B.A.N. Port Lyautey

Les bases aéronavales dans le monde, par pays, leurs squadrons, leurs flottilles, leurs escadrilles

B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Sam 7 Avr 2012 11:37

Image

Voilà une base Aéro qui mérite le détour et sur laquelle il y a à raconter, créée en 1939 par les marins près de l'embouchure de l'Oued Sebou, au Nord de Rabat, elle comporte à la fois deux pistes et une hydrobase. Occupée lors de l'Opération Torch, elle passe aux mains des Américains en 1942 et devient une importante base de l'aviation navale américaine. Partiellement restituée à l'Aéronautique navale en 1948 elle sera dissoute et finalement remise aux Marocains en 1962, la cohabitation Franco-US à elle seule mérite plusieurs pages, mais ce sera pour la semaine prochaine ... le week end pour moi c'est "day off" comme on dit dans l'US Navy.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/port_l12.jpg
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar nanard » Sam 7 Avr 2012 23:30

Pingouin, je t'envoie ma version, je laisse le maître des lieux faire les mises au point.
B.P.A.N. située au Maroc. Au milieu des années 30, la Marine chercha à implanter de nouvelles bases en A.F.N. et principalement dans ce pays. Des projets étudiés, celui situé dans le nord, à l'embouchure de l'oued Sebou, à proximité d'un lac, permettant d'y faire amerrir des hydravions fut retenu. au vu des matériels ridiculement lents et peu armés disponibles, il fallait en effet s'installer dans une zone inaccessible aux chasseurs ennemis.
Port-Lyautey, de son vrai nom Kenitra, vit le jour le 25 août 1939, à une quarantaine de kilomètres au nord de Rabat. D'une vocation initiale mixte avion-hydravion, elle verra se créer une piste est-ouest, puis une seconde 03-21 plus courte. La base abritait les escadrilles E1 sur Bréguet Bizerte et B1 sur LeO H 257 bis. Au moment de la débâcle, elle avait comme locataire supplémentaire et encombrant, la E6, regroupant- tous les paquebots des airs de chez Latécoère soit, Laté 521, 522, 523 et 611, ainsi que, provisoirement, le Potez-CAMS 141.
Lors de l'opération Torch, débarquement allié en AFN, le 8 novembre 1942, les SDB américains et leur escorte de chasseurs, attaquèrent la base, trouvant rassemblées les 3B sur Martin 167 F et la 1AC sur Dewoitine 520 encore au sol où ils seront pour la plupart détruits, les rares survivants allant se vomir un peu plus loin sous l'effet de la mitraille, laissant, hélas, une dizaine de PN tués. A la fin de la journée, après les combats aériens, l'Aéronautique navale était pratiquement anéantie sur ce site.
Dès cette date, la base fut entièrement investie par les forces américaines et placée en gardiennage côté Français. Elle restera sous autorité américaine jusqu'au 1er janvier 1948, celle-ci ne partant que fin 1950. L'entente revenue entre nouveaux alliés, une école fut créée pour l'entraînement des pilotes et les escadrilles commencèrent à arriver début 1944, pour remplacer Glenn Martin et LeO 451 usés jusqu'à la corde par les missions SUR.MAR sous commandement du Coastal Command.
Ce furent les Catalina qui arrivèrent les premiers avec la 8FE, suivie en février d'une partie de la 6 FE sur le même matériel.
Dès le mois de mai suivant, les alliés livrèrent également des SBD Dauntless pour les escadrilles 3 et 4 FB , composantes du GAN 2, ralliant la base dans le dernier trimestre de la même année. Confirmée B.A.N. en 1946, une partie de celle-ci fut dédiée à l'US Navy qui avait créé une Naval Air Facility, l'autre, Française, regroupera, outre les services de la B.A.N., la flottille 2 F sur Avro Lancaster. Deux ans plus tard, il fut créé sur place, le 1er octobre 1948, la 55 S sur Vickers Wellington et Caudron Goéland, école de spécialisation sur multimoteur (ESM) pour les pilotes venant de la 51 S, sachant que le détachement Wellington était présent sur la base depuis août 1947.
Elle quittera le site le 1er août 1950, pour aller à Agadir, tandis qu'à partir de Pâques 1955, l'ex-flottille 2 F, arrivée en juin 1950 de Dakar, devenue 23 F depuis le 23 juin 1953, reçut ses premiers P2V-6. Passant sur P2V-7 en 1959, elle restera sur place jusqu'en mars 1961, date à laquelle elle partira pour Lann-Bihoué. La 57 S venant de Lartigue, s'installera sur la base en novembre 1960, avec ses Fouga Zéphyr. Elle sera dissoute sur place le 15 janvier 1962, sa mission d'école de chasse étant désormais assurée par celle de l'armée de l'Air de Tours, où sera créée une section Marine.
En janvier 1961, se créera, sur la B.A. N., une éphémère escadrille 52 S, pour assurer la formation des pilotes de Lancaster. Elle récupérera le même type d'avions provenant de la 55 S, qui avait quitté Agadir pour Aspretto, peu avant le séisme de février 1960, mais elle disparaitra en janvier 1962, un mois avant la dissolution de la B.P.A.N., le 24 février 1962.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Lun 9 Avr 2012 17:19

Voilà un excellent exposé, nanard, merci d’avoir si bien préparé le job, je n’ai plus qu’à ajouter les quelques précisions qui dorment dans mon fourbi. Portant pour l’essentiel sur la cohabitation Américano-française de 1948 à 1962 et sur les faits marquants de la lutte anti sous-marine menée à partir de Port Lyautey entre 1942 et 1945. Précisions basées sur les mémoires d’un pilote FNFL de la 6FE et sur les témoignages reçus d’anciens de ma génération complétés de mes souvenirs personnels sur ma présence au Maroc entre 1951 et 1955.

Période antérieure à 1940

Rien à mentionner de plus, sinon qu’un premier centre d’aviation maritime avait été établi à Port Lyautey (alors Kenitra) le 28 juin 1919, placé sous le commandement de l’ EV1 Robert Montagne et dissous le 8 janvier 1921. De 1939 à 1940 l’activité principale de Port Lyautey fut celle d’une hydrobase, je dirais seulement que les paquebots volants, comme tu les appelle, Antarès ou Breguet Bizerte, avaient plutôt de l'allure, le LeO 257 bis version hydro avait par contre un aspect particulièrement démodé, mais il avait la vie dure puisqu’en 1945 il volait encore en version à roulettes …

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/bizert10.jpg
Un Breguet Bizerte Crédit photo coll. Lucien Morareau

L’Opération Torch et ses suites

Tu écris : L'entente revenue entre nouveaux alliés, une école fut créée pour l'entraînement des pilotes et les escadrilles commencèrent à arriver début 1944, pour remplacer Glenn Martin et LeO 451 usés jusqu'à la corde par les missions SURMAR sous le commandement du Coastal Command. Ce furent les Catalina qui arrivèrent les premiers avec la 8FE, suivie en février d'une partie de la 6 FE sur le même matériel. Dès le mois de mai suivant, les alliés livrèrent également des SBD Dauntless pour les escadrilles 3 et 4 FB , composantes du GAN 2, ralliant la base dans le dernier trimestre de la même année. Tout à fait d'accord nanard, mais ceci concerne plutôt Agadir que Port Lyautey.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/image116.jpg
Ce qu’était la base de Port Lyautey au moment du débarquement de 1942
Crédit photo Site NAS Port Lyautey

Le 10 novembre 1942, après avoir été investie par les forces américaines, la défunte B.A.N fut renommée « Craw Field » par l’état major américain, du nom du colonel Demas T. Craw, officier de liaison USAAF auprès du général Truscott , commandant en chef de l’Opération Torch, tué fâcheusement par un tir de mitrailleuse des forces vichystes alors qu'il venait parlementer.Aux tous débuts, lors de la progression Alliée vers la Tunisie, la base abritera à la fois des formations de l'USAAF et L'US Navy , elle sera renommée Naval Air Facility, puis Naval Air Station Port Lyautey au début des années 1950.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/torch10.jpg
Plan des défenses française lors de l'invasion Crédit photo. Site NAS Port Lyautey

La cohabitation Américano-française

A partir de janvier 1948 les Américains nous restituèrent officiellement la base, pour eux « The French naval Air Station was fully recommissioned » le transfert d’autorité eut bien lieu et les trois couleurs flottèrent à nouveau en haut du mât de pavillon. La base redevenait par principe sous commandement français, prérogative assuré selon la tradition par un officier supérieur de l’Aéronautique navale, mais comme il se devait d’avoir un grade supérieur à son homologue américain, souvent un major, ce ne fut pas toujours possible et le dernier commandement de la base fut assuré par un officier du service général de la Marine nationale provenant de la spécialité de canonnier...

Autorité de pure forme, car dans la réalité les Américains disposaient de la quasi-totalité de la logistique, des moyens matériels, et du contrôle aérien. Pendant les années 1950, la base joua un rôle majeur dans les opérations de lutte anti sous marine et de guerre électronique menées par la 6éme Flotte US. Elle abrita de nombreuses formations de l’ Aviation navale et du Marine Corps, patrouille, chasse, bombardement, transport et renseignement électronique. Appuyées sur une importante logistique comprenant entre autres deux stations de radio ( A Sidi Bouknadel et Sidi Yahia) et un bataillon de Seabees chargé des travaux de construction et d’entretien des infrastructures et des pistes. Au début des années 1950 il n’y avait toujours qu’un seul grand hangar pour abriter les activités de maintenance sur avion, partagé en deux parties égales entre l’US Navy et la Marine, ce qui ne manquait pas d’amener à des situations difficiles à surmonter pour les pingouins qui continuaient vaillament de déplacer les avions manuellement, alors qu’à quelques mètres d'eux une pléthore d'engins de traction peints en jaune s’activaient en tous sens, la moindre caisse à clous US était transportée par une Jeep. Dans le hangar, Goéland ou Wellington voisinaient souvent avec Neptune ou Mercator, impressionnants de modernisme, quelquefois même aussi avec des chasseurs à réaction Panther ou Banshee … Les marins retrouvaient toutefois leur fierté quand un Wellington roulait au son velouté de ses Hercules après avoir été réparé dans le hangar, son entrée sur la piste attirait alors les curieux de l’autre bord, médusés de voir un tel appareil entoilé décoller impeccablement. En 1952 l’honneur des marins français fut quelque peu rehaussé quand les beaux Lancaster WU, vieux de conception mais presque tous neufs, puisqu’ils avaient été complètement remis au standard chez Avro, arrivèrent dans leurs livrées rutilantes, suscitant une autre curiosité, cette fois empreinte du respect du au prestige du quadrimoteur emblématique de la Seconde guerre mondiale. Cette proximité n'avait pas que des inconvenients, des petits matériels consommables étaient ostensiblement laissés à portée des pingouins sachant être discrets, les méthodes de maintenance US étaient basées sur l'échange systématique des éléments actifs arrivés en limite d'heures de fonctionnement, ce qui est normal aujourdh'ui mais était à l'époque une vraie manne pour compléter certains rechanges, les tubes électroniques en particulier, la hiérarchie fermait évidemment les yeux sur ces pratiques. Il n'en était pas de même pour des largesses touchant au possible envoi de permissionnaires en Europe sur les appareils du MATS. Les Américains envoyaient régulièrement leurs sailors passer quelques jours à la base US Navy de Naples, le commandement français avait bien sûr refusé avec dignité ce genre de proposition, encore eut-il fallut que nos marins aient en poche les Dollars pour aller avec.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/main_g10.jpg
Main gate, entrée principale avec garde conjointe Franco-US.
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/plhang10.png
Le hangar central de Port Lyautey, PC Ops et tour de contrôle inclus, heureusement d'une bonne largeur.
Crédit photos. Site NAS Port Lyautey
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/dede10.png
Un équipage de Wellington de la 2F devant le poste des S/M également un demi tonneau
Crédit photo Archives 2F

La zone vie était située sur la colline, d'ou l'on pouvait admirer les spectaculaires (toujours pour l'époque) décollages assités des P4M-1Q Mercator. Tous les déplacements des Yankees se faisaient en bus navettes, au début les marins français avaient le droit de les emprunter pour remonter du hangar, mais la hiérarchie décidait le plus souvent, sous couvert d’exercice, de faire remonter les pingouins en colonne par deux à l'heure des repas. Les lieux de repos n’étaient toutefois pas situés dans les mêmes zones, certains bâtiments de la colline étaient occupés par des gradés Américains, qu’ils nommaient « French barracks » la majorité de leurs matelots et quartiers maîtres étaient logés dans des « Quonset hut » demi-tonneaux non dépourvus de confort et climatisés, situés dans la zone basse, non loin des pistes et du hangar.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/pl_19510.jpg
Alignée des demi tonneaux US dans la zone basse de la base
Crédit photo Site NAS Port Lyautey
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/r1ihc510.jpg
Crédit photo coll.H.Marty

En novembre 1960, venant de Khouribga, l ‘Ecole de chasse 57S arriva sur la base avec un parc assez disparate composé de CM175 et de Vampire, mais aussi de SNJ-4 de F6F et de F4U7, là encore les Américains étaient un peu époustouflés de voir les Français continuer à chevaucher leurs vieux avions. Pendant cette période, c’était plutôt la détente qui prédominait, les Américains étaient invités lors de la remise des macarons et le champagne ne manquait pas, s’ensuivaient alors des invitations réciproques et de l’autre côté, beer and whisky ne manquaient pas non plus ... à l’une de ces occasions un F6F fut même prêté à un Major de l’USMC, nostalgique de son action dans le Pacifique.

La suite concernera la lutte ASM menée à partir de Port Lyautey entre 1942 et 1944

Ajouté quelques photos le 10-04-12
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar nanard » Mar 10 Avr 2012 07:41

Je savais que tu serais bon aussi sur ce coup là :!: On attend la suite avec impatience et si dedans, tu avait comme info la numérotation des deux pistes (il est exigeant ce mec :!: :!: :roll: )
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Mar 10 Avr 2012 11:50

Aucune exigence ne reste insatisfaite mon bon monsieur,

Une carte DGA de 1946 et une photo Google 2012, avec une nouvelle piste en prime, pour la suite la maison demande un peu de patience

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/00110.jpg
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/nouvel10.jpg
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Mer 11 Avr 2012 10:56

La lutte ASM au Maroc de 1942 à 1944

Année 1942

La réussite de l’opération Torch ne devait pas faire oublier aux Alliés les meutes de sous-marins allemands qui infestaient alors l’Atlantique, la poursuite de l’opération nécessitait de sécuriser au plus vite les lignes de convois à destination des côtes marocaines et surtout d’assurer le passage du Détroit de Gibraltar, condition impérative pour permettre l’acheminement des renforts vers les deux autres branches de l’invasion, les Task Forces d’Oran et d’Alger.

En plus d’être l’une des premières plaques tournantes des renforts aériens en provenance du Royaume Uni, Port Lyautey allait devenir une base clé dans la conduite des opérations de lutte anti-sous marine menées dans la zone atlantique proche de Gibraltar.

Cinq jours après la conquête des bases côtières, deux squadrons de Catalina PBY-5A de l’US Navy arrivèrent au Maroc, le VP-73 à Port Lyautey et le VP-92 à Casablanca, disposant chacune de onze PBY-5A.

Avant l’arrivée des Américains, toute l’activité aérienne ASM dans la zone dépendait des Britanniques dont les avions du Coastal Command de la R.A.F étaient déployés à Gibraltar.
Au moment du débarquement sur les côtes marocaines les allemands disposaient de 17 à 19 sous-marins concentrés sur un arc de cercle situé à 400 milles de Gibraltar, c’est donc à travers une ligne peu épaisse que les troupes Alliées passèrent avant l’invasion, durant toute l’opération seulement 9 navires et 2 escorteurs furent coulés et 5 cargos endommagés, mais dès que la direction des convois devint apparente, les U-Boote se rapprochèrent des côtes pour attaquer les navires dans les ports et couper la route des convois suivants.

C’est alors que que les VP-73 et VP-92 entrèrent en action, en premier lieu en surveillant les accès aux plages de débarquement de Safi, Fedala et Mehdia, les appareils de Port Lyautey eurent alors des contacts avec les sous-marins ennemis, mais sans résultat appréciable.

C'est le 1er décembre que l'escadre d'aviation navale "Fleet Air Wing 15th" fut commissionnée à Norfolk et mise en place à Port Lyautey les jours suivants, englobant les VP squadrons déjà présents. Au cours du mois, devant le développement des patrouilles aériennes, les U-Boote se retirèrent au delà de 400 milles des côtes, ce qui est le rayon d’action pratique du PBY-5A, rendant d'office l'utilisation de ces appareils inadaptée aux besoins de la lutte ASM à grande distance. C’est alors que la décision fut prise d’affecter deux squadrons de Liberator B-24 appartenant à l’USAAF et de les placer sous les ordres du FAW 15 de Port Lyautey.

A suivre
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Mer 11 Avr 2012 14:12

La lutte ASM au Maroc de 1942 à 1944

Année 1943, la guerre totale … dont l'issue était déterminante pour la réussite de la progression vers la Tunisie et le débarquement en Sicile.

C’est en mars 1943 que les B-24 commencèrent leurs patrouilles à grande distance, le 22 mars un Liberator coula un U-Boote à 100 milles au Nord des Canaries, un second squadron de B-24 vint alors renforcer le dispositif, au cours du même mois 9 sous-marins, qui se trouvaient au delà des 400 milles de Gibraltar avaient encore détruit six navires marchands représentant 31700 tonnes.

A partir du mois d’avril une première riposte des Allemands à l’emploi des avions à grand rayon d’action, fut que les U-Boote se dispersèrent, seuls quatre restèrent dans la zone couverte par le FAW 15, les autres se retirent vers le Nord en direction des Açores, à plus de 1000 milles des côtes. A la mi avril un premier détachement de six PBY-5A du VP-92 fut envoyé à Agadir pour étendre la surveillance autour des Canaries, le 15 juillet un U-Boote fut coulé dans le passage entre les îles et la côte africaine, par un Catalina du VP-92 aidé par une frégate anglaise.

Durant le mois de mai seulement trois sous-marins ennemis restèrent à patrouiller dans la zone du FAW 15, dont l'action s'averait efficace puisque le dernier bâtiment à être torpillé fut un cargo de 3000 tonnes entre les Açores et la côte portugaise.

Une seconde riposte allemande ne se fit pas attendre, elle porta sur le développement de l’emploi de ses quadrimoteurs à long rayon d’action basés en France, les 22 et 30 mai de violentes attaques furent menées par des FW-200 Condor sur des convois anglais, coulant deux cargos, cette offensive continua en juin avec deux attaques également réussies. Cet accroissement de l’activité allemande avait pour but de simplifier la tâche des U-Boote qui, renseignés par les FW-200, recevaient la position des convois et étaient informés de l’existence de trainards ou de navires en difficultés.

Le mois de juillet 1943 correspondit à une intense activité à Port Lyautey. A partir du 10 juillet et pendant onze jours, jusqu’à dix U-Boote furent détectés dans la zone du FAW 15 utilisant les eaux territoriales espagnoles et portugaises pour tenter d'approcher la zone de Gibraltar, le 12 le rythme s’accéléra avec l’appui des avions allemands pour cette offensive qu’ils surnommèrent « la bataille des approches » de violents combats opposèrent les avions allemands équipés de bombes radio-guidées et les B-24 et PBY-5A chargés de la protection des convois.

En aout le pétrolier allemand North Atlantic, engagé dans le forcing du blocus fut repéré à sa sortie d’un port espagnol, déguisé en navire neutre, il sera détruit peu après. Le mois d’aout vit aussi une concentration de 13 Dornier 217 équipés de bombes planantes Heinkel 177 radio-guidées attaquer un convoi britannique en route vers le Sud, coulant un escorteur et en endommageant un second. Ce fut un mois difficile pour le FAW 15, mais aucun sous-marin ne fut aperçu dans sa zone d’action.

A l’automne 1943, l’effort des Allemands dans la zone décrut sensiblement, seul un U-Boote isolé fut observé le long des côtes hispano-portugaises.

la fin 1943 A suivre
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Mer 11 Avr 2012 17:13

La lutte ASM au Maroc de 1942 à 1944

1943 suite, qui voit la mise en service des Ventura « Gunship » les « Madcats » et des premiers PB4Y Privateer.

En septembre les opérations du FAW 15 furent notablement transformées avec l’arrivée du squadron VB-127 équipé de PV-1 Ventura « gunship » à l’armement renforcé par l’augmentation du nombre de mitrailleuses et l’ajout de lance-roquettes, rapides et manœuvrables ces appareils avaient toutefois un trop faible rayon d’action pour pouvoir aider efficacement les B-24 sur les patrouilles lointaines, ils étaient aussi trop rapides pour remplacer les Catalina utilisés pour la protection lente des convois. Ils furent surtout utilisés pour surveiller la région située à l’Est d’une ligne NS tracée à partir du Cap Saint Vincent (Portugal). Le 13 septembre, trois PV-1 inaugurèrent la patrouille « Straits sweeps » destinée à couvrir la zone rectangulaire située entre les Canaries et la côte africaine. A l’automne les affrontements aériens furent fréquents , non seulement avec l’aviation allemande, mais aussi avec les chasseurs espagnols des Canaries équipés de Fiat CR-32.

En octobre 1943, la majorité des U-Boote était concentrée dans un secteur situé au large du Cap Finisterre (Espagne), les plus récents étaient équipés de perfectionnements notables, dont un snorkel qui leur permettait de naviguer à 20 nœuds en semi plongée, et d’une DCA renforcée qui leur permettait de tenir tête aux avions pendant la recharge de leurs batteries en surface.C’est en novembre que les deux squadrons de Liberators de l’USAAF furent remplacés par les Navy Squadrons VB-111 et VB-112 équipés de PB4Y Privateer.

Enfin le 16 décembre, la base de Port Lyautey vit arriver au VP-63 des PBY-5A spécialement modifiés pour encore accroitre l'efficacité du verrou à l'entrée de la Méditerranée, capacité de carburant portée à 1600 gall. installation sous chaque aile de rails permettant le tir de 24 rétro-bombes de 25lbs. au Torpex, explosif plus puissant que le TNT, et installation du système de détection M.A.D. dans la queue de l'appareil ( Il y avait à la fois des PBY-5 hydravion et des PBY-5A amphibies ) Ces « Madcats » devaient rapidement prouver leur efficacité diurne en coulant un U-Boote en plongée dans le détroit en février 1944.

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/fence10.png
Zone de travail du VP-63 aux abords du Détroit de Gibraltar

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/3_510.jpg
Profil du PBY-5 N°15 du VP-63 (hydravion) avec sa queue MAD
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/rlaw5a10.jpg
PBY-5A MAD du VP-63 et sa relève nocturne un dirigeable MAD du Blimp Squadron Z-14
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/moustr10.jpg
Les 12 rétro-bombes sous le plan droit d'un PBY-5 MAD du VP-63 équipé d'un faux train.
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/u-761v10.jpg
Demi tonneau des mécanos du VP-63 – Savaient gérer l’urgence …
Crédit photos : Site du VP-63

A suivre l' Année 1944
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar pingouin » Jeu 12 Avr 2012 13:45

La lutte ASM au Maroc de 1942 à 1944

Année 1944, qui voit poindre le début de la fin de la lutte ASM autour de Port Lyautey et qui voit surtout l’arrivée du Squadron VFP-1, plus connu des pingouins sous le nom de 6FE.

Courant janvier, un nouveau squadron de B-24 équipés d’un Searchlight de deux millions de bougie, arriva à Port Lyautey pour la recherche nocturne, suivi le 18 février par l’arrivée du premier échelon du Squadron VFP-1 ( F for French) composé de10 PBY-5A, aussitôt mis aux ordres du FAW-15 pour remplacer le Squadron VP-92 en opérations depuis novembre 1942. L’arrivée du Free French Squadron sur la base de Craw field ne donna lieu à aucune célébration, l’accueil réservé aux nouveaux arrivants fut plutôt froid, quinze mois auparavant, la combativité de la Marine française au Maroc pour repousser les assaillants, n’était pas oubliée des Américains, certains hauts responsables n’avaient pas très bien compris les motivations de leurs opposants. Ils voyaient d’un assez mauvais œil des aviateurs français participer à leurs actions aériennes, il fallut une instruction de Washington qu’ils se résignent à les intégrer.

Aussi dès le début de son entrée en opérations, le VFP-1 fut soumis à une cadence de vols impressionnante pour le « tester », jusqu’à 140 heures de vol par mois et par équipage … Après cette période de « rodage » le squadron fut utilisé pour les « Straits Sweeps » entre 8° et 10° W, alternativement à partir de Port Lyautey et d’Agadir, la zone plus à l’Est étant couverte par les Ventura et celle plus à l’ouest par les Privateer. Ces « sweeps » qui consistaient à couvrir une zone rectangulaire par un quadrillage dont le pas de translation Est/Ouest, dépendaient de la visibilité et de l’altitude auxquelles pouvaient se faire les meilleures observations visuelles, tout le monde scrutait la surface ... Chaque avion couvrait un rectangle propre dont le grand côté était dirigé N/S vers l’Espagne ou le Portugal, je ne doute pas un seul instant que les experts en ASM auront parfaitement saisi cette procédure … et l'exigence que ça représentait de la part des équipages.

Pour en terminer, un petit rappel sur ce qu’était le Fleet Air Wing 15, cité tout au long de ces pages .

Il dépendait de la 8ème Flotte US, son état-major était basé à Craw Field, Port Lyautey, en 1944 il comprenait environ 80 appareils répartis comme suit :

VP-63 = 13 PBY-5 (hydravion) et PBY-5A (amphibie) MAD Opérant à partir de PL

VP-92 = 12 PBY-5A Catalina remplacé en 1944 par VFP-1 (6FE) Opérant à partir de PL et d'Agadir

VB-111 = 13 PB4-Y Privateer Opérant à partir de PL

VB-112 = 11 PB4-Y Privateer Opérant à partir de PL

VB-127 = 12 PV-1 Ventura Opérant à partir d’Agadir

VB-132 = 15 PV-1 Ventura Opérant à partir de PL et d'Agadir

VFP-2 = 15 PBY-5A Catalina (8FE) Opérant à partir de PL et d'Agadir

En 1944 , la zone d’action du FAW-15 couvrait la partie de l’Océan Atlantique située entre les côtes du Maroc, de l’Espagne et du Portugal, les Açores vers le Nord et les Canaries vers le Sud, soit une surface maritime au moins double de celle de la France, au delà de cette zone, au Nord et au Sud, ainsi qu' à l’Est de Gibraltar, le Coastal Command britannique prenait la relève.

En guise de conclusion j’ajouterai que la lutte ASM à partir de Port Lyautey, puisque c’était le sujet, était loin d’être une partie de plaisir pour les équipages des appareils qui la menaient, en particulier nos camarades pingouins de l’époque, la durée des patrouilles voisinnait allègrement les 12 à 14 heures, le 31 mai 1944, trois avions de la 6FE se relayèrent pour rechercher les survivants du porte avions USS Block Island, coulé la veille après avoir reçu trois torpilles du sous-marin U-549, deux vols d'une durée de 17 et 18 heures furent relevés à cette occasion, ultime limite pour un Catalina et son équipage. Cet épisode de la lutte ASM au Maroc, capital dans l’issue de la 2e GM, méritait d'être évoqué.

Ces pages ont été rédigées à partir des mémoires de Pierre Delaunay, ancien pilote F.N.F.L. de la 6FE et d'informations puisées
sur le site de l’US Naval Aviation History Branch - The History of VP,VPB,VP(H) and VP(AM) Squadrons.


.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. Port Lyautey

Messagepar vigi » Sam 14 Avr 2012 08:41

Merci Pingouin, merci de nous faire revivre ses périodes quelques peu oubliées de l'aéronavale française et qui furent parfois sombre. :)
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il était impossible d'échouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Suivante

Retourner vers Les bases aéronavales & leurs formations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron