FORCES ARMEES TOGOLAISES

Pour discuter des armées de terre du globe, de leur matériels et de leur technologies

FORCES ARMEES TOGOLAISES

Messagepar rallyetapet » Ven 24 Aoû 2012 11:49

leur site officiel http://forcesarmees.tg/index.php?option=com_frontpage&Itemid=1
L’Armée de Terre est née du « 1er Bataillon d’Infanterie Togolais » en 1963. La montée de l’armée ayant pris une allure exponentielle, d’autres régiments furent crées. Il s’agit:
• Du Premier Régiment d‘Infanterie Togolais (1°RIT) le 1er Janvier 1970 ;
• Du Bataillon Commando Parachutiste (BCP) à Témédja le 29 Mars 1974 en même temps que le Centre d’Instruction Para commando(CIPC) remplacés plus tard en 1977 respectivement
par le Régiment Parachutiste Commando(RPC) et le Centre d’Entraînement des Troupes Aéroportées(CETAP);
• Du Régiment Commando de la Garde Présidentielle (RCGP) le 1°Janvier 1975 ;
• Du Régiment de Soutien et d’Appui (RSA) le 31 Décembre 1977 ;
• Du Deuxième Régiment Interarmes à Landja le 02 Septembre 1980, il était dénommé 2°RI. Ramené à Témédja en 1983, il devient interarmes (2°RIA). Le 08 Février 1988 le commandement
décide de permutter le numéro d’ordre des régiments. Alors, l’ordre chronologique partait de Lomé vers l’intérieur du pays. Le 3°RIA d’Adidogomé prend le nom de 2°RIA et le 2°RIA de Témédja
devient 3°RIA ;

• De la Force d’Intervention Rapide (FIR) le 18 Mars 1986 ;
• Du 2°RIA le 08 Février 1988 avec un parcours presque similaire à celui du 3° RIA. Le 26 Avril 1994 cette unité cesse d’être interarmes et prend la dénomination de 2°RI ;
• Du Quatrième Régiment Interarmes de Nioukpourma (4°RIA) crée le 06 Juin 1989 ;
• Du 1° Régiment d’Infanterie (1°RI) qui tire ses origines de la 1°Compagnie du 1°RIT devenu par la suite 1°Bataillon d’Infanterie lors de la création du 1°RIT. Il a fonctionné comme bataillon isolé de même que l’ancien 2° Bataillon Motorisé. Fusionnés le 1° Janvier 1992, ils formaient le 1°RIA et cesse d’être interarmes le 20 Avril 1994. Et plus tard, la composante blindée devenue aujourd’hui Régiment Blindé de Reconnaissance et d’Appui (RBRA). A ces unités s’ajoutent les écoles et centres de formations.

Image La sur protection du PR
Imagevlra
ImageaCMAT tORP2DO 12,7MM
Image
le général TITIKPINA Atcha Mohamed Chef d’Etat-major Général des Forces Armées Togolaises (FAT).
Image
COLLEGE MILITAIRE EYADEMA DE TCHITCHAO :
Image
Image
ImageArtillerie
Image
Et maintenant la version WIKIPEDIA
Lors de l'indépendance du Togo (1960), l'armée de terre togolaise ne comptait que 300 hommes et une seule caserne de gendarmerie à Lomé, sous les ordres d'un commandant de la gendarmerie nationale française, envoyé au Togo comme coopérant et conseiller militaire du chef de l'Etat togolais.
Deux coups d'états militaires ont lieu en 1963 et 1967. Le régime militaire du président Gnassingbé Eyadéma fait monter ces effectifs à environ 3000 en 1982.
En 1986, elle contient l'attaque d'un commando (venu du Ghana) contre la capitale. Elle soutint manu militari le pouvoir togolais entre 1990 et 1994.
L'élection de Joseph Koffigoh, un nouveau premier ministre appelée chef du gouvernement de transition qui devait préparer pour 1992 de nouvelles élections divisa les militaires.les tentatives de rendre le pouvoir au général Eyadéma, toujours Président en titre, mais sans aucune autorité, n'aboutirent pas et déclenchèrent de graves épisodes sanglants dans l'ensemble du pays. Les maisons brûlent, les anciennes rancunes entre ethnies refont surface, les victimes sont nombreuses de chaque côté. Les 27 et 28 novembre 1992, l'armée, principalement composée de Kabiyê s'empare de la radio et de la télévision, et se rend devant la primature (la résidence du premier ministre). Elle exige la dissolution du HCR et la participation du RPT au gouvernement. Après quelques jours, l'armée attaque la primature. Puis le 27 sept 1992, le pays adopte une nouvelle Constitution, qui conforte les pouvoirs retrouvés du Président. L'opposition organise des grèves ainsi que de nombreuses manifestations qui furent réprimées dans le sang en janvier 1993 par les soldats et gendarmes togolais. On dénombre au moins 16 morts, l'opposition parle de 50 morts.
L’Armée de Terre togolaise se décompose comme suit :
Centre d’Entraînement de Troupes Aéroportés (CETAP) : 204
Centre National d’Instruction (CNI) : 126
Collège Militaire de Tchitchao (CMT) : 297
École de Formation des Officiers des FAT (EFOFAT) 99
École de Formation de Sous-Officiers des FAT (EFSOFAT): 17
Force d’Intervention Rapide (FIR) : 753
Gendarmerie nationale togolaise : 2 710*
Régiment Commando de la Garde Présidentielle (RCGP) : 1 990
Régiment de Soutien et d’Appui (RSA) : 1 878
Régiment Para Commando (RPC) : 1 406
Régiments Inter Armes (1er, 2ème, 3ème, 4ème) (RI) : 2 559
Sous-Groupement Blindé (SGB) : 377
Armement de l'infanterie
Il provient de la France, du Pacte de Varsovie ou de Chine populaire selon l'époque des livraisons :
Armes de poing : Pistolet Type 68, MAC 50 (9 mm Para) MAB PA15 (9 mm Para), Browning GP (9 mm Para), Pistolet Automatique Modèle 1935S (7,65 mm Long,tenus en réserve) et Glock 17 (9 mm Para).
Pistolets mitrailleurs : Uzi (9 mm Para) et MAT 49 (9 mm Para).
Fusils : MAS 49/56 & MAS 36 (7,5 mm 1929C tenus en réserve)
Fusils d'assaut : AIM (7,62 mm M43), AKM Type 68 7,62 mm M43), Chincom Type 68/Fusil type 56 (7,62 mm M43), HK G3 (7,62 mm OTAN 1000 fusils seulement) et SIG-Manurhin SG-540 (5,56 mm OTAN) .
Fusil de précisions : FPK (7,62 mm Mossine-Nagant) et SSG-69 (7,62 mm Otan).
Mitrailleuses : AA-52 (7,5 mm 1929C) MAC 24/29 (7,5 mm 1929C, Drapeau de France France)
Mitrailleuse M66 (7,62 mm Mossine-Nagant) et Mitrailleuse Type 68 (7,62 mm Mossine-Nagant).
rallyetapet
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1156
Inscription: Dim 27 Mar 2011 11:49
Medals: 4
Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) Rédaction de qualité (1) +3 ans d'ancienneté (1)

Retourner vers Forces, Matériels, technologies des armées de terre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités