sur 360°. Si l'équipage était toujours de trois personnes, seul le pilote restait au niveau supérieur, l'opérateur des systèmes radars et électroniques étant déplacé dans l'arrière du fuselage. Achevé en août 1944, les essais officiels débutèrent en janvier 1945 et s'achevèrent le 6 avril suivant.
Au vu des résultats, il fut décidé de procéder, sans délai, à une expérimentation tactique au large de la Californie avec trois TBM-3W pour Warning, appellation officiellement adoptée. Ils confirmèrent l'augmentation conséquente de la période d'alerte pour le porte-avion, passant de 15 à 45 minutes. Ces résultats étaient attendus, au point que l'US Navy avait commandé, dès juin de l'année précédente, quarante systèmes de détection complets et la transformation de trente TBM-3.

Cet ensemble commença à être livré en mars 1945, la production s'établissant rapidement à 8 appareils par mois, immédiatement mis en service sur les porte-avions des Flottes de l'Atlantique et du Pacifique. Arrivé trop tard pour être opérationnel durant la seconde guerre, il garda une grande importance historique, en étant l'ancêtre des Bréguet Alizé, Grumman E-2C Hawkeye et autres Boeing E-3C Awacs.
Dans l'Aéronautique navale les TBM-3W livrés en 32 exemplaires, de juin 1953 à 1956 et les TBM-3S en 24 exemplaires, en 1954/1955, équipèrent, les flottilles 4 F, 6 F et 9 F, où ils prenaient les appellations de «hunter» (chasseur pour le 3W), et de «killer» (tueur pour le 3S). Ce tandem était toujours le premier à prendre l'air, après l'hélicoptère Pedro, et le dernier à rentrer.
Les 4 F et 6 F, eurent également les 6 TBM-3 E livrés en 1951, version de torpillage dotés sous l’aile droite d’un radar centimétrique RT-5/APS-4. Il apparaîtra aussi dans l’éphémère escadrille 15 S de Bône les Salines.

Cet essai de torpillage s’arrêta rapidement, l’avion étant trop limité par un angle de piqué très réduit et par son manque de vitesse. Il deviendra, après modifications, un 3 S. D’autres versions furent mises en œuvre comme le TBM-UT livré en 30 exemplaires de 1951 à 1958, avion de remorquage de cibles et de liaison non armé, transportant jusqu’à 6 personnes !, version française du 3-U, ou le TBM-53 de recherche, version française du TBM-3 S déjà évoqué, disposant des mêmes équipements de détection ; 41 furent livrés en 1951/1952, n’emportant que deux bombes sous le fuselage et 8 roquettes sous les ailes, ils allèrent plus particulièrement à la flottille 6 F et à l’escadrille 15 S. La dernière version possédée par les Français fut le TBM-57, évolution du TBM-3 E, livré en 1956 en 10 exemplaires.

A la fin de la guerre, 9836 Avenger avaient été construits et l’Aéronautique navale en reçu 164, dont les rescapés furent découpés mi-1965 sans merci pour cette Dinde, Turkey en anglais, surnom affectueux donné par les équipages à cet avion bedonnant.
Envergure 16,51 m
Longueur 12,48 m
Hauteur 4,70 m
Poids maximum 7500 kg, Ă  vide 4778 kg
Vitesse 444 Km/h, vitesse de croisière sur longue mission 278 Km/h
Plafond 9000 m
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)


Retourner vers USA

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron