Page 1 sur 1

B.A.N. NÎMES-GARONS

MessagePosté: Jeu 22 Mar 2012 09:57
par nanard
Image

Elle fut mise en service le 24 octobre 1961 dans le sud-est de la France, enclave militaire de l'aéroport de Nîmes, en fait les deux entités se faisaient face, chacune d'un côté de la piste. Elle attira les meilleures flottilles PAT.MAR du sud de la France.
Le premier occupant, à cette date, sera la flottille 6 F sur Bréguet Alizé, qui restera fidèle à cette localisation jusqu'en septembre 2000, la formation ne survivant pas au retrait de son avion fétiche.
En septembre 1962, la glorieuse 28 F arrivera de Lartigue sur ses Neptune P2V-6, pour être dissoute sur place dès avril 1963. Elle renaitra le 31 mars 2000 à Hyères et revint à Nîmes-Garons en 2001, assurant les missions SUR.MAR et le support aéronautique de l'EPV, avec ses Nord 262 E.
Parmi les hangars dont elle dispose, l'un porte le nom de son pilote le plus célèbre, au temps des Privateer et de l'Indochine, un certain Eric Tabarly, plus connu pour d'autres activités navales.
Peu après la 28 F, en mai 1963, venant également de Lartigue, s'installa à Nîmes la 22 F, sur P2V-6, qu'elle échangera, sur place, pour des Bréguer Atlantic, en novembre 1966, sa dissolution, sur la même B.A.N., en septembre 1996, ne lui permettra pas d'être transformée sur Atlantique 2.
Par contre, la 21 F, autre transfuge de Lartigue, pour cause de fin du conflit algérien et surtout de l'indépendance, arrivée en novembre 1963 à Nîmes-Garons, sera transformée sur Atlantic le 15 décembre 1965, puis sur Atlantique 2 en septembre 1993, avion que la flottille utilise toujours, mais à Lann-Bihoué depuis l'été 2010.
Avril 1964 verra arriver l'escadrille 56 S/EPV, en provenance de Lann-Bihoué, avec ses C 47 Dakota, dont un figurera en pot de fleur le long de la route départementale de desserte jusqu'à la fin de l'Aéronautique navale sur place. Il faudra attendre 1982 pour la voir évoluer sur des Nord 262 E, avant d'être dépouillée de toute dotation d'avions le 4 septembre 2002, date à laquelle elle devint simplement EPV, son support aérien, comme expliqué plus haut, devenant la flottille 28 F, repreneuse des appareils de la 56 S dissoute.
L'escadrille 8 S, troisième du nom, sera créée sur place le 1er janvier 1966, sur Neptune P2V-6, elle partira pour les antipodes en général et l'ilot d'Hao dans le Pacifique en particulier, devenant Section P2V-6 du Pacifique, ne revenant à Nîmes qu'en fin d'année pour être dissoute en janvier 1967.
Pour conforter l'option PAT.MAR prise par la B.A.N., l'EEBA/12 S, Ecole d'Ecoute des Bouées Acoustiques, venant de Saint-Mandrier, était aussi présente à la même époque, elle deviendra le CAI/PAT.MAR le 1er septembre 1978, Centre d'Analyse et d'Instruction, avant qu'une partie de ses fonctions ne soient transférées, en 1992 à deux organismes implantés à Toulon. Il prendra l'appellation CAI/ALAVIA à la création de cette entité, en 1998 et sera intégré dans le CEI, Centre d'Entraînement et d'Instruction, qui ne restera sur place que depuis le 2 septembre 1998, jusqu'au 6 septembre 1999, où il partit s'installer à Lanvéoc-Poulmic où il sera dissout en juin 2003.
Comme la flottille 21 F évoquée, la 28 F quittera Nîmes-Garons à l'été 2010, toute activité de l'Aéronavale disparaissant définitivement à l'été suivant, laissant la place à l'armée de Terre.