Victoires des F-14 iraniens, entre propagande et réalité

Toute l'actualité des aéronavales, des marines de guerre et, des aviations du globe

Victoires des F-14 iraniens, entre propagande et réalité

Messagepar vigi » Lun 14 Oct 2013 15:09

Le sujet des victoires aériennes des F-14 Tomcat iraniens, reste encore aujourd’hui un débat où tout et son contraire est affirmé.
Ce qui suit n’a pas pour vocation de servir de référence, mais simplement d’essayer de comprendre ce qui doit être encore prit aujourd'hui avec la plus grande prudence.
Et c’est donc dans ce but que je le rédige avec un côté un peu polémique… Totalement assumé d’ailleurs. :mrgreen:

Comme vous l’avez peut-être déjà lu sur la page dédié au F-14 Iraniens (sur la page du site), nous ne cautionnons que neuf victoires avec des AIM-54A Phoenix pour les Tomcat iraniens.
Maintenant, si on prend le récapitulatif de Tom Cooper, ce dernier annonce cent-soixante victoires au total pour cet appareil.
Loin de vouloir rabaisser la valeur de Tom Cooper, un auteur autrichien de livres d’aviations qui s’est spécialisé dans les conflits du Golfe Arabo-Persique, ces chiffres méritent d’être regardés et analysés, afin de comprendre et de se poser les bonnes questions, sans pour autant faire de cette critique une vérité historique.

Dans l'analyse qui suit, j'accorde le bénéfice des victoires sur tous les tirs de missiles de type AIM-9 Sidewinder et AIM-7 Sparrow, même si pour ce dernier son kill-ratio (rapport du nombre de tir sur le nombre de victoire) avoisine les 30%, l’Iran ne possédant pas des Sparrow de dernière génération.
On partira du postulat que les tirs d’AIM-7 ont dû être fait en salve et que sur le nombre, au moins un missile à fait un "kill".

Maintenant intéressons-nous à ce qui est le plus sujet à caution, les victoires avec des AIM-54A Phoenix.
Tom Cooper, puisque c’est lui qui fait référence dans ce domaine, les autres sources sont trop sujet à controverses, annonce 160 victoires, dont 77 avec des Phoenix (pour le reste, 24 le sont avec des missiles non-identifiés, 7 avec un armement non-divulgué, 1 au canon de 20 mm et le reste est à mettre au crédit des AIM-7, AIM-9 et MIM-23 Hawk modifiés en missiles air-air par l’Iran).
L'analyse va donc se baser sur ces soixante-dix-sept victoires aériennes acquises grâce à l’AIM-54A.

Pour mémoire et avant de poursuivre, voici un petit rappel rapide sur l’AIM-54 version A qu’il faut garder à l’esprit :
Cette version ayant été mise en service de manière un peu précipitée, elle souffrit de nombreux défauts et d'une maintenance complexe qui altéra fortement la disponibilité et les performances de l'AIM-54A.
Malgré des modifications de son système d'attaque et de gestion de vol, la version A se révèlera décevante et, la portée effective de combat ne dépassa pas les 110 km.


A la première analyse on peut également retirer trois victoires annoncées par Cooper.
Ce sont celles concernant trois Super-Etendard irakien. Ces appareils étaient en prêt par la France en attendant la livraison de Mirage F-1EQ (doté de la capacité de tir du missile AM-39 Exocet).

Ces victoires ne peuvent être validées, pour trois raisons :
a/ La France a récupéré quatre des cinq Super-Etendard à l’issue du contrat de location.
b/ Le Super-Etendard qui est "resté" en Irak a été perdu dans un accident à une date qui ne correspond à aucune des trois relevées par Cooper. On sait également, même si les circonstances restent un peu floues, que la perte de ce Super-Etendard n’est pas le fait d’un F-14. Le SUE n° 67 ayant été perdu dans un accident le 22 Septembre 1984 (accident qui n’exclut pas des dommages dû à des combats, cqfd).
c/ Tom Cooper fait état des dates suivantes pour les SUE abattus: 26 Juillet 1984, 7 Août 1984 et 14 Janvier 1985.

Analyse qui oblige de manière certaine, à retrancher ces trois victoires.

Nous restons malgré tout avec soixante-quatorze victoires avec des AIM-54A.

Si aujourd’hui, je ne les infirme pas, je reste très perplexe devant ce chiffre.
En effet, si l’on prend le rappel sur la fiabilité de l’AIM-54A.
Qu’à cela on ajoute que les USA ont eu un kill-ratio au combat de 0% avec des AIM-54C et C-Sealed (en deux engagements et trois tirs missiles), qui avaient une fiabilité et des capacités accrues par rapport à la version A. Les trois missiles ont, soit finit au fond de l’eau, soit en s’écrasant dans le sable.
Que la seule analyse fiable que l’on peut opposer, est un tir d’exercice de six AIM-54A sur des cibles-drones QF-4, fait au tout début de l’entrée en service du F-14, où quatre Phoenix sur six allèrent au but, on est avec un ratio de 66% . Ce résultat doit être par contre sérieusement tempéré, car il a été fait à une époque où l’US Navy avait besoin de prouver au Congrès US le bien fondé des dépenses hors normes que nécessitait le F-14 Tomcat, donc dans des conditions de préparation et de tir optimum.
L’US Navy ne communiqua plus jamais de chiffres après cela, mais on sait que les AIM-54 souffrirent d’un taux de panne très élevées, au point d’amener la disponibilité du couple F-14/AIM-54 en dessous des 50% de moyenne durant sa carrière.

Maintenant revenons aux soixante-quatorze victoires "Phoenix" iraniennes.

Lors de l’achat des F-14 iraniens, les USA livrèrent un total de deux cent quatre-vingt-quatre AIM-54A Phoenix.
Si l’on reste dans de la statistique pure et, que l’on considère que les iraniens ont aussi bien, si ce n’est mieux entretenu et dépanné les AIM-54A, ce qui est très peu probable, mais accordons le bénéfice du doute.
Pour ces soixante-quatorze victoires, si chaque F-14A a tiré à chaque fois une moyenne de trois AIM-54 (ce qui est faux puisque ne serait-ce que pour la première victoire le 16 Septembre 1970 contre un MiG-25 soviétique, six de ces missiles ont été nécessaires), nous avons un kill-ratio de 33,3 % qui est déjà un chiffre très appréciable sur un lot aussi important de missiles air-air de cette époque.
Dans le cas où les victoires auraient été acquises avec une moyenne de deux AIM-54A par appareils abattus, on monte à 49,8 % de réussite, ce qui commence à relever du miracle puisque quasiment aucun missile air-air longue portée, à guidage radar, n’a maintenu cette statistique tout au long de sa carrière. Enfin, avec une moyenne d’un pour un, on est à 100 % , on est alors carrément dans le conte de fée, ce chiffre, aucun fabricant de missile, aussi doué soit-il n’a un jour espéré l’atteindre.

Ndlr :
Avec un tir à quatre missiles ou plus pour chaque victoire, il aurait fallu que l’Iran produise ou achète d’autres AIM-54 Phoenix. Rappelons qu’à cette époque, l’Iran était sous embargo.


Tout cela bien-sûr en basant les calculs sur la totalité du parc des AIM-54A.
Ce qui pose Ă  nouveau une autre question.

Sans qu’on dispose de chiffres fiables, on a la certitude que l’Iran disposait encore d’AIM-54A à la fin du conflit avec l’Irak, ce qui n’arrange pas l’analyse, car cela suppose, pour deux des trois probabilités, un taux de fiabilité encore plus grand pour l’ensemble du parc.
Fiabilité qui n’a jamais été atteinte par l’US Navy, qui disposait de tous les moyens de maintenance et de matériels plus fiables et plus performants que l’Iran.

Si il est tout à fait indiscutable que les iraniens ont obtenus des victoires aériennes avec le couple F-14/AIM-54, le chiffre de soixante-quatorze victoires grâce au missile Phoenix mérite que l’on se pose des questions, surtout avec un missile qui avait une fiabilité toute relative, qui de plus était moins performant que son équivalent AIM-54A-US Navy, qui n’était déjà pas un modèle du genre.
Rajouté à cela un embargo et des pilotes irakiens qui prenaient leurs jambes à leur cou dès qu’ils détectaient l’accrochage radar de l’AWG-9.
Ce taux de réussite moyen des AIM-54 a de quoi laissé dubitatif.

Quant à vérifier les victoires de manière indiscutable, le manque de transparence des deux belligérants durant ce conflit ne facilite pas les choses, chacun y allant de sa propagande.

Hors ces points où j’émets un doute ou une négation (les Super-Etendard), et si l'on met à part les "victoires AIM-54", les Tomcat Iraniens resteraient quand même avec quatre-vingts victoires...
Un palmarès très très respectables au regard des autres avions de combat depuis la fin de la WWII.
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: Victoires des F-14 iraniens, entre propagande et réalité

Messagepar PhantomII » Jeu 17 Oct 2013 11:20

Sacré débat là...
C'est vrai que si à la base il y a des erreurs aussi grossières que celle concernant les Super Etendard, on peut douter du reste.
S'appuyer que sur des probabilités ne prouvent pas que les informations collectées par Cooper soient fausses, d'un autre coté, je comprends qu'avec les arguments avancés il y a de quoi se poser des questions. Le problème s'est de trouver des réponses fiables. :?
Image
Avatar de l’utilisateur
PhantomII
Aspirant
Aspirant
 
Messages: 515
Inscription: Ven 23 Sep 2011 21:29
Medals: 2
Rédaction de qualité (1) +3 ans d'ancienneté (1)

Re: Victoires des F-14 iraniens, entre propagande et réalité

Messagepar Tavor » Sam 30 Nov 2013 21:43

Les Iraniens pratique le double langage et veut mettre a son avantage son armée quels pense la meilleur du monde.Les Iraniens, depuis presque 10 ans, nous disent a quel point leurs création seront les plus forte, quand je voit leurs dernier née dans la catégorie des chasseurs le" Saegeh"(je n'y croit pas) je me dis que le monde y compris Israël n'as rien a craindre.
Avatar de l’utilisateur
Tavor
Maitre
Maitre
 
Messages: 75
Inscription: Sam 30 Nov 2013 19:22


Retourner vers Histoire et actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 1 invité

cron