B.A.N. de Lanvéoc-Poulmic

Les bases aéronavales dans le monde, par pays, leurs squadrons, leurs flottilles, leurs escadrilles

B.A.N. de Lanvéoc-Poulmic

Messagepar nanard » Mer 22 F√©v 2012 20:29

Image

Cr√©√©e en 1936 dans la presqu'ile de Crozon, en face de Brest, apr√®s sept ans de travaux, elle re√ßut, d√®s octobre 1937, la flottille a√©rienne du B√©arn. Son apog√©e se situa juste avant la seconde guerre mondiale, avec la pr√©sence des escadrilles AC1 sur Dewoitine 376, bient√īt en partance pour Calais, dans le cadre de ce conflit en pr√©paration et les AB1 et AB2, respectivement sur Levasseur PL-7 et PL 101 heureusement tous chang√©s avant la confrontation r√©elle. l'AB1 s'installa √† Boulogne et se verra dot√©e de Vought 156 F, l'AB2 ira √† Berck √©quip√©e de Loire-Nieuport LN 401 et 411.
D'autres formations étaient affectées à la base, la 2S1 alias Brezennech Air Force sur CAMS 55 et Gourdou-Lesseure GL-812 et la 2S3, escadrille supplétive formée le 1er septembre 1939 sur Levasseur PL-101.

Du fait de son plan d'eau vaste et relativement abrit√©, on y voyait √©galement les croiseurs des airs, r√©partis entre l'E 12 de tr√®s courte dur√©e, compos√©e des Lat√© 521 L.V. Paris et 522 Ville de Saint-Pierre et l'E 6 cr√©√©e sur place le 10 janvier 1939, form√©e des trois Lat√© 523, Ald√©baran, Algol et Alta√Įr.
Rappel lié à ces noms, tous les hydravions de la catégorie exploration (donc à grand rayon d'action) se devaient d'avoir un nom de baptême (l'esprit marine et bateau restait très vivace) commençant par un A.
L'escadrille E 6 absorbera l'E 12 dès que l'Algol fut perdu en mer d'Iroise, coulé au canon, au large d'Ouessant le 18 septembre suivant, à la suite de l'abordage du contre-torpilleur Le Boulonnais, venu le remorquer après un amerrissage d'urgence sur panne de carburant.
On trouvait aussi l'escadrille E 8, avec l'unique Potez-CAMS 141 Antarès (encore un A), la B.A.N. possédant en propre une SE équipée de CAMS 37, FBA 17, Loire 130, Gourdou-Leseurre GL-812, Breguet Short, Loire 501, Levasseur PL-14 et Morane-Saulnier MS 230.
La SESBA (Section d'Entra√ģnement et de Servitude du B√©Arn) sur Wibault 74, Gourdou-Lesseurre 432, Levasseur PL-10, PL-101 et PL-14, Dewoitine 373, Morane-Saulnier MS 226 et 230 avait √©galement prit pied √† terre en Bretagne, loin de son P.A. d'attache, consid√©r√©, du fait de sa lenteur, comme impropre √† tenir sa place, principalement dans l'Escadre de l'Atlantique, dot√©e des b√Ętiments parmi les plus rapides du monde.
Lanvéoc-Polmic fut évacuée et sabotée le 18 juin 1940 devant l'avance nazie, mais cela n'empêchera pas l'occupant de prendre possession des lieux et de les agrandir durant les années d'occupation pour loger les quelques 200 avions rattachés.

Apr√®s la fin des hostilit√©s et d√®s le 24 mai 1945, fut constitu√©e sur place l'escadrille de l'Ecole Navale, dont les b√Ętiments dominaient la baie ayant abrit√© les hydravions, depuis plus de trente ans. Elle se composait d'une SE et d'une SS, sa mission consistant √† instruire les √©l√®ves officiers √† la navigation a√©rienne et au pilotage, avec des Stinson 105, de 1945 √† 1950 et des Junkers 52/3m de 1945 √† 1953. Quelques mois plus tard, le 1er novembre, √©tait cr√©√©e sur place l'escadrille 1 S sur MS 502, dont le premier travail fut le rep√©rage des mines.
Le 1er janvier 1946, alors que la base était confirmée comme B.A.N., l'escadrille de l'Ecole Navale devenait la 50 S. Elle touchera d'abord des Avro Anson qui seront utilisés de 1946 à 1950, puis des SO 94 et 95 de 1951 à 1958, des Stampe de 1950 à 1967, ces derniers plus spécialement utilisés par l'Aéro-club de Lanvéoc-Poulmic créé en 1949.
La piste 06/24 trop courte et les choix fondamentaux de EMGM firent que la base se spécialisa, peu à peu dans les voilures tournantes au cours des années 60. La 1 S quitta la Bretagne du nord en 1951 pour celle du sud et Lann-Bihoué, mais malgré tout, la 50 S fut transformée sur hydravions Short Sunderland en juillet 1958 et chargée de la formation des pilotes de cette spécialité déjà sans grand avenir.
Elle succédait en fait à l'escadrille 53 S, dépositaire de cette mission jusque là, dissoute quelques jours auparavant à Dakar.
Ces gros hydravions seront remplacés en mars 1961 par des petits Beechcraft JRB-4 sortant ainsi définitivement de la rubrique hydravion.

En 1962, une section Alouette venant de Saint-Mandrier fut détachée à Lanvéoc-Poulmic, elle deviendra l'escadrille 22 S le 1er septembre 1964, évoluant sur Alouette II et III. Quelques mois auparavant, le 1er avril, l'escadrille 50 S avait été dissoute, tandis que la flottille 32 F arrivait avec ses hélicoptères, 6 HSS 1 reconvertis, après la guerre d'Algérie, à leur mission initiale, la lutte ASM.
Elle passera sur Super-Frelon en 1970, équipés en version ASM, mission qui sera supprimée en 1981 sur ce type d'appareil.
En 1972, la 22 S, toujours sur Alouette III se verra confier, en plus des servitudes assur√©es jusque l√†, un mission d'entra√ģnement au vol sans visibilit√©.

L'aéro-club évoqué plus haut sera converti en SVS (Section de Vol Sportif) au matériel modernisé en 1974, avec l'arrivée de MS 880 Rallye.
En 1975, la 34 F, venant de Fr√©jus Saint-Rapha√ęl o√Ļ elle avait √©t√© cr√©√©e l'ann√©e pr√©c√©dente, √©tait red√©ploy√©e sur place, arm√©e d'Alouette III.
L'année suivante verra la 22 S recevoir une nouvelle promotion, devenant E.S.H.E., chargée de la navalisation des jeunes pilotes issus de l'école de l'ALAT à Dax. Succédant à la Section Jeanne d'Arc dissoute à Saint-Mandrier, la 35 F était créée sur la base le 11 juin 1979, alors que la 34 F recevait ses premiers Lynx WG 13, la nouvelle formation devant attendre l'année suivante pour en bénéficier également. La 35 F assurait les embarquements sur le croiseur-école, elle sera dissoute en octobre 1998.
Les seuls avions subsistants sur le site √©taient r√©serv√©s √† l'entra√ģnement des √©l√®ves de l'Ecole Navale, l'ex a√©ro-club devenu SVS prendra l'appellation de SAL (Section des Avions L√©gers) au 1er janvier 1982...pour devenir 50 S le 1er novembre 1984.

En 1995, la fermeture de Fr√©jus Saint-Rapha√ęl amena √† Lanv√©oc-Poulmic le CESSAN, (Centre d'Entra√ģnement √† la Survie et au Sauvetage de l'A√©ronautique Navale) qui, gr√Ęce √† un bassin de 1500 m3, fait d√©couvrir aux P.N. les joies de l'extraction d'une cabine d'avion immerg√©e sous plusieurs m√®tres d'eau et autres d√©lices aussi humides qu'indispensables.

Depuis 1996, la 50 S a récupéré les avions de l'ancienne 51 S/EIP basée à Rochefort, devenant 50 S/EIP, ajoutant l'initiation au pilotage à ses précédentes attributions.
L'année suivante, un CEI sera créé sur la base, plus spécialement orienté, on s'en serait douté, vers l'activité des voilures tournantes.

Actuellement, sur le site, on peut encore trouver la flottille 32 F. Pour suppléer à ses Super-Frelon vieillissants, passant beaucoup plus de temps en maintenance, qu'à assurer la permanence opérationnelle, elle se vit adjoindre, le 5 décembre 2008 un EC 725 Caracal de l'escadron Pyrénées de l'armée de l'Air, escadron spécialisé dans les missions dures de type Resco.
Depuis, et dans l'attente des NH 90 aujourd'hui enfin en cours de livraison après plusieurs années de retard, elle reçut deux EC 225 SECMAR, en mars et juin 2010, juste à temps pour voir partir dans différents musées le Super-Frelon.
Autres formations encore présentes, la 34 F sur Lynx, alias gros pif, la 22 S sur Alouette III déclinantes assurant tout de même la spécialisation sur hélicoptères embarqués et la 50 S sur MS 880 et Mudry Cap 10 pour la formation initiale.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Retourner vers Les bases aéronavales & leurs formations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron