B.A.N. de Lartigue

Les bases aéronavales dans le monde, par pays, leurs squadrons, leurs flottilles, leurs escadrilles

B.A.N. de Lartigue

Messagepar nanard » Mar 6 Mar 2012 00:05

Image

B.A.N. située en Oranie algérienne, sur la route de Sidi Bel Abbès, à une vingtaine de kilomètres au sud d'Oran. Créée par l'armée de l'Air et d'abord baptisée Tafaraoui, on lui avait donné des faux airs de hameau pour préserver son anonymat. C'était quand même une entité disposant d'un terrain d'aviation règlementaire qui, malgré son clocher factice, prit peu à peu l'allure d'une vraie base aérienne, après la déclaration de guerre à l'Allemagne du 3 septembre 1939.
Utilis√©e apr√®s la fin des combats comme terrain de regroupement des unit√©s d'aviation qui avaient pu se replier au sud de la France, rallier l'Afrique du nord et √™tre r√©organis√©es sous la surveillance plus ou moins discr√®te des Allemands de la commission d'armistice, ce fut l'√©poque o√Ļ, avec l'accord de l'arm√©e de l'Air, la base passa sous le contr√īle de l'A√©ronautique navale.
Au milieu de 1940, on y trouvait les 1AC et 2AC sur Dewoitine 520, les 3B, 6B et 7B sur Martin 167 A3 Maryland absolument neufs et LeO 45 qui l'était guère moins, les deux dernières nommées formant la flottille 4 F provenant du Maroc.
Malgré toutes ces formations disponibles, personne ne pensa à avertir la base lors de l'agression anglaise de Mers El Kebir. Certes, elle avait une pauvre allure à ce moment avec sa piste en terre, ses hangars de fortune, ses baraques en bois et ses difficultés de transmission, expliquant peut-être partiellement cette non-intervention.
Par contre, ce sera de Tafaraoui que partira, un peu plus tard, un raid de repr√©sailles sur Gibraltar, √† la suite de la tentative des m√™mes contre Dakar. Les unit√©s seront aussi envoy√©es participer √† la d√©sastreuse campagne de Syrie, en juin 1941, o√Ļ elles furent √©trill√©es √† l'issue d'un combat en partie franco-fran√ßais, entre ceux qui √©taient rest√© fid√®les √† Vichy et les FFL, int√©gr√©es aux forces britanniques.
Ce fut en ao√Ľt suivant que la base prit le nom de Lartigue, √† la m√©moire du C.A. Lartigue, cr√©ateur de la m√©thode d'appontage du m√™me nom, r√©sum√© √† m√©thode L, tu√© lors d'un bombardement de Rochefort le 22 juin 1940. En mai 1942, les D.520 quitt√®rent Lartigue pour Port-Lyautey au Maroc, tandis que les Martin 167 survivants √©taient peu √† peu remplac√©s par des LeO 45.
Lors de l'op√©ration Torch en novembre 1942, d√©barquement des forces alli√©es en Alg√©rie et au Maroc, les G.I investirent la base et quelques heures plus tard, 26 Spitfire britanniques en provenance de Gibraltar se posaient sur la piste. Les avions fran√ßais n'avaient pas eu le temps de d√©coller pour se livrer √† des duels dommageables et, dans les jours qui suivirent, la position de chacun fut clairement d√©finie. Le drapeau fran√ßais continua de flotter sur Lartigue, mais √† c√īt√© de l'Union Jack et de la Stars and Stripes.
L'ensemble des formations françaises encore présentes sur la base, fut quand même déménagée à Thiersville, plus au sud, à l'exception d'une escadrille de Walrus qui restera sur la base jusqu'en janvier 1944. A cette date, la Marine commença le réarmement de Lartigue, permettant l'accueil de la nouvelle EPV créée à Thiersville en novembre précédent. L'équipement de départ reflétait parfaitement les difficultés rencontrées à l'époque pour obtenir du matériel volant, avec de vieux bombardiers Wellington et des Avro Anson, guère plus en forme.
Apr√®s la victoire du 8 mai 1945, la flottille 6 F, qui venait d'abandonner ses antiques Lockheed Ventura pour des Bloch 175, quittera le Maroc pour Lartigue, o√Ļ ils se r√©v√©l√®rent rapidement peu fiables. Reconduite comme B.A.N. en 1946 et d√©clar√©e B.P.A.N. dans la foul√©e, elle vit l'EPV devenir 52 S/EPV sur Martin Maryland, Avro Anson, Vickers Wellington, Consolidated Catalina et Junkers 52/3m, mission qu'elle poursuivra apr√®s le 1er octobre 1948, sous l'appellation de 56 S, avant de repartir pour Agadir en 1951. La 4 S, √©galement cr√©√©e √† Lartigue le 15 avril 1947, du d√©doublement de la 52 S/EPV, devint l'escadrille de Lartigue, charg√©e des liaisons et autres servitudes pour le compte de la 4e R√©gion maritime.
Elle y op√©rera jusqu'au 10 juillet 1963, date de sa dissolution, sauf entre le 1er avril 1955 et le 1er janvier 1957, o√Ļ un brillant penseur parisien fit changer la 4 S de num√©rotation pour devenir la 5 S...appellation d√©j√† utilis√©e par la SES de Karouba, qui changea de nom √† la m√™me date pour devenir la nouvelle 4 S. La seule certitude fut d'embrouiller tout le monde et de contraindre √† effectuer la manipulation inverse 18 mois plus tard. Ces deux formations align√®rent les mat√©riels les plus divers allant du NS 701 Siebel au SO 95, en passant par les LeO 453, Avro Lancaster, Junkers 52 alias AAC 1 et Consolidated Catalina.
Plus positivement, en 1947, Lartigue comportait d√©j√† deux pistes, la 08-26 de 1550 m√®tres, dont le seul d√©faut √©tait de buter sur un oued c√īt√© est, compliquant s√©rieusement son √©ventuelle extension et une N-S de 1990 m√®tres. Les choses s'√©tant am√©lior√©es au fur et √† mesure que la guerre s'√©loignait, la nouvelle 56 S/EPV re√ßut, d√®s ao√Ľt 1949, son premier SO 95 flambant neuf. Les autres suivirent, poussant vers le ferraillage les anciens avions britanniques qui posaient tant de probl√®mes de maintenance.
La flottille 6 F, transformée sur place, le 3 mai 1952 sur Grumman Avenger, était dotée de 14 appareils, dont neuf de type 53, le reste étant constitué de 3W. Entre temps, la participation demandée par la Marine au gouvernement général de l'Algérie en 1949, pour l'agrandissement de la piste E-O à 2300 mètres, avec les taxiways et les aires de stationnement qui s'y rattachent fut acceptée, les travaux commencèrent en 1951 pour s'achever l'année suivante, comprenant le détournement de l'oued évoqué.
La 11 F, créée sur place le 1er juillet 1952, fut dotée de Lancaster ASM nouvellement livrés. Pour 1953, on assista en mai au départ pour Lann-Bihoué de cette flottille, devenue 25 F entre temps, les équipages non concernés par l'envol vers la Bretagne, complétés de renforts, furent transformés, aux USA, sur Neptune P2V-6. Les pilotes revinrent à Lartigue avec la première livraison de leurs nouvelles machines et se scindèrent, pour créer sur place les flottilles 21 F le 1er juillet 1953 et 22 F le 14 novembre suivant. Ce fut aussi le moment de la création, le 17 juillet sur le site, de la 57 S, comme escadrille école de chasse, dotée de neuf Hellcat F6F-5, six SNJ-4 et sept Vampire.
Elle ne restera qu'un an avant de partir pour Khouribga, le 17 novembre 1954.
De cette nouvelle année à 1963, la 22 F fut vouée à la surveillance maritime dans le cadre des opérations d'Algérie, avec une seule escapade qui vous sera livrée dans l'historique de leur monture. Lartigue, base d'avions s'il en est, débuta une reconversion partielle avec le stationnement, au gré des lieux d'assaut, des bananes volantes, alias Piasecki H-21C de la 31 F, puis sera choisie, le 1er juin 1957, pour la création de la 33 F sur Sikorsky H-19D.
Il faut dire que la mont√©e en puissance des √©v√©nements d'Alg√©rie, aidait √† transgresser les habitudes. Ce ne sera toutefois que le 22 ao√Ľt suivant que la seule flottille de l'A√©ronautique navale munie de ces h√©licopt√®res rev√™tus du camouflage trois tons d√©marrera ses d√©tachements. L'ann√©e suivante, ce fut au tour de la 32 F d'√™tre √† son tour cr√©er sur place et dot√©e imm√©diatement de Sikorsky HSS 1. Ces m√™mes √©v√©nements, nom pudique pour qualifier une vraie guerre, rejailliront sur l'activit√© de la base, rythm√©e d√©sormais par les longues missions de SUR.MAR et la traque des cargos de trafiquants d'armes √† destination du FLN alg√©rien.
Outre la 22 F, cette chasse √©tait √©galement le fait de la 21 F disposant des m√™mes machines. Pour le l√Ęcher de lucioles √©clairantes ou les bombardements sur la zone du barrage √©lectrifi√© de la fronti√®re alg√©ro-marocaine, destin√© √† emp√™cher les infiltrations ou les exfiltrations des m√™mes, les deux formations re√ßurent aussi l'appui de la glorieuse 28 F que avait ralli√© Lartigue en 1961, pour √™tre √©galement transform√©e sur Neptune.
Puis, ce furent les accords d'Evian, qui pr√©voyaient un d√©lai pour permettre aux troupes fran√ßaises de quitter des plate-formes aussi importantes que Lartigue, comportant √©galement un EPAN. Il ne fut bien entendu pas respect√© par les Alg√©riens qui multipli√®rent les incidents, tandis que la France, fid√®le √† sa politique de l'√©chine souple, continuait de construire des b√Ętiments sur ses diff√©rentes bases, sous le fallacieux pr√©texte qu'ils √©taient programm√©s de longue date. Ce fut le cas de la base de Bou Sfer, √† l'ouest de Mers El Kebir, int√©gralement r√©alis√©e et pay√©e par la France apr√®s l'ind√©pendance.
Les flottilles de Neptune quitt√®rent le sol alg√©rien d√©finitivement en mai 1963 pour la 22 F, √† destination de N√ģmes-Garons, en novembre suivant pour la 21 F avec le m√™me point d'arriv√©e. La 22 F reviendra sur les lieux entre le 15 novembre suivant et la fermeture d√©finitive de la base en f√©vrier 1964.

Image
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar pingouin » Mar 3 Avr 2012 14:05

Loin de moi l'id√©e de pi√©tiner tes plates bandes nanard ... mais Tafaraoui, comme Agadir, c'est ma jeunesse, permets donc au modeste quartier ma√ģtre que je suis sur ce forum, d'apporter ses souvenirs, puisque c'est l√† que je suis pass√© "crabe" de 2√®me classe, √† l'issue de mon cours de volant en 1946. Je ne reviendrai pas sur les grandes lignes de ton expos√© sur " Taf Taf" comme disaient les pingouins, ton texte est un bon r√©sum√©, √† ce que j'ai pu voir largement inspir√© par les articles de Ren√© Bail parues dans Airfan, une tr√®s bonne source, mais plut√īt sur des pr√©cisions sur la p√©riode 1942-1945.

En juin 1941, la 4F quitta pour un temps Tafaraoui avec ses Martin 167A3 afin de participer aux op√©rations fratricides de Syrie. Apr√®s avoir subi de lourdes pertes ( les trois quarts de ses appareils furent d√©truits) la flottille regagna Tafaraoui et au mois de septembre suivant et les derniers Martin 167A3 furent remplac√©s par des LeO 451. Le 5 janvier 1942, onze LeO 451 de la 4F particip√®rent √†¬Ā l‚Äôescorte du cuirass√© Dunkerque lors de sa sortie de Mers-El-Kebir vers Toulon et au mois d‚Äôavril 1942 les Dewoitines 520 de la flottille 1FC quitt√®rent Tafaraoui pour Port Lyautey.

Lors du d√©barquement anglo-am‚ā¨ricain du mois de novembre 1942, la base fut soumise ¬Ā d‚Äôintenses bombardements qui d√©vast√®rent le terrain et d√©truisirent les LeO 451 de la 4F qui s‚Äôy trouvaient encore. On arrive alors √† la pr√©sence anglo am√©ricaine sur la base :
Apr√®s la prise de Tafaraoui par la 34th Infantry Division am√©ricaine, la base devint une importante plaque tournante du dispositif a√©rien anglo-am√©ricain, elle servit de centre de transit et de pr√©paration pour les formations de la 12th Air Force au fur et √†¬Ā mesure de leur arriv√©e d‚ÄôAngleterre et des Etats Unis, de nombreuses unit√©s a√©riennes y √©tablirent leur QG, en particulier le 320th Bomber group √©quip√© de Marauder.De nombreux appareils alli√©s se succed√®rent sur le terrain pendant toute la campagne d‚ÄôAfrique du Nord, P38, P39,P40, P51, B26, A36, C47 du c√īt√© am√©ricain, Spitfire, Swordfish et Dakota du c√īt√© britannique. Au cours du premier semestre 1943, apr√®s la fin de la bataille de Tunisie et la reddition des restes de l‚ÄôAfrika Korps, les formations a√©riennes alli√©es migr√®rent progressivement vers l‚ÄôEst alg√©rien et la Tunisie, en pr√©vision des op√©rations de d√©barquement en Sicile et dans la r√©gion de Naples.

C'est au mois d‚Äôaout 1943 que l'A√©ronautique navale se manifesta de nouveau √†¬Ā Tafaraoui, avec l‚Äôarriv√©e de l‚Äôescadrille 4S arm√©e de douze amphibies Walrus c√©d√©s par les Anglais, int√©gr√©s au Costal Command britannique, ces appareils particip√®rent activement √† surveillance des convois tout au long des c√ītes alg√©riennes depuis Gibraltar. En septembre 1943, des escadrilles
du groupe de chasse GC 1/5, nouvellement intégré dans le dispositif allié, vinrent également s’installer sur la base avec leurs P39 afin de participer aux missions de surveillance et de protection des convois dans la zone d’Oran.
Ce n‚Äôest qu‚Äôapr√®s le d√©part des Am√©ricains, en f√©vrier 1944, que l‚ÄôA√©ronautique navale reprit possession compl√®te du terrain de Tafaraoui avec le retour de la flottille de chasse 1F. Ne disposant plus d‚Äôavions aptes au combat sur le th√©√Ętre m√©diterran√©en, l‚Äôunit√© fut dissoute le 15 mai 1944 et le personnel de la flottille, pilotes et m√©caniciens, fut dispers√©e en quatre d√©tachements marine au sein de quatre groupes de chasse de l‚ÄôArm√©e de l‚ÄôAir, GC 2/6 et 3/6 sur P39 et GC 1/7 et 2/7 sur Spitfire.

Et c'est octobre 1944 que l‚ÄôEcole du Personnel Volant non pilote, bas√©e temporairement √†¬Ā Thiersville depuis le mois d‚Äôavril pr√©c√©dent, s‚Äôinstalla sur la base avec un parc d‚Äôavions assez disparate qui comprenait Dewoitine 520, Martin 167A3, Wellington, Anson, Catalina ainsi qu‚Äôun LeO H257. Dans la m√™me p√©riode l'EPNV, qui avait surv√©cu tant bien que mal depuis 1943 sur la base de Khouribga au Maroc, vint √©galement s'intaller sur la base qui pouvait √† nouveau s'appeler B.A.N. Lartigue de plein droit. A partir de fin 1944, pour faire face aux tr√®s nombreux nouveaux engag√©s, dont j'√©tais, les deux √©coles fonctionn√®rent √† plein, √† la fois pour former les m√©caniciens moteurs, √©lectriciens et armuriers que pour le personnel volant jusqu' alors en stage dans les √©coles anglo am√©ricaines, radios, m√©caniciens volants, mitrailleurs.

Quelques photos de cette époque viendront compléter ce texte dans un prochain message.
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar nanard » Mar 3 Avr 2012 16:01

Et bien voila ce que j'appelle du bon boulot, tu renforces sérieusement mon texte originel qui, comme je l'avais dis pour Agadir n'est obligatoirement que généraliste pour rentrer dans mon dictionnaire encyclopédique de l'Aéronautique navale. Ce dernier faisant déjà 579 pages, si je rentre dans les détails.... :mrgreen: Malgré tout, c'est bon d'avoir ces compléments d'infos dans notre Forum, pour mieux comprendre les faits.
Au fait, petit détail, tu ne piétines pas mes plate-bandes, mais tu participe à la vie du Forum :mrgreen: :mrgreen: ...et en plus tu m'apporte des infos :!: :!:
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar pingouin » Mar 3 Avr 2012 17:41

A l'appui de ce qui précède voici quelques photos personnelles, celles de 1942 proviennent du site du 320th Bomber Group US

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1942_t10.jpg
Personnel US "caserné" dans la boue de Tafaraoui en 1942
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1942_t11.jpg
Le b√Ętiment commandement de Tafaraoui en 1942, avec les pavillons franco-US
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1942_t12.jpg
Un B-26 Marauder du 320th au décollage, au fond devant les hangars une épave de LeO 451
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1945_e10.jpg
Devant les hangars de l'EPV en 1945, 2 Catalina,un Ju52, trois Wellington et un Martin 167A3 le "Glenn"
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/lartig10.jpg
Devant les hangars EPNV, LeO 451,LeO 257bis, D520 et Welligton,
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/lartig12.jpg
Arrivée de l'Amiral Nomy à Lartigue en 1945, grand artisan du renouveau de l'AN après guerre.
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/lartig11.jpg
La marque de l'Amiral flotte au m√Ęt de pavillon

J'oubliais la plus belle, celle du cours de radio volant de novembre 1946 devant un Anson de l'EPV
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/194610.jpg
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar joran » Sam 29 Sep 2012 23:43

Amitiés d'un ancien controleur à Lartigue en 1963
joran
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 39
Inscription: Sam 29 Sep 2012 23:35

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar nanard » Dim 30 Sep 2012 09:04

En essayant de ne pas reproduire la même bêtise qu'avec Paul Touratier, il me semble, Joran que cela fait bien longtemps que nous n'eussions point le plaisir de te lire (j'espère que tout le monde appréciera ce style du à un passage à l'Académie Française, enfin, au vestiaire).
Le fait que tu nous informes de ton affectation au contr√īle de Lartigue, et apr√®s la fin de la guerre, aurait tendance √† nous, pardon, √† me faire saliver dans l'attente d'un bon topo de ta part sur la base et ton boulot de l'√©poque. Dans ce que tu sais et que tu as vu, il y a sans doute des √©l√©ments int√©ressants √† rajouter dans la fiche que tu as lu, concernant cette BPAN, afin de l'am√©liorer encore.
On compte sur toi pour ça.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar vigi » Dim 30 Sep 2012 09:37

joran a écrit:Il y avait aussi la 21, la 4S...Quant aux Zephir, j'en suis certain pour une raison bien simple : j'ai quelque part une photo ou je pose devant ce bel appareil.Je vais la retrouver, la scanner et la mettre ici-même, si on me le permet.La 21 et la 22 étaient pourvus de Neptune P2V6, la 4S, entr'autres de SO30P Bretagne.Il y avait même des hélicos HSS1, si ma mémoire ne me fait pas défaut.Tout cela est loin !!


Connais-tu les raisons de ce maintien d'autant d'appareils sur cette base?
Alors que comme le dis Pingouin sur le fil du Zephyr, les accords d'Evian étaient signés.
La France assurait une présence militaire le temps que l'Algérie se dote de moyens de défense ?
----When you're out of F-8's you're out of fighters----
ImageImage

Un besoin, une question, un sujet ?...Consultez les index avant de créer un nouveau sujet
N'oubliez pas de lire le règlement du forum!

Agissez comme s'il était impossible d'échouer.
Sir W. Churchill
Image
Avatar de l’utilisateur
vigi
Administrateur du site
Administrateur du site
 
Messages: 5337
Inscription: Dim 6 Juin 2010 17:26
Medals: 5
Admin (1) carriere militaire (1) dossier technique de qualité (1) récits et histoire vécu (1)
Membre fondateur+1 an d'ancien (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar joran » Dim 30 Sep 2012 09:50

Hello Vigi ! Là, tu m'en demandes trop !! Le Gouvernement de l'époque ne m'ayant pas mis dans la confidence, je suis bien in capable de dire ce qu'on fichait là-bas !! En ce qui me concerne, je suis arrivé à Lartigue fin 1962 et en suis parti quelques mois avant la fermeture, c'est à dire début 64.Je me souviens assez bien des dates, car j'ai eu 20 ans en novembre 1963.Je suis resté en contact avec un ami qui lui, est resté jusqu'à la fin.Et j'ai eu aussi, il y a quelques temps( je l'ai reperdu depuis,) le plaisir de retrouver un vieux copain, qui était radbo sur un Neptune à la 21 F.Je vais voir, pour les photos.
joran
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 39
Inscription: Sam 29 Sep 2012 23:35

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar pingouin » Dim 30 Sep 2012 10:55

Voilà des précisions :
L'Aéronautique navale en Algérie (1954-1962) d'Henri Robin page 41
Image
Avatar de l’utilisateur
pingouin
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
 
Messages: 1243
Inscription: Ven 30 Mar 2012 10:07
Medals: 8
carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1) dossier 1ere classe (1)
récits et histoire vécu (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) +6 mois d'ancienneté (1)

Re: B.A.N. de Lartigue

Messagepar joran » Mar 11 D√©c 2012 18:06

@ Nanard : Bonjour.
Vous écrivez que Lartigue a été définitivement évacuée en février 64.Je pense que c'est un peu plus tard (sans doute avril ou mai) .Cordialement.
joran
Quartier-maitre de 1ère Classe
Quartier-maitre de 1ère Classe
 
Messages: 39
Inscription: Sam 29 Sep 2012 23:35

Suivante

Retourner vers Les bases aéronavales & leurs formations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Yahoo [Bot] et 2 invités