DEWOITINE 520

DEWOITINE 520

Messagepar nanard » Dim 22 Avr 2012 10:33

Grâce à une étude privée de novembre 1936 sous la direction de Robert Castello, un chasseur aux performances proches des Hurricane et Spitfire anglais fut projeté. Le challenge était de créer un avion le moins cher possible, doté d’un Hispano-Suiza 12 Y 21 de 820 ch., capable d'atteindre 500 Km/h à l'altitude de référence.
Ce projet fut rejeté, l'armée de l'Air ayant entre temps monté ses prétentions à la vitesse minimum de 520 Km/h (soit quand même 70 km/h minimum de retard sur Anglais et Allemands).
En janvier 1937, un projet modifié fut représenté sous le code D.520, en référence à la vitesse demandée. Ce projet eut la malheureuse idée d’être accepté à l’aube de 1937, quand la firme Dewoitine devenait SNCAM en mars suivant, Emile Dewoitine n’étant tout au plus qu’administrateur délégué.
Comme dans toutes les affaires où l’État met son nez et ses fonctionnaires, il fut imposé à la nouvelle entreprise de nombreuses opérations de sous-traitance, remettant à plus tard la mise au point du dossier et les prototypes du D 520. Emile Dewoitine ne se découragea pas, continuant l'étude de ses prototypes, la fabrication d'une cellule d'essais débutant dès 1937.
A la date de régularisation par l'armée de l'Air, le 3 avril 1938 ! par un contrat pour deux prototypes, ces derniers étaient sur le point d'être finis. Malgré l’incurie officielle, le premier vol eut lieu le 2 octobre de la même année, à Toulouse-Francazal. La vitesse et l'efficacité des radiateurs furent décevants et, après un changement de moteur pour un Hispano-Suiza 12 Y 29 à échappement propulsif, le cap des 520 Km/h fut passé le 7 février 1939, puis 550 Km/h avec un 12 Y 33, toujours fidèle à l’architecture 12 cylindres en V refroidis par eau, muni d’un compresseur, mais il fallut attendre fin 1939 pour la prise en charge des essais officiels, rien ne pressait, la guerre n’était déclarée que depuis trois petits mois.
Malgré cela, le premier contrat de production, portant sur 200 Dewoitine 520 munis du dernier moteur évoqué, était signé depuis le 17 avril 1939, pour livraison entre septembre et décembre de la même année... Difficile de trouver pire dans la série des missions impossibles, propres à l'administration. Une seconde commande était tombée le 5 juin suivant pour 600 autres appareils, réduite à 510 en juillet et augmentée à 1280 le 12 septembre, soit une cadence mensuelle de 350 exemplaires à partir de novembre 1939, sans compter les 120 machines commandées par l'Aéronautique navale en janvier 1940 !
Le premier D.520 de série, vola pour la 1ère fois le 2 novembre 1939, le second le 3 décembre avec une pluie de modifications à la clef. Le moteur était maintenant un Hispano-Suiza 12 Y 45, 12 cylindres en V à refroidissement liquide de 935 ch., accouplé à une hélice tractive tripale Ratier à pas variable électrique, les réservoirs d'essence étant différents et assuraient une autonomie de 998 Km, le fuselage était allongé de 51 cm, mais des problèmes moteurs, maladie endémique chez Hispano-Suiza, retardèrent les tests d'armement à Cazaux.
Chasseur monoplace ailes basses, doté d'un train d'atterrissage Messier bicycle rétractable, il était de construction très simple, mais très élaborée, entièrement métallique avec un revêtement travaillant riveté et une aile en une seule pièce, sur un seul longeron, montée et fixée sous le fuselage, le tout étant construit en 8000 heures de travail, contre 12 500 à son "rival" le Morane-Saulnier MS 406.
Un peu moins rapide que le Messerschmitt 109, il se révélait beaucoup plus maniable et devenait redoutable, dans de bonnes mains, dans les enroulés.
Son armement défensif comprenait un canon Hispano-Suiza H.S. 404 avec chargeur 60 coups, fixé dans le V du moteur et tirant par l'axe d'hélice et 4 mitrailleuses d'ailes M.A.C. 34 M 39 de calibre 7,5 mm alimentées à 675 coups. Cette puissance de feu était servie par un collimateur Baille Lemaire sur les premiers modèles, très vite remplacé par un O.P.L. RX 39 (Optique de Précision de Levallois), alias viseur «lanterne».
En janvier 1940, la production devait être de 44 machines, 13 furent prêtes, sans compter les «détails» pénalisant la vitesse. Comme la plupart des constructeurs, Dewoitine n'échappait pas aux critiques justifiées. Un rapport notait que les remarques formulées par les premiers groupes utilisateurs n'avaient reçu aucune amélioration. La commission idoine en était à ne plus savoir, en fonction de l'état, très variable, des machines livrées, la date à laquelle les 520 pourront être considérés "bons de guerre".
Ce n'est qu'en avril 1940 que les solutions furent trouvées pour remédier à tous les ratés, mais le 10 mai, à la veille de l'attaque allemande, seulement 38 Dewoitine 520 équipaient l'armée de l'Air en version opérationnelle.
A la décharge de l'entreprise, une de celle, sinon la seule capable de sortir des chasseurs au niveau de ceux de l'ennemi, elle subissait le contre-coup de sa réputation. Outre ce 520 étudié, étaient en projet : les D 550 et 551, correspondant au Plan V de guerre, nous y reviendront et aux dernières spécifications de l'armée de l'Air qui prenait enfin la mesure du retard, de son retard. A la ferraille les MS 406 poussifs, au rencart les D 520 dépassés, la norme minimale de vitesse était tout à coup porté à 610 km/h ! Le D 551avait de la marge pour prévenir le prochain caprice des autorités, il en était à 702 km/h avec la même cellule que le D 520, équipé d'un nouveau Hispano-Suiza (contre 535 pour l'original), tellement nouveau d'ailleurs, qu'alors qu'il ne fallait que sa livraison pour transférer les chaînes d'un modèle à l'autre, il sera attendu jusqu'à la débâcle.
Autre projet en cours, le HD 780, imaginez un D 520 muni de deux flotteurs, étudié sur la demande de la Marine qui visiblement n'avait pas encore percuté qu'avec tous ces "accessoires" et le poids supplémentaire qu'ils occasionnaient, un hydravion ne pouvait, en aucun cas tenir tête à un chasseur traditionnel. Le plus curieux était le maintien contre vents et marées de ce projet d'hydravion de chasse, alors que dans le même temps, les mêmes venaient d'avertir, fort cavalièrement d'ailleurs, les constructeurs de prototypes d'hydravions de bombardement et de torpillage, bien moins tributaires de leurs performances, qu'ils utiliseraient désormais des avions "à roulettes" pour remplir ces missions !
Comme nous n'avons pas fini avec les demandes déphasées de la Marine en cette période cruciale, Dewoitine avait également en étude le D 790, chasseur embarqué sur P.A., issu lui aussi, on ne change pas une formule qui gagne, du D 520.
Quant je parle de demande déphasée, je vous rappelle que la Marine n'a plus de porte-avions, le Béarn trop lent est utilisé à d'autres tâches, alors que celui en construction (ils auraient dû être deux), si tout avait bien été, ne serait livré qu'en 1943, date à laquelle le D 790 aurait été obsolète.
Chacun de ces projets monopolisait tout ou partie du bureau d'études et des ateliers, car les nazis, à leur arrivée dans le sud découvriront les prototypes prêts à prendre l'air, quand ce n'était pas déjà fait comme le D 551.
Les D520 seront 330 pour la même arme le 25 juin, juste après la débâcle, plus 26 pour l'Aéronautique navale.
Interdits en France par la commission d'armistice, ils furent regroupés en Afrique du nord, pour pouvoir répondre à un éventuel nouveau Mers el Kébir. La 1AC en reçut 12 pour remplacer ses M.B. 151, la 2AC étant déjà équipée.
Début 1942, 3 machines seront déstockées et affectés au C.E.P. de Fréjus Saint-Raphaël, remplaçant Bloch 151 et autres Morane-Saulnier 406. Beaucoup de ces Dewoitine 520, maintenant complètement dépassés, furent anéantis à Port Lyautey lors du débarquement allié de novembre 1942, 19 y succombèrent. Dès la fin de l’année, la 1 ère flottille rééquipée avec des D 520 transférés par l’armée de l’Air, s’installait à Agadir, mais aucun de ceux utilisés par l'Aéronautique navale ne reprendra ses vols à la Libération, l’escadrille 1 F, record de longévité sur cette machine, les arrêtant en juin 1944. L’Aéronautique navale aura reçu 101 D 520, dont, paradoxalement, la plus grande part après la fin des combats de 1940.
A partir de novembre 1942, les modèles restés en métropole firent le bonheur des occupants et de leurs alliés. Ils sévirent, sous les couleurs Roumaine et Bulgare, contre les bombardiers américains allant bombarder les raffineries situées du côté de la Mer Noire.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar pingouin » Dim 22 Avr 2012 14:49

Beau début sur le D 520, nanard, mais là j'ai comme un dilemne, publier ce que j'ai sur les tribulations de la 1AC en AFN de 1940 à 1944, est-ce bien ici ou pas ? si le big boss veut déplacer tout ça dans une rubrique de formations ou d'escadrilles, c'est lui qui décide. Ca se décompose en cinq parties, suivant les stationnements successifs de la 1FC à Tafaraoui en 1940 , Syrie 1941 , Port Lyautey 1942 , Agadir, Thiersville 1943 et pour finir Lartigue 1944 , c'est toujours de D 520 qu'il s'agit.

to be continued ...
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar pingouin » Dim 22 Avr 2012 17:29

Les Dewoitine 520 de la F1C Ă  Tafaraoui.

Août 1940 - La F1C arrive à Tafaraoui

Septembre 1940 - L’après Mers- el-Kebir

Novembre 1940 - Rotations alternées sur la Tunisie

Mars 1941 - La première dissidence

Mars 1941 - Le temps des représailles contre les britanniques

Textes tirés d'articles écrits par Lucien Morareau en 1985
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar vigi » Dim 22 Avr 2012 21:38

Y a pas de souci les gars, au pire si le D-520 s'oriente vraiment aéronavale, je déplacerai la fiche du taxi. ;)
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5338
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar nanard » Dim 22 Avr 2012 21:46

ouaips, mais il faudra faire la manip inverse avec le Privateer que Pingouin et moi on vient de compléter un peu, :fume: Il est garé, dans l'aéronavale US, mais je le vois mal apponter ou être catapulté d'un P.A. :mrgreen:
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar pingouin » Mer 26 Sep 2012 12:12

En jetant un oeil sur le sujet, je m'aperçois que ce que j'avais envoyé dans mon message du 22 avril à disparu, les liens photo sont inactifs, sans doute suite à mes démêlés récents avec Servimg ... C'était justement le début des scans que je suis en train d'envoyer à nanard, donc c'est sans importance.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar pygargue » Ven 5 Avr 2013 15:52

le Dewoitine 520 !

m'intéressant à la seconde guerre mondiale,

j'avais entendu parler des appareils de l'armée de l'air mais pas de ceux de l'aéronavale. il parait que c'était l'un des meilleurs chasseurs français (si ce n'est le meilleur). sans être nécessairement au cours de toute l'incompétence des autorités dans les années 30 : manque de vision à long terme et changement d'avis à tout bout de champ.
je trouves la situation française actuelle sur les drones étrangement similaire.

pour en revenir sur l'avion en lui-même, il est plutôt correctement armé par rapport à ses propres contemporains, disposant entre autre d'un canon de 20 mm. ce qui est loin d'être une généralité à l'époque. quand on vois les bilans de la campagne de France avec une aviation pas à la hauteur, je voudrais bien savoir ce que ça aurait pu être s'il y avait eu plus de D520 en ligne.
le gros reproche que l'on peut envisager est le chargement des mitrailleuses. en effet, avec 4 mitrailleuses à 675 coups (chacune ?), il semble que l'on privilégie les longs mitraillages là où les britanniques préfèrent plus d'armes (6 à 8 voir plus) avec moins de munitions par armes (350-400). il faut voir quelle est la meilleur solution ?
Imageet voilà un pygargue à queue blanche très celte car il a été observé en Écosse !
Avatar de l’utilisateur
pygargue
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 741
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:41
Medals: 6
contribution (1) Assiduité au forum (1) dossier 2ème classe (1) Rédaction de qualité (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1) Membre référant (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar nanard » Ven 5 Avr 2013 18:27

Salut Pygargue,
Sans conteste, le D 520, qui d'ailleurs était le même dans l'AA et l'Aéronavale, fut le meilleur avion de chasse français du début de la WW II. S'il était en-dessous du Me 109 en version Emil au niveau des performances, il le battait à plates coutures en ce qui concerne la maniabilité. Son plus gros handicap était le moteur Hispano-Suiza sortant difficilement 930 ch au décollage, le paradoxe venant du Mig 3, équipé d'un moteur construit sous licence... Hispano-Suiza du même type, 12 cylindres en V, qui, dès sa sortie en juin 1940, affichait plus de 600 km/h (50 de plus que le D 520), grâce à un moteur développant près de 1300 ch (400 de plus !). Closterman avait surement raison quand il affirmait que nous étions les seuls à ne pas savoir faire fonctionner nos moteurs !
Pour l'armement, c'est pareil, un Emil, c'était, au choix, selon les sous-versions, DEUX canons de 20 mm et 2 mitrailleuses de 7,92 mm, ou 1 canon et quatre mitrailleuses. Le soucis du D 520 était que son unique canon de 20 mm disposait uniquement de 60 obus utilisables, soit moins de 10 secondes de feu ! Je te conseille de regarder avec ta montre, c'était vraiment très peu dans un ciel menaçant!!! Pour ses mitrailleuses, les derniers modèles sortis, avant la débâcle, étaient alimentées à 800 cartouches, mais cela ne changeait pas grand chose en combat aérien, on savait, depuis le début des années 30, que ce calibre manquait de puissance, entraînant une déflexion du tir, réservant plutôt ces armes au mitraillage au sol, destin totalement imprévu sur cette machine.
Là aussi, ce défaut du canon n'avait rien d'inéluctable, les Anglais, à qui Hispano-Suiza avait repassé l'ensemble des plans de cette arme pour éviter qu'elle ne tombe aux mains des nazis, l'améliorèrent pour fonctionner ailleurs qu'au milieu du V du moteur. Il fut, entre autres, installé dans les ailes des Spitfire, utilisant une technique que la MAC (Manufacture d'Armes de Chatellerault) avait commencé à mettre au point, mais, comme d'habitude en France, il devait y avoir le temps, la bande porteuse qui permettra d'approvisionner les canons à près de 200 obus, changeait tout sur cet excellent canon. Le record sera établi par Browning qui, sur la même base, réalisera les alimentations des canons de Corsair à 240 obus si je ne me trompe pas.
J'espère que l'histoire de cet avion t'aura intéressé.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar pygargue » Ven 5 Avr 2013 18:50

nanard a Ă©crit:Salut Pygargue,
Sans conteste, le D 520, qui d'ailleurs était le même dans l'AA et l'Aéronavale, fut le meilleur avion de chasse français du début de la WW II. S'il était en-dessous du Me 109 en version Emil au niveau des performances, il le battait à plates coutures en ce qui concerne la maniabilité. Son plus gros handicap était le moteur Hispano-Suiza sortant difficilement 930 ch au décollage, le paradoxe venant du Mig 3, équipé d'un moteur construit sous licence... Hispano-Suiza du même type, 12 cylindres en V, qui, dès sa sortie en juin 1940, affichait plus de 600 km/h (50 de plus que le D 520), grâce à un moteur développant près de 1300 ch (400 de plus !). Closterman avait surement raison quand il affirmait que nous étions les seuls à ne pas savoir faire fonctionner nos moteurs !
Pour l'armement, c'est pareil, un Emil, c'était, au choix, selon les sous-versions, DEUX canons de 20 mm et 2 mitrailleuses de 7,92 mm, ou 1 canon et quatre mitrailleuses. Le soucis du D 520 était que son unique canon de 20 mm disposait uniquement de 60 obus utilisables, soit moins de 10 secondes de feu ! Je te conseille de regarder avec ta montre, c'était vraiment très peu dans un ciel menaçant!!! Pour ses mitrailleuses, les derniers modèles sortis, avant la débâcle, étaient alimentées à 800 cartouches, mais cela ne changeait pas grand chose en combat aérien, on savait, depuis le début des années 30, que ce calibre manquait de puissance, entraînant une déflexion du tir, réservant plutôt ces armes au mitraillage au sol, destin totalement imprévu sur cette machine.
Là aussi, ce défaut du canon n'avait rien d'inéluctable, les Anglais, à qui Hispano-Suiza avait repassé l'ensemble des plans de cette arme pour éviter qu'elle ne tombe aux mains des nazis, l'améliorèrent pour fonctionner ailleurs qu'au milieu du V du moteur. Il fut, entre autres, installé dans les ailes des Spitfire, utilisant une technique que la MAC (Manufacture d'Armes de Chatellerault) avait commencé à mettre au point, mais, comme d'habitude en France, il devait y avoir le temps, la bande porteuse qui permettra d'approvisionner les canons à près de 200 obus, changeait tout sur cet excellent canon. Le record sera établi par Browning qui, sur la même base, réalisera les alimentations des canons de Corsair à 240 obus si je ne me trompe pas.
J'espère que l'histoire de cet avion t'aura intéressé.


ouais, cela m'a intéressé ...
Imageet voilà un pygargue à queue blanche très celte car il a été observé en Écosse !
Avatar de l’utilisateur
pygargue
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 741
Inscription: Ven 11 Juin 2010 16:41
Medals: 6
contribution (1) Assiduité au forum (1) dossier 2ème classe (1) Rédaction de qualité (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1) Membre référant (1)

Re: DEWOITINE 520

Messagepar vigi » Mar 4 Juin 2013 17:58

Petite mise à jour des pages dédiées au HD-780 et D-790 du site sur l'histoire des D-520 de l'Aéronavale.

Un grand merci au Musée de l'Hydraviation de Biscarrosse pour leur aide précieuse. 8-)
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5338
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)


Retourner vers Europe

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron