L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Toute l'actualité des aéronavales, des marines de guerre et, des aviations du globe

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar nanard » Ven 29 Juin 2012 08:25

Y m'énerve le pingouin, y m'énerve, y sait tout :mrgreen: Tiens, pendant que j'y suis, le LV Ponchardier, c'est-y le même de l'Indo et qui, hélas, était dans le crash du Goose de Tambacounda ?
Pour ce qui est des "scores" de l'Aéro face à l'AA, outre ton explication, je pense qu'en complément, l'entraînement est surement meilleur dans l'Aéro. Pour preuve, bien avant, en 25/26, durant la guerre du Rif, les Farman de l'Aéro ont obtenus de bons résultats, même si c'était au gaz moutarde sur des populations civiles, alors que l'AA (qui était encore l'aviation terrestre), avec les MÊMES avions, au début de ce conflit, n'avait rien fait du tout !
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar pingouin » Ven 29 Juin 2012 10:53

Il en sait des choses … c’est normal pour un octopingouin, et encore il raconte pas tout …

A l’automne 1940, à la 1B, les pilotes peaufinaient leur apprentissage du bombardement en semi-piqué à 45° suivant la méthode mise au point par le LV Pierre Ponchardier. Bien qu’il ne soit pas conçu au départ pour cette utilisation, le Martin 167 a une cellule suffisamment robuste pour résister aux efforts subis lors des ressources après un semi piqué. Ponchardier avait fait modifier les lance bombes verticaux de la soute en lance bombes horizontaux avec des glissières de largage. Avec ce système, les bombes de 410 kg dépassaient à peine de la soute, dont les trappes avaient été enlevées.Ca explique en partie les bons scores obtenus, la qualité du pilotage faisant le reste.

Le LV Pierre Ponchardier, c’est bien le même personnage que tout le monde à connu par la suite. C’était un excellent pilote et fut à l’origine de la mise au point des méthodes de bombardements en piqué avec les Martin 167 de la 1B. Surnommé avec affection Pompon par le personnel de son escadrille, il avait un charisme certain et était respecté de ses hommes. Cependant, en cas de nécessité, il n’hésitait pas pour se faire respecter à faire le coup de poing avec ceux qui enfreignaient le règlement et se montraient récalcitrants avec lui.

De retour en métropole en 1941 il prend clandestinement la relève du CF Nomy et s’envole pour l’Angleterre où, avec son frère Dominique, il monte le réseau Sosies.

Après la défaite de l’Allemagne, Pierre Ponchardier, alors surnommé le Pacha, est choisi par le chef de l’ Aéronautique Navale, le Contre-amiral Nomy, pour constituer, instruire et commander le Commando Parachutiste d’Extrême-Orient qui doit combattre en Indochine (1945-1946). En 1946, il est promu au grade de capitaine de frégate, il commande le Groupe de commandos parachutistes de l’Aéronavale. Puis vient l’heure de la dissolution. Ponchardier, le coeur déchiré quitte ses hommes, mais Il reste en Indochine pour prendre le commandement du Robert Giraud (1947-1948). Adjoint du Commandant de la Marine sur le Mékong (1948-1950), il est ensuite Attaché naval du Général commandant les Forces Armées en Extrême-Orient (1950-1952).

Auditeur au collège de défense N.A.T.O. (1953-1954), Ponchardier est promu CV, il prend ensuite le commandement du PA La Fayette. En 1956 il est placé à la tête de la Demi-Brigade de Fusiliers Marins (D.B.F.M) en Algérie. L’année suivante, il est nommé Major général du port de Toulon. En 1957-1958, il reçoit ses étoiles de contre-amiral et commande alors l’ Aéronautique navale en Méditerranée avant d’être nommé sous-chef d’Etat-major général de la Marine en 1958. Promu vice-amiral en mars 1960, il occupe alors les fonctions de commandant de la zone maritime d’Atlantique sud et de commandant désigné de la base de Dakar. Le vice-amiral Pierre Ponchardier est décédé le 27 janvier 1961 dans le crash d’un Grumann Goose de la 27F sur le terrain de Tambacounda au Sénégal. A ce propos voir mon PS en bas de message.

Ponchardier, dit Pompon, raconté par un ancien de la D.B.F.M.

Toujours nu-tête, sans aucun galon. A ce sujet, il ne fallait surtout pas s'amuser à le saluer militairement. J'ai connu un LV qui s'est fait traité de c... pour cette raison.

Nous avions installé un bar de fortune et tous les matins vers 11 h 30 Pompon venait boire une anisette. J'étais de service au bar ce jour-là. Un LV de l'aéronavale, x pour ne pas le citer, fait les cent pas devant le bar. Pompon arrive, la chemise ouverte : c'est alors que x se met au garde-à-vous, claque des talons et salue. Pompon le regarde et lui dit :
- x, vous ĂŞtes un c...
- Comment, Commandant ?
- x, vous ĂŞtes un con !
Le LV x se remet alors au garde-Ă -vous et dit :"Oui, Commandant !"


Image

Au sujet de la Guerre du Rif, l'Aéronautique militaire au Maroc ne disposait pas d'avions gros porteurs,les seuls avions que possédait le 37e Régiment d'Aviation en 1925, étaient les Bréguet XIV, seulement capables d'emporter une bombe GA de 50kgs, absolument inefficace dans les zones montagneuses où se cachaient les rebelles. C'est pourquoi il avait été demandé aux marins la mise à la disposition de l'escadrille 5B2 et de ses Farman à Fès, afin d'effectuer des bombardements de plus grande efficacité. Aucune comparaison ne peut donc être établie quant aux résultats obtenus par les deux armes, les Breguet faisaient leur boulot ailleurs, et leurs équipages n'avaient pas suivi le même entraînement que celui des marins. Ce qui n'empêche pas ces derniers d'avoir, dans tous les conflits ultérieurs, été toujours reconnus comme les plus efficaces, en particulier en Indo et en Algérie. Ca fait toujours plaisir aux anciens de l'Aéro que nous sommes.

Image

Au sujet des prétendus bombardements au gaz moutarde par les Français, si ils ont existé, il n'est nullement prouvé qu'ils aient été le fait des avions de la 5B, dans L'escadrille 5B au Maroc écrit par Lucien Morareau, (Cahier de l'ARDHAN N°16) ces faits ne sont mentionnés nulle part tout au long des 48 pages du document, la photo ci dessus en est extraite. Par contre, de nombreuses études historiques établissent que l’armée coloniale espagnole a utilisé des armes chimiques durant la guerre du Rif, fait qui n’a pas été reconnu officiellement, mais d'après le général de l'aviation espagnole Hidalgo de Cisneros dans son autobiographie Cambio de rumbo, il écrit avoir été le premier à larguer une bombe de 100 kilogrammes de gaz moutarde depuis son Farman F60 Goliath au cours de l'été 1924, arme chimique fabriquée avec l'aide d'ingénieurs de la Reichswehr.

PS C'est toujours Dakar, mais ça va encore être du hors sujet ... Comme je l'ai indiqué plus avant sur le forum, j'étais à Ouakam lors de l'accident du Goose, le mécano Nantillet était l'un de mes copains, pas plus tard qu'il y a une quinzaine, j'ai été contacté par l'un de ses fils, qui avait 4 ans lors de la disparition de son père et cherchait à savoir si j'avais des souvenirs à lui raconter, il m'a envoyé cette photo de son père au premier plan prise peu avant sa mort à Dakar en 1960.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/captur17.jpg
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar nanard » Ven 29 Juin 2012 21:51

C'était bien une vacherie les taxis à l'époque, la fiabilité, y savaient pas trop même comment l'écrire ! Quand on voit maintenant nos bécanes au-dessus de tous soupçons, rien que 50 ans après, ça laisse rêveur !
Mais c'est vrai que dans la liste des MSAC et MPLF, combien Ă  cause des machines ?
Pour la "moutarde", tu avoueras qu'il y a de quoi se tromper, si tu as raison, parce que le même produit, lâché par le même type d'avion, pour le mec qui est dessous, la différence n'est pas énorme. Entre nous, personne ne nous écoute ? j'avoue que je préfère ta version, autant que les salauds, ce soient les autres !
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar pingouin » Ven 29 Juin 2012 23:18

Pour l'Aéro, de 1910 à 2010, la liste des MSAC comporte près de 1600 noms, sans les avoir tous compté précisement, on constate qu'un bon nombre d'accidents concernent effectivement ceux liés à l'expérimentation de matériels nouveaux, c'est maheureux pour les hommes, mais on peut dire que ce sont ces accidents là qui ont permis de tirer des enseignements permettant de parvenir à une augmentation de la fiabilité. Sauf à robotiser tout ce qui vole,je pense que c'est toujours vrai aujourd'hui. Sans avoir connu les trapanelles des années 20, j'ai quand même bien aimé certaines de ces vacheries de taxis de la campagne de 1940, en particulier le Goeland, le Glenn, le MB175 et le Loire 130 et autre Sea Otter, mon regret c'est le LeO 257bis, à quelques mois près, j'aurais presque pu obtenir mon macaron dessus.

Sur l'épisode Dakar, je n'ai rien à ajouter, pas plus que sur les derniers mois de cette fameuse année 1940, qui m'a fait noircir beaucoup plus de pages que je ne l'aurais imaginé. Quant à la suite, Occupation, FFL, Résistance, Collaboration, Libération, il y a tellement de littérature la dessus que je n'ai pas l'intention d'en rajouter. A part la malheureuse affaire de Syrie, sur laquelle j'ai quelque adresses, ces sujets sont plutôt politiques et n'ont pas grand chose a voir avec l'aéronavale. Je laisse ce plaisir aux bénévoles éventuels, bien que quelques clics suffisent pour trouver une grande partie de tout ça sur le Web, du bon au moins bon, le plus difficile pour eux sera braver le politiquement correct et de trier entre intox et faits réels, un peu comme vouloir séparer le sel fin et le sucre en poudre quand ils sont mélangés ...
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar nanard » Sam 30 Juin 2012 10:57

En fait, la principale (r)évolution, c'est, je pense, l'apparition du réacteur. Avec lui, la fiabilité a été multipliée par pas loin de 4.
Exemple bien Français, entre l'Alouette I à moteur thermique en étoile Salmson et l'Alouette II avé son Turboméca Artouste, on est passé, en statistique, d'une panne toutes les 3000 heures à une toutes les 10 000 heures et avec plus de puissance ! Pour ce qui est d'aujourd'hui, avec les logiciels survitaminés que possèdent les constructeurs, Dassault en tête, quand l'étude du zinc, dans la babasse, est terminée, ils connaissent d'avance la quasi totalité des paramètres de vol, la profession des pilotes d'essais peut mieux respirer :mrgreen:
Je sais bien que le progrès était à ce prix, mais quand même...Je comprends que tu les ai aimés, à mon époque, c'était déjà clean et les pépins qui arrivaient étaient plus souvent liés à des fautes de pilotage ou de préparation, qu'à des défauts structurels (moteur ou cellule) comme plus avant dans le temps.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar pingouin » Mar 3 Juil 2012 12:27

Pour les Ardhanautes, à mettre au dossier sur l'affaire de Dakar, le remarquable cahier de l'ARDHAN N° 22 intitulé L'Escadrille E4-4E (1936-1940) qui sous la plume de deux anciens radios volants des hydravions Latécoère 302, Roger Desroches et Marcel Rault, racontent leur engagement lors de l'attaque anglaise. Ces souvenirs sont des faits historiques précieux, ces deux anciens sont malheureusement décédés depuis l'envoi de leurs écrits à l'association . Roger Desroches, alors PM, fut l'un de mes instructeurs radio, lors de mon cours de volant à Lartigue en 1946. Pingouin en ballade.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar nanard » Mar 3 Juil 2012 14:08

Je viens de le lire, bien foutu ces Ă©vocations.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar CDerobert » Mar 7 Mai 2013 23:17

Bonjour,

Faisant partie de la famille de l'un des passagers de l'accident de Tambacounda le 27 janvier 1961, toute information sur les circonstances et causes de cet accident m'intéresse. Pourriez-vous me contacter en message privé svp?

Merci par avance,
CDerobert
CDerobert
Quartier-maître
Quartier-maître
 
Messages: 2
Inscription: Mar 7 Mai 2013 23:03

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar vigi » Mar 7 Mai 2013 23:26

Bienvenu sur AĂ©ro & PA CDerobert.

En tant que nouvel inscrit avec moins de cinq messages, vous ne pourrez pas répondre au MP avant d'avoir atteint ce nombre de message.
En contrepartie, vous pourrez recevoir et lire les MP qu'on vous enverra.

Cette contrainte liée à un nombre minimum de message est faite pour entraver les actions d'éventuels "spams" et autres "trolls" de la toile.

N’hésitez pas à nous faire partager vos connaissances.
Au plaisir de vous lire.
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il Ă©tait impossible d'Ă©chouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: L'affaire de Dakar 23-25 septembre 1940

Messagepar pingouin » Mer 8 Mai 2013 11:36

CDerobert a Ă©crit:Bonjour,

Faisant partie de la famille de l'un des passagers de l'accident de Tambacounda le 27 janvier 1961, toute information sur les circonstances et causes de cet accident m'intéresse. Pourriez-vous me contacter en message privé svp?

Merci par avance,
CDerobert


RĂ©ponse faite ce jour par MP.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire et actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron