La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Toute l'actualité des aéronavales, des marines de guerre et, des aviations du globe

La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Messagepar Teuf-Teuf » Dim 6 Avr 2014 18:47

Bonjour. Le message ci-dessous comporte certains passages "musclés". C'est pourquoi je voulais le soumettre d'abord à l'un des administrateurs de ce forum avant de le publier. J'ai tout essayé, mais rien à faire pour envoyer un message à Vigi, par exemple. La fonction "Contacter (sic) Vigi" ne donne rien. Je mets donc mon texte ci-dessous parce que le temps presse (référendum en Suisse le 18 mai) tout en précisant que, si les administrateurs jugent certains passages trop politiques ou trop vindicatifs (contre les "pacifistes" authentiques ou... agents provocateurs), je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'ils les suppriment (je peux aussi me charger de modifier mon texte). Naturellement, ils peuvent m'envoyer des méls à cette adresse: 1940cdf5PASDESPAMbluewin.ch Veuillez remplacer PASDESPAM par @ (cette précaution vise à bloquer le spam envoyé automatiquement). Merci d'avance pour vos commentaires éventuels.
==========================================================================================================

La commande ÉVENTUELLE de chasseurs Saab “Gripen” par la Suisse

Cette affaire dure déjà depuis plusieurs années ; c’est devenu un véritable feuilleton aux rebondissements multiples, et qui se poursuivent en ce moment même. Je m’y intéresse non seulement parce que, comme tout un chacun, la Chasse m’intéresse depuis toujours (défaut de jeunesse dans lequel Pierre Clostermann et son “Grand cirque” ont joué un rôle déterminant, comme pour des dizaines de milliers de congénères), mais aussi parce que je connais bien Saab, pour qui j’ai beaucoup travaillé (traductions hautement techniques, surtout sur le « Viggen »), et parce que j’habite en Suisse, un pays acheteur… éventuel.

Quand ce pays a essayé les trois derniers types d’avions restant en compétition pour la “finale”, en 2013, le meilleur des trois fut le Dassault “Rafale”, suivi du “Typhoon II” d’Eurofighter et enfin du “Gripen”, avion qui était, dès sa conception, nettement plus modeste et moins ambitieux car étudié avant tout pour les besoins spécifiques de la Suède, qui sont très particuliers. Le prix d’achat et, certainement, des considérations techniques influant sur le prix de revient total, ont joué un rôle important dans la décision. À titre indicatif, et pour mémoire, le « Gripen » a un seul moteur, les deux autres avions en ayant deux.

On a pu croire que cette décision était prise pour la commande de 22 ”Gripen E”. Il s’agira d’une version nouvelle, dont l’étude et le développement sont en cours, et fortement améliorée par rapport aux précédentes, C (monoplace) et D (biplace) : fuselage nouveau et probablement de plus forte section, moteur nouveau et certainement plus puissant, divers raffinements techniques. Ce qui concerne ce futur avion est classé “secret” et on en sait donc peu de chose mais vous pouvez tenter votre chance sur le site Saab en anglais. Une recherche sur Saab Gripen donne des résultats en anglais et en français. Il y a aussi des réponses en suédois : si vous comprenez la langue de Pippi Långstrump…

Pour en revenir à la Suisse, on y trouve un « Groupe pour une Suisse sans armée », le GSsA (notez que le 2e s est minuscule car il n’est pas l’abréviation d’un nom – cette façon d’écrire se voit souvent en allemand). Son nom rend les explications superflues. Vous trouverez immédiatement son site Internet en faisant une recherche sur gssa. Évidemment, il s’oppose farouchement à l’achat de ces avions comme de tous les autres armements. Ici, je ne peux éviter de parler (brièvement) de questions qui sont d’ordre politique. Dans le monde entier mais surtout, semble-t-il, dans les pays à la fois modernes, démocratiques et libres, supprimer l’Armée et les fabrications ou achats d’armements en tous genres est une demande vieille comme le monde, si j’ose dire, ressassée à toute occasion (réelle ou créée exprès) par les pacifistes honnêtes et sincères (ils méritent le respect malgré leur immense naïveté et leur ignorance, encore plus grande, de la véritable nature humaine et de la géopolitique) et surtout par toutes sortes d’intrigants, d’agents de l’étranger hostile et de provocateurs politiques dont le but n’est pas la paix mais l’affaiblissement du pays visé au profit d’un autre, qui souhaiterait l’envahir et l’avaler. Il y a un exemple tout récent de ce genre de manœuvres.

Or, le GSsA est parvenu à convaincre un nombre suffisant de citoyens suisses (cent mille, sauf erreur) de signer une pétition demandant qu’il soit procédé à une votation (référendum) dont le but sera de refuser, et donc d’interdire, l’achat des 22 « Gripen ». Cette procédure référendaire est très courante en Suisse (le seul pays vraiment démocratique que je connaisse), et ce pour les sujets les plus divers. Ce n’est que la plus récente de toute une série de difficultés qui n’ont cessé de se dresser devant cette commande d’avions. La votation en question aura lieu le 18 mai et les sondages indiquent qu’elle pourrait bien atteindre son but : interdire l’achat des 22 avions. Certains hommes politiques suisses ont déjà déclaré qu’il existerait quand même des moyens de les acquérir autrement que par une commande unique et « massive », comme la division en plusieurs petites commandes dont le montant ne justifierait pas (juridiquement) un nouveau référendum de blocage (solution assez douteuse moralement et politiquement), le leasing, avec lequel chaque somme versée est beaucoup plus basse que les 3,1 ou 3,2 milliards de francs prévus (environ 2,6 milliards d’euros), ou autres. Il faut se souvenir que, de nos jours, la durée de vie des avions de combat est d’environ quarante ans, souvent grâce à des modernisations et à des remises à niveau. 2,6 milliards d’euros en 40 ans, c’est environ 65 millions par an, somme tout à fait raisonnable pour défendre la liberté et la neutralité de son pays… Il est vrai que selon le GSsA, , les frais totaux pendant la durée de vie des « Gripen » seraient d’environ 8,13 milliards d’euros (10 Mrd de francs… y compris le carburant ?), soit environ 200 millions par an. Le PIB de la Suisse était de 478 milliards d’euros en 2011, un peu plus en 2014 (peut-être environ 497 milliards, en gros 500 milliards d’euros)... Ces dépenses, même en acceptant les chiffres du GSsA, représenteraient donc à peu près 0,4 POUR MILLE, soit 0,04 % du PIB annuel.

Je crois que le point principal est perdu de vue par le GSsA et ses sympathisants (je parle de ceux qui sont sincères et non des agents de Moscou). En dehors des amis fidèles de l’URSS (maintenant la Russie, les différences réelles étant difficiles à découvrir), qui ont toujours cherché, au moins depuis 1939, à affaiblir les pays occidentaux pour obtenir l’hégémonie totale de la Russie (déguisée en « URSS » « socialiste » et « paradis des « travailleurs » (sic) pendant quelques décennies) et l’invasion merveilleuse de l’Europe par l’Armée rouge et le KGB qui l’auraient transformée aussi en paradis des « travailleurs » (sic) à coups de canons, de viols en masse, de massacres (cf. Afghanistan) et de camps de concentration (Goulag et Sibérie), il y a tous les suiveurs et surtout suiveuses, toujours fascinées par les « révolutionnaires » agressifs, revendicatifs et « humains » (tu parles !). Ces suiveurs sont pleins de bonne volonté mais de moins de discernement ; ils trouvent logiques et sans réplique les « arguments » selon lesquels il n’y a aujourd’hui plus d’ennemi même éventuel, et qu’il vaut beaucoup mieux consacrer « tout cet argent » aux écoles, aux hôpitaux, à la lutte contre la faim et la misère mondiales, et éventuellement à la réduction des impôts. C’est l’inévitable tarte à la crème, le cliché usé jusqu’à la corde, des « pacifistes » bêlants et téléguidés depuis Moscou, bêtes et pas méchants mais très dangereux, et il est difficile de combattre cette « logique » d’escrocs téléguideurs de la patrie du socialisme (!) qui savent parfaitement ce qu’ils veulent :
« Affaiblissez, affaiblissez, cela nous servira toujours à quelque chose. ». Moi aussi, depuis très longtemps, je déplore l’immense et scandaleux gaspillage de ressources précieuses en tous genres auquel se livre l’humanité (y compris les grands philanthropes de l’URSS-Russie et de la Chine de Mao) et je préférerais de beaucoup les autres utilisations mentionnées de ces ressources, mais il n’est même pas certain que la suppression des dépenses militaires permettrait un financement plus facile des activités pacifiques : ce n’est pas si simple. Les pacifistes, sincères ou malhonnêtes, oublient un « détail » : l’homme réel étant ce qu’il est (agressif, malhonnête, ambitieux, impérialiste, arrogant, voleur, autoritaire, brutal et j’en passe), si un pays est désarmé, un ou plusieurs autres pays en profiteront tôt ou tard pour l’envahir, voire le détruire (c’est si amusant !) et pour réduire sa population en esclavage économique, matériel et sexuel, comme la Russie, profitant de l’occasion fournie par Hitler et sa 2e guerre mondiale ainsi que par l’incompétence et la noire stupidité des présidents US Roosevelt et Truman, l’a fait en 1944-45 pour environ cent millions d’Européens, des trois pays baltes à la Tchécoslovaquie et à la Pologne (et maintenant, les Russes se plaignent que l’Europe les ait récupérés car ces pays et leurs habitants sont la PROPRIÉTÉ des seigneurs saigneurs russes). Par ailleurs, il ne faudrait pas s’imaginer que les fous sanguinaires aient disparu avec Hitler et Staline : il y en aura toujours et il faut être prêt à les repousser, y compris avec des avions de combat modernes. On a vu quelques exemples, de Mao à Pol Pot (Cambodge) et Kim Il Sung et companie (et descendance, plutôt), avec l’actuel Kim Jong-un. Ces « socialistes » ont tous rétabli la monarchie héréditaire. Le fou furieux actuel de Corée du nord communiste (vous savez bien, les communistes, les amis de l’humanité) menace carrément d’envoyer des fusées atomiques sur les USA pendant que sa malheureuse population, encore une victime du communisme, meurt littéralement de faim (c’est plutôt lui qui devrait renoncer à avoir une armée mais, curieusement, les « pacifistes » ne parlent jamais de la Corée du nord…) : je l’ai déjà dit, ces fous dangereux existeront toujours et il faut être capable de se défendre. Les 100 millions d’esclaves européens de la Russie, ce n’étaient pas des citoyens américains, donc leur sort ne présentait aucun intérêt pour le président des USA, pas plus que celui des Français sous les bombes de 1942 à 1945 inclus : ils avaient perdu en 1940, donc c’était leur faute (en 1940, les Anglais ont perdu tout autant mais ils se sont héroïquement enfuis dans leurs îles).

Si un pays (comme la Suisse) est désarmé, encore, mais souhaite se réarmer parce que la situation internationale a changé beaucoup plus vite que les pacifistes authentiques ou simulés ne sont capables de penser, il faut bien savoir que, évidemment, réarmer pour retrouver un niveau de puissance et de dissuasion militaire voisin de ce qu’il était avant la renonciation à l’Armée, voire supérieur, cela prend très longtemps, d’autant plus que, en cas de crise internationale grave (et il y en aura encore beaucoup, ne vous faites pas d’illusions), les pays producteurs d’armes vraiment efficaces et dissuasives (chars et avions modernes, entre autres, et matériel de défense antiaérienne et antichar) en auront besoin eux-mêmes et seront peu enclins à les fournir en priorité à des pays assez bêtes, comme la Suisse (?), pour s’être désarmés eux-mêmes ! Je crois que, en privé, ceux qui devraient décider de fournir ou non les armes demandées auraient tendance à dire : « C’est leur faute. Qu’ils se démerdent à présent ! »

Qui plus est, même en cas de crise grave et d’invasion imminente par un ennemi brutal, cruel, qui se moque pas mal des bons sentiments des pacifistes, il ne suffirait pas d’obtenir (très difficilement) des livraisons d’armes. On aurait besoin aussi du personnel capable de les utiliser comme il faut, de les entretenir et de les réparer. Or, la suppression de l’Armée ferait disparaître très vite ces compétences car les anciens militaires auraient choisi d’autres métiers et ne connaîtraient pas le matériel récent, perfectionné, que posséderaient les autres pays, surtout l’envahisseur. Pour reconstituer entièrement une armée efficace après sa suppression, je crois qu’il faudrait au minimum dix ans, voire vingt. C’est un peu long quand l’envahisseur barbare est à la frontière et exige le droit de passage et d’installation dans le pays pour « défendre ses citoyens menacés » (menacés par personne).

En résumé, il est tout à fait possible que la votation du 18 mai 2014 interdise l’achat des fameux 22 « Gripen E » par la Suisse, achat pourtant décidé par le gouvernement et le parlement. Si c’est le cas, nous n’avons pas fini d’en entendre parler (au moins en Suisse !).
Teuf-Teuf
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 31
Inscription: Lun 20 Jan 2014 19:54

COMPLÉMENT ET CORRECTION

Messagepar Teuf-Teuf » Ven 11 Avr 2014 15:45

Les responsables suisses compétents ont affirmé qu'il n'était pas question de contourner la décision des électeurs s'ils choisissent d'interdire l'achat des 22 "Gripen". Dans ce cas, la Suisse devrait se contenter des 32 F-A 18 dont la livraison a commencé en 1997 sauf erreur (il y a donc 17 ans) et dont la durée de vie est déjà bien entamée, et d'une quarantaine de Northrop F-5 "Tiger" à bout de souffle, dont la mise à la retraite est imminente. Leur valeur militaire est à peu près nulle. Les pilotes de chasse sérieux ont toujours considéré ces tigres de papier comme des avions "Micky-Maus" (en allemand), c'est-à-dire comme des joujoux.

Au moins un sondage a été effectué en Suisse, il y a une semaine ou deux. 62 % des électeurs étaient contre l'achat des chasseurs "Gripen", une majorité très nette. Cela n'a rien de surprenant étant donné les arguments démagogiques employés par les soi-disant "pacifistes", arguments que j'ai déjà mentionnés : "Personne ne menace la Suisse (non, mais demain ?). Il vaut bien mieux employer cet argent pour financer les hôpitaux, les écoles, les voies ferrées et les routes, etc." Comme l'actualité le montre chaque jour depuis un mois ou deux, une menace très grave peut se manifester en quelques jours, voire en quelques heures, après quoi l'envahisseur risque fort de démolir tous ces beaux hôpitaux, écoles et autres en quelques minutes, histoire de montrer que lui n'a pas été assez bête pour renoncer à l'aviation de combat.
Teuf-Teuf
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 31
Inscription: Lun 20 Jan 2014 19:54

Nouveau sondage négatif

Messagepar Teuf-Teuf » Ven 11 Avr 2014 18:00

Un nouveau sondage négatif vient d'être publié en Suisse (le vendredi 11 avril). Cette fois, 52 % des "sondés" seraient contre l'achat des avions. C'est nettement moins que les 62 % qui ont précédé mais il paraît que les électeurs changeront peu d'avis d'ici à la "votation" (le référendum du 18 mai).

Je reste convaincu que la plupart des électeurs et surtout des électrices (nettement plus opposées à l'achat des avions) ne voient pas et ne comprennent pas les effets à long terme dont j'ai parlé dans mon premier message, ci-dessus. Ce sujet est probablement beaucoup trop complexe pour le commun des électeurs. Je crois que, parmi eux, beaucoup s'imaginent que, en cas de besoin pressant (guerre menaçante, invasion possible, etc.), "Y a qu'à" en acheter à ce moment-là, des avions. J'ai déjà expliqué que, en cas de crise grave, ce serait très difficile, voire impossible. Pire encore, il faudrait au minimum des mois pour entraîner les pilotes sur des avions d'un type qu'ils ne connaîtraient pas encore sauf, peut-être, s'il s'agissait de F-18, en supposant que les USA veuillent bien en fournir une vingtaine, ou plutôt une centaine car, en cas de danger imminent, il faut calculer des besoins très accrus et des pertes sensibles au combat. Rien ne prouve que les USA ou un autre pays fourniraient immédiatement de 20 à 100 avions de combat alors qu'ils en auraient besoin eux-mêmes.

Autrement dit, le refus de financer cet achat (ce sera la question posée au référendum) hypothéquerait gravement l'avenir pour des dizaines d'années alors que, nous le savons tous, les menaces et même les guerres peuvent surgir dans des délais très courts. Voir la Crimée et l'Ukraine : bien malin celui qui saurait dire, sans se tromper, comment cela finira... Une remarque historique et hors sujet : il paraît qu'Adolf Hitler lui-même fut très surpris, et horrifié, lorsqu'il apprit que l'Angleterre et la France avaient déclaré la guerre à l'Allemagne (3 septembre 1939) parce qu'elle avait envahi la Pologne (1er septembre) et, ignorant l'ultimatum des "puissances occidentales" (déjà "les occidentaux" qui déplaisaient tant à l'URSS et qui déplaisent autant à Poutine !), ne retirait pas ses troupes de ce pays. Hitler était convaincu que "les puissances occidentales" reculeraient une fois de plus, comme en 1935 (Rhénanie) et en 1938 (ils ont tout lâché sur les Sudètes et sur le reste de la Tchécoslovaquie - conférence de Munich). Hitler n'avait pas prévu de se retrouver en guerre aussi tôt avec deux grandes puissances de l'époque et cela ne cadrait pas avec ses plans, mais il les adapta très vite. Nul ne se doutait, alors, que la France, certes fortement armée, n'était qu'un tigre de papier en 1939, sauf peut-être Hitler lui-même, qui semble avoir deviné la réalité et prévu (à peu près) ce qui se passerait, mais la réalité dépassa toutes les prévisions. Il faut savoir que l'état-major allemand, constitué de grands professionnels très compétents, estimait que l'Allemagne ne serait pas vraiment prête, pour la guerre, avant 1941... exactement comme l'état-major français, dont l'estimation était la même pour la France.
Teuf-Teuf
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 31
Inscription: Lun 20 Jan 2014 19:54

Re: La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Messagepar Connie » Ven 11 Avr 2014 21:16

Pour ce qui est de ton premier message dit "musclé " Vigi donnera son avis dès son retour je n'en doute pas ;)
Mais je comprend très bien ton sentiment, il vaut mieux prévenir que guérir, il est certain que lorsque l'on a servi son pays sous les drapeaux ou indirectement en travaillant pour l'armée on ne peut pas voir les choses comme une personne "pacifiste" extérieure au système !
J'ai rencontré énormément de personnes qui ne comprennent pas la nécessité de garder une armée en France, et je te passe l'interrogation des dépenses en armements, mais chez nous pas de "votation" et malheureusement le budget de la défense diminue chaque année , et nous nous posons les mêmes questions, que ce passera t il le jour ou nous aurons besoin de notre armée ?
Maintenant est ce que le gouvernement Suisse tiendra réellement compte de l'avis des ses contribuables sachant le besoin de changer sa flotte de chasseurs ? N'est ce pas juste une façon de prendre la température ?
Les mythes que nous tissons reflètent inévitablement un fragment de vérité éternelle
J. R. R. Tolkien
Avatar de l’utilisateur
Connie
enseigne de vaisseau
enseigne de vaisseau
 
Messages: 712
Inscription: Lun 14 Juin 2010 13:07
Medals: 8
carriere militaire (1) contribution (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
Rédaction de qualité (1) courtoisie et politesse (1) Membre fondateur+1 an d'ancien (1) +3 ans d'ancienneté (1)

Re: La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Messagepar vigi » Sam 12 Avr 2014 11:19

Me revoilà après un long silence.
Dire que je vais plus présent désormais serait peut-être présomptueux.
Une petite période sans connexion web et surtout un (nouveau) travail très prenant me limite fortement dans mon activité sur le forum, mais que tout le monde se rassure... je surveille ! :twisted: :mrgreen:

Belle analyse Teuf-teuf, que je serai tenté de tempérer un peu.
Si le besoin de défense d'un pays, même dans une Europe qui a désormais plus a craindre d'une guerre économique que d'une guerre tout court...
Le Qatar est par exemple en train de faire gentiment main basse sur les richesses françaises...sournoise action ? Nous le serons bien assez tôt.
La position des suisses pour limiter son armement est donc compréhensible... je parle de limiter, pas de supprimer.

Pour la Suisse, il faut également intégrer quelques faits.
Historiquement, ce pays n'a jamais eu une armée capable de faire face à un ennemi puissant (Europe de 40: Allemagne, France, URSS, USA... Aujourd'hui: USA, Russie).
Elle s'est donc, logiquement, contentée d'une armée dite de police, voir de défense. La Suisse a pour elle un bien plus précieux qui calme bien des velléités... Les capitaux placés dans ses banques.
Premier fait.

Ensuite, ce pays est divisé en cantons, indépendant, mais réunis sous une confédération.
Quand faut causer budget, c'est pas aussi simple qu'un pays comme la France, chaque canton a un peu plus son mot Ă  dire.

L'armée est une armée entièrement constituée de réservistes, ce qui implique des coûts de formations et de maintiens des acquis élevés mais aussi très difficile à gérer.

Si je peux comprendre que le remplacement des F-5 soit une nécessité, celui des F-18 est un peu plus discutable pour l'instant.

Regardons un autre pays que je connais un peu.
L'Afrique du Sud.
Plus grand et bien plus en danger géopolitiquement que la Suisse, il a articulé sa défense aérienne autour de deux vecteurs.
Le Gripen et le Hawk-200.
Le premier servant de "leader" ou poisson pilote pour le second.
Les SudAf ont développé des groupes mixtes avec ces deux appareils en optimisant les liaisons de données type L-16 ou L-11 et le résultat est semble-t-il satisfaisant.
Bon, on évoquera pas les ténébreuses affaires de corruption qui trainent derrière ces contrats Gripen et Hawk, mais tactiquement, le système tient la route.

Les suisses pourraient parfaitement partir sur un concept identique.
Il remplace les F-5 par des avions d'entrainement, chasse, assaut avancés et lorsque les F-18 arriveront a bout de souffle, pourquoi pas des Gripen.

Ensuite la frilosité suisse peut aussi se comprendre avec le RetEx du voisin autrichien, qui se mord les doigts d'avoir acheté le Typhoon.
Un chasseur sur-dimensionné pour les besoins du pays qui englouti à lui seul la quasi totalité du budget de défense.
A un tel point que les autrichiens sont près à tout pour s'en débarrasser...
Mais quand on est partie prenante dans un programme de chasseur de combat, on quitte pas le logis familial comme ça...
Les autrichiens se sont enfermer dans une prison dorée avec le programme Eurofighter.
Les suisses ne doivent pas ĂŞtre insensible Ă  ce cas du voisin Tyrolien.
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Messagepar Teuf-Teuf » Sam 12 Avr 2014 17:34

Connie a écrit:Maintenant est ce que le gouvernement Suisse tiendra réellement compte de l'avis des ses contribuables sachant le besoin de changer sa flotte de chasseurs ? N'est ce pas juste une façon de prendre la température ?


- Oui, le gouvernement suisse tiendra compte du résultat de la "votation" comme des résultats de toutes les autres depuis des décennies et même des siècles. En effet, sauf erreur de ma part, ces résultats sont inscrits dans la constitution, dont ils deviennent une partie intégrante, et leur respect est donc obligatoire. Ici, je dois avouer que je ne connais pas ces règles juridiques avec précision (je vais tâcher de me renseigner, ce qui est facile) et que je peux commettre des erreurs, mais ce que je viens d'écrire est au minimum très proche de la vérité. La Suisse et ses habitants étant VRAIMENT démocratiques, chacun "obéit" au résultat des référendums, souvent en soupirant et en grognant, et ce même si le résultat est presque de 50 % contre 50 % (c'est arrivé tout récemment à propos de la "libre circulation des personnes" entre l'Union européenne et la Suisse) mais la volonté du peuple est réellement respectée. Naturellement, comme dans le monde entier, il y aura toujours des petits malins qui essaieront de passer outre, mais moins qu'ailleurs et avec moins de chances de succès. Il faut comprendre que, en Suisse, non seulement le peuple participe à de nombreux référendums (peut-être 10 par an, voire plus - je ne sais pas trop ; en général, on regroupe le même jour les scrutins sur des référendums ayant des objets très différents), mais qu'un grand nombre de ces "votations" sont déclenchées par le peuple lui-même, voire par une seule personne qui parvient à en convaincre d'autres de la soutenir, de l'assister, de la financer. Il y en a plusieurs exemples récents (sur les résidences secondaires envahissantes et fictives, vides presque toute l'année ; sur les rémunérations de PDG et autres jugées abusives (c'est aussi mon avis), etc. Les résultats des votations déplaisent souvent beaucoup au gouvernement (le Conseil fédéral, constitué de conseillers fédéraux) et le gênent fortement mais il a l'obligation de s'y conformer sauf si le résultat n'est pas conforme au droit ou à la constitution, ce qui est rare.

Si le vote du 18 mai interdit l'achat des 22 "Gripen", rien n'empêchera le gouvernement de revenir à la charge un peu plus tard (de un an à quelques années) après avoir donné des explications et des arguments appropriés. C'est probablement ce qui se passerait mais avec une perte de temps non négligeable et des relations assez chaotiques, sur ce point, avec le constructeur Saab et le gouvernement suédois. Ce gros problème tomberait en pleine phase de développement du "Gripen" version E, qui est déjà en cours et à laquelle la Suisse doit participer, financièrement aussi (sauf changement intervenu depuis un an).
Teuf-Teuf
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 31
Inscription: Lun 20 Jan 2014 19:54

Re: La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Messagepar Teuf-Teuf » Sam 12 Avr 2014 18:49

vigi a écrit:Pour la Suisse, il faut également intégrer quelques faits.
Historiquement, ce pays n'a jamais eu une armée capable de faire face à un ennemi puissant (Europe de 40: Allemagne, France, URSS, USA... Aujourd'hui: USA, Russie).
Elle s'est donc, logiquement, contentée d'une armée dite de police, voire de défense. La Suisse a pour elle un bien plus précieux qui calme bien des velléités... Les capitaux placés dans ses banques.
Premier fait.


- Il est clair qu'un pays de 4 millions d'habitants (en 1940, je crois) ou de 8 millions (de nos jours) sera toujours incapable de vaincre un ennemi très puissant. Les petits pays qui entretiennent une armée appliquent le principe de la dissuasion du faible au fort, comme de Gaulle avec sa force de frappe opposée à l'énorme URSS. Il ne s'agit pas de vaincre l'adversaire mais de le dissuader de s'en prendre au pays (France, Suisse, Suède ou autre) parce que le jeu n'en vaut pas la chandelle : l'agresseur subirait des pertes telles que l'opération serait sans intérêt.

L'armée suisse est officiellement une "armée de milice" (pas de police), donc de citoyens et non de professionnels (sauf peut-être quelques spécialistes). Ces citoyens doivent effectuer des périodes d'entraînement et d'entretien, et c'est bien réel. En outre, l'entraînement au tir est obligatoire.

vigi a écrit: Si je peux comprendre que le remplacement des F-5 soit une nécessité, celui des F-18 est un peu plus discutable pour l'instant.


- Il s'agit de remplacer (en partie) les F-5, dont il reste un peu plus de cinquante (pas quarante, comme je l'ai indiqué par erreur) et qui sont au bout du rouleau. Les F-18 sont très loin d'être à bout de souffle. On en parlera probablement dans une quinzaine d'années (F-22, F-35 ?).
Teuf-Teuf
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 31
Inscription: Lun 20 Jan 2014 19:54

Le ravitaillement en vol

Messagepar Teuf-Teuf » Mer 30 Avr 2014 19:20

PS: Ravitaillement en vol

D’après un article (avec photos) touvé sur Internet, la capacité de ravitaillement en vol a été ajoutée aux “Gripen” précédant la version E (qui n’existe pas encore) afin d’augmenter les chances d’exportation. En effet, deux pays acheteurs au moins, l’Union sud-africaine et le Brésil, ont des territoires immenses où cette possibilité pourrait être précieuse. Quant à la Suède, elle mesure environ 1 500 km du nord au sud, en ligne droite, avec souvent du mauvais temps et de longs parcours au-dessus de la mer Baltique (à l’entraînement et en cas de guerre) : le REV, certes coûteux, pourrait y être utile aussi. Il va de soi qu’il serait beaucoup moins nécessaire au-dessus de la petite Suisse (350 km au maximum).
Teuf-Teuf
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 31
Inscription: Lun 20 Jan 2014 19:54

Re: La commande de 22 "Gripen" par la Suisse ?

Messagepar vigi » Dim 4 Mai 2014 16:14

Étonnant, j'étais persuadé que le Gripen avait cette capacité.
Enfin, rien de compliqué en soit à mettre en place, une perche fixe, un tuyau jusqu'au "main structural tank" et c'est plié.
Le plus dur, c'est de bien penser les facteurs de charges sur la canne, les reste, c'est de la littérature pour expliquer à l'ingénieur qu'on a besoin d'un tuyau de 22 du point A au point B, le tout sans qu'il nous sorte une usine à gaz qui ressemble pas à un Franchini.
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)


Retourner vers Histoire et actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 3 invités