Saro S-36 Lerwick

Saro S-36 Lerwick

Messagepar vigi » Mar 7 Mai 2013 21:14

Premier vol: 31 Octobre 1938
Mise en service: été 1939
Retrait : fin 1942

En Mars 1936, l’Air Ministry émit la spécification R-1/36 qui définissait le cahier des charges pour un hydravion de taille moyenne qui pourrait assurer des missions de lutte anti-sous-marine, de patrouille et d’escorte de convoi.
L’appareil qui emporterait cet appel d’offres devait remplacer les hydravions biplans Saro London et les Supermarine Stranraer.

L’Air Ministry retint trois projets.
Le Blackburn B-20, le Supermarine 314 et la Saunders-Roe S-36.
Le projet de Blackburn, outre le fait qu’il était peu conventionnel connu un destin tragique qui scella son avenir.
Supermarine proposait un appareil intéressant, mais l’Air Ministry avait besoin de toute la capacité de production de cette entreprise, en particulier pour le chasseur Spitfire, ce qui repoussait la sortie de l’hydravion 314 à plus de deux ans. L’Air Ministry porta donc son choix sur le Saunders-Roe A-36.

Le Saro A-36 était un hydravion à coque, aile haute, bimoteur embarquant six membres d’équipage. Doté d’un fuselage particulièrement haut, son profil n’était pas sans rappeler celui d’un Short Sunderland dont on aurait diminué les dimensions.
En plus de la coque de fuselage, deux balancines fixes placées sur le tiers externe de la voilure assuraient la stabilité de l’appareil sur l’eau.
La charge offensive était de 900 kg qui se répartissait dans deux soutes de voilure placées dans le prolongement des nacelles des moteurs Bristol Hercules.
L’armement défensif était composé de trois tourelles, une à l’avant avec une mitrailleuse Vickers de 7,7 mm, les deux autres tourelles étaient des Nash & Thomson, la dorsale recevait deux Browning de 7,7 mm et celle de queue disposait de quatre armes du même type.

Cet hydravion de construction métallique reçut le nom de Lerwick et une commande de vingt-un exemplaires fut passée en Juin 1937.

Les trois premiers appareils qui sortirent des chaines de production furent utilisés pour les essais. Le premier vol ayant lieu le 31 Octobre 1938, avec un retard assez conséquent sur le calendrier en raison de problèmes liés à la construction du S-36 qui n’avait pas bénéficié d’un prototype pour "essuyer les plâtres".
Ce choix d’achat "sur plan" va se révéler dramatique pour la carrière du S-36 Lerwick.

Dès les premiers essais, l’hydravion se révéla instable en vol, mais également lors de ces évolutions sur plan d’eau. Les pilotes devaient constamment corriger le comportement de l’appareil, ce qui était un problème majeurs pour un hydravion qui était prévu pour des missions de patrouille de longue durée.
La modification des trims et un nouvel angle d’incidence de voilure ne gomma que très partiellement ces défauts, avec comme corolaire d’en faire apparaitre un autre beaucoup plus dangereux… Une capacité à décrocher sans prévenir à basse vitesse !
Les équipages d’essais n’étaient pourtant pas au bout de leurs surprises.
Le Lerwick se révéla incapable de se maintenir en vol sur un seul moteur et si ce dernier était maintenu trop longtemps à plein régime, il se produisait de récurrents problèmes de refroidissements.
Les portes hydrauliques des soutes à bombes avaient également la fâcheuse tendance à s’ouvrir en vol sans en avoir reçut l’ordre.
Malgré ces problèmes qui aurait dues, si ce n’est amener à l’arrêt du programme, au moins amener à un minimum de réflexion, les quatre premiers S-36 Lerwick furent versés au squadron 240 à l’été 1939.

En Octobre, les équipages renvoyèrent les Lerwick pour repasser sur leurs antiques Saro London, sans doute avec un grand soulagement.
Le programme du Saro Lerwick fut alors stoppé le 24 Octobre, pour être mieux relancé le 1er Novembre 1939.

En Décembre 1939, ce fut l’Air Vice-Marshal Sholto Douglas qui monta au créneau pour faire stopper la livraison de ce dangereux hydravion, demandant dans le même temps que Saunders-Roe concentre son énergie en aidant à la production du Short Sunderland.
Il semble que la panique générale ait eu raison de l’esprit lucide de l’Air Vice-Marshal, puisque l’Air Ministry maintint la commande initiale, au prétexte que la RAF avait un besoin urgent d’appareil de combat de tout type.

Ce fut alors le squadron 209 basé à Oban (où l'on peut y déguster un malt pas mauvais du tout) qui eut le privilège de rendre ses Short Singapore pour percevoir les Saro Lerwick en 1940.
Les premiers accidents ne tardèrent pas, au point d’obliger l’unité à stopper son activité pour modifier ses hydravions.
Car loin d’être dû aux tares déjà connues du Lerwick, ce fut une fragilité des balancines qui fut détectées lors de l’emploi opérationnel des S-36. Lors des amerrissages, les haubans de ces dernières se brisaient entrainant à chaque fois un capotage plus ou moins réussi de l’hydravion.

Durant son très bref emploi au sein du squadron 209, les Lerwick repérèrent deux U-Boot à qui ils ne causèrent aucun dommage, contrairement aux équipages qui les pilotaient, puisque trente-cinq périrent dans les accidents qui provoquèrent la destruction de dix des vingt-un appareils produits.

En Avril 1941, le calvaire du Squadron 209 fut stoppé avec la réception de PBY Catalina.

Le dernier Lerwick fut livré en Mai de la même année.

La plupart des appareils encore en service furent envoyés en Écosse à Invergordon dans une unité d’instruction du Coastal Command, trois retournèrent au Squadron 240 pour servir de banc d’essais pour des matériels alors classé top-secret.

A l’été 1942, quelques Lerwick furent gracieusement confiés à des équipages canadiens pour qu’ils puissent se former au pilotage des hydravions, avant d’être retiré du service à la fin de la même année et ferraillé en 1943.


Le Saro S-36 Lerwick en chiffres :

Longueur : 19,40 m
Envergure : 24,64 m
Hauteur : 6,10 m
Surface alaire : 78.5 m²

Masse en charge : 12 880 kg
Masse maximum au décollage : 15 060 kg

Motorisation: 2x moteurs Bristol Hercules II de 1 375 ch
Vitesse maximum: 345 km/h
Vitesse de croisière : 267 km/h
Vitesse ascensionnelle : 183 m/min
Rayon d’action : 2 479 km
Plafond pratique : 4 270 m

Armement:
1x mitrailleuse Vickers K de 7,7 mm dans la tourelle de nez, 2x mitrailleuses Browning de 7,7 mm en tourelle dorsale et 4x armes du mĂŞme type dans la tourelle de queue.
900 kg de bombes ou de charges de profondeur.

Image
Source image: wikimedia
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5338
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Retourner vers Europe

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité