Bloch MB-175T

Bloch MB-175T

Messagepar vigi » Jeu 8 AoĂ» 2013 23:09

Premier vol : 15 Octobre 1941 (175T)
Mise en service : Octobre 1946
Retrait : 1952 (175T)

Comme d’habitude sur Aéronavale & Porte-avions, il ne sera question dans ce descriptif que de la carrière aéronavale de l’appareil. Il est bien sur évident dans le cas du Bloch MB-175, que cette carrière se déroula essentiellement avec l’Armée de l’Air, je ne peux que vous invitez pour en savoir plus sur ce point, à lire l’article très complet d’Aéro Journal cité en source à la fin de cette fiche.

Le Bloch 175 répondait à un besoin de l’Armée de l’Air qui souhaitait se doter d’un bombardier léger avec des capacités accrues par rapport à son ainé, le MB-174.
L’avionneur Marcel Bloch (ndlr : futur Marcel Dassault) conçu donc une version agrandie du 174, en longueur comme en envergure, afin de placer une soute à bombes avec des capacités suffisantes pour ce type d’appareil.

Le prototype du MB-175 effectua son premier vol en DĂ©cembre 1939.
Il s’en suit une série de souhait et doléances du STAé, avec deux types de motorisations possibles, Gnome-Rhône et Pratt & Whitney (MB-176).
L’état de l’armée française étant déjà dans l’urgence, ce n’est que le 27 Mai 1940 que le premier appareil de série effectua son premier décollage… Il est bien sur inutile de dire que le contrat pour plus de deux-mille cinq-cents appareils ne fut jamais atteint.

L’intérêt de la Marine pour le MB-175 commença en pleine occupation, suite à une réflexion du gouvernement de Vichy.
L’affaire était d’autant plus réalisable, puisque pour des raisons assez obscures (ou pas), les usines de la SNCASO n’avaient eu à subir aucun dommage lors de l’avancée allemande de Mai-Juin 1940 et encore moins d’actes de sabotages, avec comme corolaire la prise en compte par l’occupant de quelques deux-cents MB-175 à divers stade de production, le tout dans des usines ne demandant qu’à redémarrer dans l’heure.
Chacun étant libre d’interpréter ce trait d’histoire français, je ne peux qu’inviter à lire (ou relire) le sujet sur la débâcle de notre forum pour approfondir ce point.

Les allemands ne voyant que peu d’intérêt dans ce bombardier léger, ils décidèrent de laisser Focke-Wulf gérer les capacités de production de la SNCASO et, laissèrent aux bons soins de Vichy le choix de l’utilisation des cellules de MB-175.

Le problème pour Vichy était de transférer l’ensemble des matériels de production de Bordeaux à Châteauroux, afin de poursuivre la production et de finir d’équiper les cellules qui étaient sans moteur.
La Marine de son côté avait désigné les Flottilles 2F, 3F et 5F pour être équipé de MB-175.

Fidèle à son incohérence, l’armée de Vichy, forte des erreurs de 1940, décida de transférer les quelques deux-cents cellules de 175 par la voie des airs, en les équipant de moteurs Hispano-Suiza 12Y-31.
Le souci était qu’il fallait modifier les bâtis moteurs sur chaque appareil et que Bordeaux, ne disposait que de six moteurs, les autres ayant été réquisitionnés par les allemands.
Je vous laisse imaginer la suite.
Modification de trois appareils, envoi à Châteauroux, retour des six moteurs par la route à Bordeaux, remise en état des trois appareils…

Bref !

En dehors d’un MB-175 emprunté à l’Armée de l’Air sur la base de Tafaraoui en Algérie, pour modifier l’appareil en bombardier lance-torpille.
La Marine n’eut pas d’autre occasion de posséder des MB-175 durant ces temps troubles et troublés.

La décision de donner la capacité de torpilleur au MB-175 datait de Février 1941 et le « prototype » effectua des essais entre le 15 Octobre 1941 et le 4 Juin 1942.
Face à l’accueil « chaleureux » des troupes vichystes lors du débarquement allié en AFN, le sort de ce MB-175 torpilleur fut scellé sous les bombes dans les combats du débarquement.

L’aventure du MB-175 sous les cocardes à l’ancre de marine ne reprit qu’après la Libération à l’été 1945.
Désormais désigné MB-175T, l’appareil fut commandé à cent exemplaires par la Marine, commande qui fut ramenée à quatre-vingts en Mars 1946.
Comme le fait Airbus aujourd’hui, le MB-175T était fabriqué par tronçons, à Nantes pour les sections arrières de fuselage, à Saint-Nazaire pour les empennages, à Rochefort s/Mer pour les voilures et à Châteauroux pour l’assemblage… La logistique du transport en moins bien-sûr, sans parler de l’état du réseau routier national !
Le premier vol d’un MB-175T eut donc lieu fort logiquement le 15 Mai 1946.

Il est intéressant de noter que l’armement défensif de l’appareil se composait de trois mitrailleuses allemandes MG-151 de 15 mm.
L’armement offensif, outre une torpille, pouvait se composer de charge de profondeur, anglaise, des Mk-47 et le radar était lui aussi britannique, un ASV Mk-XII.
Les férus de mécanique apprécieront le joyeux mécano que devait être ces MB-175T avec des matériels en pouces et d’autres en système métrique…

L’Aéronavale perçut ses premiers Bloch 175 en Octobre 1946.
Dépassé, mal conçu, victime de nombreuses pannes et accidents, les appareils furent rapidement relégués à des taches secondaires comme le remorquage de cibles, pour être réformés en 1952.
La Flottille 6F eut « la joie » de percevoir des MB-175T en Janvier 1947 à la place de ses PV-1 Ventura, on est d’ailleurs en droit de se demander si ce choix était pertinent, surtout si l’on compare les deux appareils.
L’autre unité fut l’Escadrille 10S.
Après sa réforme, quelques appareils furent utilisés pour l’instruction à l’école de mécaniciens de Rochefort.
Aucun exemplaire ne fut conservé, et tous les MB-175T survivants furent ferraillés.


Bloch MB-175T en chiffres :

Longueur : 12,43 m
Envergure : 18,10 m
Hauteur : 3,55 m
Surface alaire : 41,96 m²

Masse Ă  vide : 5 660 kg
Masse en charge :

Motorisation : 2x Gnome-RhĂ´ne 14N 66/67 ou 70/71 de 1 150 ch
Vitesse maximum :
Vitesse de croisière :
Plafond pratique :
Rayon d’action :

Armement :
2x mitrailleuses MG-151 de 15 mm dans les ailes
1x mitrailleuse MG-151 de 15 mm au poste d’observateur arrière
8x roquettes de 90 mm en emport sous voilure
1x torpille
Ou
3x charges de profondeur Mk-47
1x radar ASV Mk XII


Sources : Aero-Journal N°36 par CJ Ehrengardt


Image
Source image: airwar.ru (source d'origine inconnu... Marine Nationale ??)
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5338
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Retourner vers Europe

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron