Page 1 sur 1

B.A.N. Aspretto, l'Aeronavale en Corse

MessagePosté: Sam 18 Fév 2012 23:09
par nanard
Image

Aller les gars, on reste plein sud et maintenant, Aspretto.
B.A.N. créée le 5 février 1938 en Corse, comme son nom le laissait supposer, à une encablure de Campo dell'Oro, l'aéroport civil d'Ajaccio. Elle disposait de deux grands hangars d'aviation et d'un très beau plan d'eau abrité pour les hydravions, les deux n'étant séparé que par un petit parking d'avions. Attendez un petit peu, vous comprendrez mieux dans quelques lignes les raisons de ces détails, à première vue inutiles, juste bon à remplir des lignes.

Dès son ouverture, la base abrita, comme toutes ses consoeurs, une S.E. sur Levasseur PL 15 et CAMS 37 puis, le 30 août 1939, une escadrille, la 3S6, sera créée sur place, dotée de Gourdou-Leseurre GL 812 qui ne dureront qu'un mois, de Loire 130 et de PL 15 antédiluviens qui ne seront changés qu'en juin 1940 (on imagine facilement l'intérêt), pour des Laté 298. Malgré l'interdiction de vol décrétée à l'armistice, le Pacha de l'escadrille réussira, trois jours plus tard, à faire évacuer quatre de ces nouveaux appareils vers l'Afrique du nord.
Occupée par les Italiens fin novembre 1942, la base ne reprit vie, sans trop de problèmes, que le 13 septembre 1943. Cette reprise débuta avec l'arrivée provisoire des Supermarine Walrus de l'escadrille 4 S, qui gagneront Cuers-Pierrefeu, une fois le débarquement de Provence terminé.

Mise en gardiennage du 3 mai 1945 au 19 octobre suivant, elle sera réarmée une première fois pour être réaffectée à l'Aéronautique navale en janvier 1946 et assurer la création de l'escadrille 20 S sur Dornier 24 le 15 avril suivant. La raison principale était la nécessité d'assurer la mission S.A.MAR sur cette partie de la Méditerranée, zone définie quelques mois plus tôt par l'O.A.C.I. naissante. La 20 S dissoute le 1er février 1950, entraîna une nouvelle mise en gardiennage de la base et la fin de la période hydravion sur le site.

En 1953, elle fut à nouveau réarmée, tournant au ralenti jusqu'en janvier 1955, date à laquelle elle reçue la flottille 9 F venant de Karouba, où elle avait échangé, en septembre 1953, ses Curtiss SB2-C Helldiver, pour des Grumman Avenger TBM-3S et 3W. Leur présence sur la base était liée à la nécessité d'une couverture ASM sur cette région beaucoup trop fréquentée par les sous-marins soviétiques, selon les spécialistes de l'O.T.A.N. Seulement, en octobre 1960, les Avenger s'envolaient pour Cherbourg-Maupertus afin d'y être désarmés, tandis que les personnels de la flottille gagnaient Hyères pour être transformés sur Bréguet Alizé, déclenchant un nouveau gardiennage des lieux jusqu'au 1er février 1961.
Dès le 9 du même mois, la 55 S/ESM s'installait sur place avec ses Beechcraft SNB-5, abandonnant Agadir, en partie en raison du récent séisme. L'Ecole de Spécialisation sur Multimoteur bénéficia de l'enclave Marine de l'aéroport civil de Campo dell'Oro, Aspretto, comme évoqué au début de cet historique, ne pouvant accueillir ses avions par manque de place...et surtout de piste !
La situation n'était pas très facile à vivre, avec les bâtiments de commandement, les ateliers, hangars, magasins et zone vie à trois kilomètres des avions et de la piste. Cela amena des situations cocasses, tôt le matin, comme un Beechcraft sortant de révision et de son hangar, et regagnant son terrain par la route de bord de mer, remorqué par un tracteur de piste !
Le 12 juin 1970, le premier Nord 262 A arrivait à Ajaccio, pour enfin remplacer les SNB-5 vieillissants et permettre aux futurs pilotes de Bréguet Atlantic de s'entraîner sur une machine dotée, elle aussi, de turbopropulseurs, plus proche de leur future monture. Ce ne fut toutefois que le 1er juillet 1973 que les Beechcraft seront définitivement retirés du service actif qu'ils assuraient sans faillir, depuis vingt ans.

Bien sûr, nous sommes en Corse, et dans la nuit du 30 juillet 1975, deux Nord 262 seront plastiqués sur le parking et deux autres ne seront sauvé que par le non déclenchement de leurs charges explosives. Hasard ou volonté délibérée, un des avions détruit était celui qui était chargé de l'alerte EVA.SAN au profit de la population Corse. L'Etat "colonialiste" était bien puni !
Le 1er septembre 1983, l'ESM fut tranférée à la 52 S nouvellement créée à Lann-Bihoué, Aspretto ne gardant, avec la 55 S, que l'EPM. Le 1er septembre 1986, l'escadrille école était définitivement dissoute, entraînant la perte de l'appellation B.A.N. pour Aspretto qui sera définitivement ferméé le 22 septembre 1993.