B.A.N. Hyères

Les bases aéronavales dans le monde, par pays, leurs squadrons, leurs flottilles, leurs escadrilles

B.A.N. Hyères

Messagepar nanard » Lun 13 F√©v 2012 19:37

Image

De quoi c'est y qui s'agit :?: Je vous propose l'Histoire de nos BAN, et pour que vous puissiez jouer à stop ou encore en toute connaissance de cause, je vous raconte celle de Hyères dont il est question pas loin dans ce chapitre.
B.A.N. de HYERES
Lorsque les quelques a√©ronefs poss√©d√©s par la Marine venaient de Saint-Rapha√ęl vers Toulon, rejoindre l'Escadre qui √©tait la leur, ils utilisaient r√©guli√®rement une grande prairie o√Ļ c'√©tait d√©roul√©, en janvier 1911, un meeting a√©rien, dans la plaine du Palyvestre, pr√®s de Hy√®res. Il fallut toutefois attendre le L.V. Teste, patron de l'Aviation d'Escadre depuis la fin des combats, en l'an de gr√Ęce 1919, pour obtenir la location du dit p√Ęturage, carr√© presque parfait de 250 m√®tres de c√īt√©, pour la somme de 1 franc symbolique, une petite ferme peinte en rose √©tant l'unique structure b√Ętie de cette plaine de roseaux.

D√®s ce moment, la Marine d√©cidera d'am√©nager les zones mar√©cageuses, afin de permettre l'entra√ģnement de ses avions. Mais le Palyvestre ne commencera √† faire parler de lui que le 20 octobre 1920, jour au cours duquel le L.V. Teste en d√©colla pour se poser, un peu plus tard, sur le B√©arn qui ressemblait plus √† un ponton qu'√† un P.A. √† ce moment. Le premier appontage de l'histoire de la Marine fran√ßaise venait d'√™tre r√©alis√©.
La base fut officiellement mise sur pied le 26 f√©vrier 1924 et, pour ceux qui s'√©tonneraient , un peu plus loin dans cette histoire, de la pr√©sence d'hydravions, il existait aussi une hydrobase tr√®s proche, situ√©e pr√®s de l'actuel hippodrome et du port Saint-Pierre, aux Salins d'Hy√®res. Cette derni√®re prenait naturellement la suite du CBC cr√©√© le 1er juillet 1918 et transf√©r√© √† Toulon le 5 ao√Ľt 1919, ainsi que du Centre-Ecole des Observateurs en ballons captifs, rapatri√© de Corfou le 10 mars 1920.
Cette même année 1924, arriveront les premières formations, 7C3 avec quelques Hanriot HD2, des Gourdou-Leseurre ET 1, et des Dewoitine D1, ainsi que la 7R2 sur Bréguet XIV et LeO 7.3. La mode du changement de désignation des escadrilles battant déjà son plein, la 7C3 devint 7C1 en 1926, intégralement équipée, cette fois de Dewoitine D1, auxquels se joindront, à titre expérimental, six Gourdou-Leseurre GL-22. En février de la même année, était créée, sur la base même, la 7B4 sur Levasseur PL 2.
La nouveauté de 1927 fut la disparition de l'appellation d'Aviation d'Escadre au profit de celle de Flottille du Béarn, entrant en service cette année là. On verra aussi au cours de celle-ci, la 7B1, ex 7B4, vous suivez :?: recevoir des Levasseur PL 7 et le 1er mars, une autre création de formation, la 5C1...3C1 quatre mois plus tard ! Pour sa part, elle touchera des Levasseur PL 9 et quelques Villiers C2.
La p√©riode d'√©volution technologique de l'aviation militaire se poursuivant √† grande allure, d√®s 1928, la 7C1sera transform√©e sur L√©vy-Biche LB2, la 7R2 se contentant de devenir 7S1. La 3C1 changera √©galement de machine, pour des PL 5, tout en conservant les quelques Villiers C2 encore en √©tat de voler. Une Section d'Entra√ģnement sera aussi mise sur pied cette ann√©e l√†, √©quip√©e de Br√©guet XIV, PL 4, LeO 19-3 et MS 130, ainsi que d'hydravions FBA 17. Le B√©arn ayant ses sp√©cificit√©s, il cr√©era √† Hy√®res, SA propre S.E. appel√©e SEBA compos√©e de FBA 17, Gourdou-Leseurre GL622 et GL 432, Dewoitine D1, Hanriot HD2, Spad 42 et Tampier 4.
En 1930, alors que la 7C1 utilisait encore ses Dewoitine D1, la 7S1 recevait ses PL 10 en d√©cembre. L'ann√©e suivante, en ao√Ľt, une nouvelle unit√© √©tait cr√©√©e sur la base, la 3S1, arm√©e de CAMS 37, le 1er f√©vrier 1932 voyant se cr√©er la 3C2 dot√©e de Nieuport-Delage NiD-62.
1935 sera marqu√©e par des faits contradictoires, d'un c√īt√©, l'ouverture des travaux de la piste 14/32 pr√©vue √† 1000 m√®tres de long par 30 m√®tres de large, dans les n√©gatifs, et malgr√© la livraison de MS 225 √† la 3C1, le transfert, le dernier jour de l'ann√©e, de cette escadrille et de la 3C2 qui avaient eu la malchance d'avoir √©t√© plac√©es par le ministre de l'Air, sur la liste des escadrilles affect√©es d√©finitivement √† l'Aviation militaire, nouvelle arm√©e de l'Air institu√©e...le jour suivant. C'√©tait le prix √† payer par l'A√©ronautique maritime pour conserver une relative ind√©pendance, bien d√©fendue dans cette lutte par son ministre de la Marine, Georges Leygues, sans qui l'ensemble des formations marines disparaissaient.
La flottille du Béarn, comprenant les escadrilles 7C1, 7S1 et 7B1 quittaient définitivement le soleil méditerranéen en octobre 1936, volant vers une nouvelle base qui allait d'ouvrir le 6 avril 1937, Lanvéoc-Poulmic, prenant des quartiers d'attente à Cherbourg-Querqueville, sans doute pour acclimater hommes et matériels aux nouvelles conditions climatiques.
Hy√®res prit officiellement le titre de B.A.N. en 1937. L'ann√©e suivante sera celle du passage de la 3C1 sur GL 812, mais aussi de l'arriv√©e de Romano 82 au sein de la S.E. et de la cr√©ation sur place de l'AC2 dot√©e de Dewoitine D 376. En 1939, le parc avion de la S.E. √©tait pour sa plus grande part renouvel√©, voyant apparaitre des Caudron Simoun 635, Potez 567, NAA 57, Nieuport 622, seuls les Romano 82 et les inusables FBA 17 continuant leur r√īle.
Elle verra aussi le d√©but de la dr√īle de guerre cette ann√©e l√† et des escadrilles suppl√©tives furent organis√©es sur la base, les 3S5 sur Potez 25 ant√©diluvien, et l'AC3 sur Dewoitine 510 ne valant gu√®re mieux. La premi√®re nomm√©e ne fera qu'un passage √©ph√©m√®re √† Hy√®res, puisqu'elle sera transform√©e sur LeO H43 en mars 1940, l'obligeant, pour ce faire, √† partir pour Saint-Mandrier la voisine. la seconde ne survivra que peu de temps √† la d√©b√Ęcle, elle sera dissoute en ao√Ľt 1940. On trouvait √©galement de dr√īles de choses cette ann√©e l√† √† Hy√®res. D'√©tranges sauterelles, les autogires de la 3S2 qui s'appr√™taient √† partir pour prendre part aux op√©rations de guerre !! sur les c√ītes de la Manche.
Apr√®s l'armistice, Hy√®res servit de point de regroupement des avions de l'A√©ronautique navale ayant pu √©chapper soit √† la destruction, en vol ou au sol, soit √† la capture dans la zone occup√©e. Ils seront r√©partis sur diverses bases du sud de la France, o√Ļ l'envahisseur n'aura plus qu'√† venir faire son march√© lors de l'invasion de la zone dite libre. D√©sarm√© le 27 novembre 1942, il faudra attendre le 22 ao√Ľt 1944 pour qu'un officier soit charg√© de la B.A.N., qui ne sera r√©ellement r√©arm√©e qu'en f√©vrier 1945, √† temps pour b√©n√©ficier du programme de remise en √©tat d√©velopp√© alors.
C'√©tait la p√©riode de la flottille 4FB sur Dauntless et de la Section d'essais, future 10 S, qui attendait l√† la remise en conditions de sa base de Saint-Rapha√ęl. R√©affect√©e sans difficult√©s √† l'A√©ronautique navale au 1er janvier 1946, elle fut, comme un P.A., plac√©e sous l'autorit√© d'ALPA d√®s la cr√©ation de ce dernier, Hy√®res regroupant alors le GAN 2 comprenant les escadrilles 1 F sur Seafire III, 3 F et 4 F sur SDB Dauntless, la 10 S ne quittant les lieux qu'en novembre.
Le trafic a√©rien reprit sur la 14/32 b√©tonn√©e de 1000 m, faisant face √† la mer et si le premier ajout fut une tour de contr√īle en bois, les vols de nuit et leurs entra√ģnements nocturnes avaient toujours lieu √† Istres o√Ļ il existait un balisage lumineux...et un environnement suffisamment plat et d√©gag√© pour offrir une bonne s√©curit√©.
La mont√©e en puissance de la base s'affirmera pourtant tout au long de l'ann√©e, les travaux pr√©liminaires au prolongement et √† l'√©largissement de la piste existante √† 1900 par 50 m seront achev√©s, avec l'abattage des arbres situ√©s dans l'axe. On envisagea m√™me la r√©alisation d'une piste NE/SO, la future 05/23, avec rev√™tement en plaques P.S.P. Sur place, se cr√©ait la 54 S dot√©e de Spitfire, Seafire Dauntless et SNJ, support de l'EAE. D√®s novembre, les pilotes d√©coll√®rent de Hy√®res pour s'entra√ģner √† l'appontage sur le Colossus, pas encore Arromanches, aboutissement de longues s√©ances d'ASSP sur la base.
C'est la 54 S qui sera la premi√®re √† recevoir les nouveaux MS 474 puis MS 472, destin√©s √† l'entra√ģnement pr√©-op√©rationnel, tandis que la 12 F se cr√©ait sur Seafire III. En fonction des cr√©dits disponibles, Hy√®res fera l'objet, en 1949 d'am√©liorations portant sur les moyens de radionavigation suppl√©mentaires, un nouveau parc √† carburant et la construction de la premi√®re partie, limit√©e √† 900 x 50 m, de la 05/23 et du balisage lumineux de la 14/32. 1950 sera l'ann√©e de la transformation des 1 F et 12 F sur F6F-5 Hellcat et de la 3 F, recr√©√©e en mai, sur Helldiver. Cet √©piode permettra √† un journaliste de Var-Matin, pleinement au fait de son sujet, d'√©crire un article pour saluer l'arriv√©e sur la base de L 4 et de L divers...
L'IFF sera install√©e en 1952, comme la gonio, permettant une approche plus s√©curisante. En 1955, la base assista √† une cr√©ation symbolique, celle de la flottille 16 F, premi√®re formation de l'A√©ronavale sur appareils √† r√©action, les Aquilon, mais aussi, en avril, celle plus traditionnelle de la 15 F sur Corsair. 1957 verra l'arriv√©e des Corsair de la 14 F, de retour de Karouba. La 54 S dissoute en 1958, verra sa mission reprise par la 59 S cr√©√©e sur place deux ans plus t√īt, en tant qu'ECTT devenant ECE, √©quip√©e, dans un premier temps de Hellcat puis d'Aquilon en 1957 et de Fouga Z√©phyr en 1959. Toujours en 1958, la 6 F rejoignait Hy√®res pour √©changer ses TBM Avenger contre des Br√©guet Aliz√©.
A l'aube de l'année 1963,les "locataires" de la B.A.N. étaient nombreux, avec les 4 F et 9 F sur Alizé, la 15 F sur Etendard IVM depuis six mois, la 16 F sur Aquilon et la 59 S avec ses Fouga et ses Aquilon. Dès avril suivant, la 11 F...ex 1 F, dissoute en 1962, renaissait à Hyères sur Etendard et le mouvement continua, la 4 F et ses Alizé partirent pour Lann-Bihoué en juillet 1964, juste à temps pour libérer des places sur une base tellement engorgée que l'arrivée de la 16 F et ses Etendard IVP avait été retardé de quelques mois, la flottille piaffant à Istres en attendant. La 05/23 fut mise en service à ce moment, avec son balisage lumineux depuis février le TA.CAN devenant opérationnel en novembre.
Si ses Fouga semblaient d√©fier le temps, les Aquilon de la 59 S furent remplac√©s par des Etendard IV M en 1965. En 1967, la 15 F, sur la base depuis 1962, fut transf√©r√©e √† Landivisiau, nouvelle base o√Ļ il fallait √™tre...pour √™tre dissoute deux ans plus tard. La 11 F l'avait pr√©c√©d√©, elle y est toujours. Mais, la r√©volution de cette ann√©e l√† fut l'ouverture des pistes aux vols commerciaux, Hy√®res devenant l'a√©roport de Toulon. Autre √©v√©nement de 1967, l'arriv√©e sur la base de la 3 S, abandonnant Cuers-Pierrefeu avec un mat√©riel plut√īt h√©t√©roclite de Broussard, MD 312, SO 30 P, et Aliz√©. La 59 S resta fid√®le au site, gardant ses Etendard jusqu'en juillet 1991, date √† laquelle elle r√©cup√©rera les Super-Etendard de la 14 F dissoute, mat√©riel que la 17 F utilisait maintenant depuis 1980.
En 1992, la 59 S √©tant devenue ECE, Hy√®res ne comptait plus que la 3 S et la 17 F, qui partira l'ann√©e suivante pour Landivisiau rejoindre la 11 F, toutes deux maintenant sur SEM. La 3 S esseul√©e recevra, le 6 octobre 1994, l'appui de l'ERC, arrivant elle aussi de Cuers-Pierrefeu apr√®s 36 ans de pr√©sence, l'ann√©e se terminant par la c√©r√©monie du retrait des Fouga de la 59 S. L'escadrille 10 S, qui avait fr√©quent√© la base juste apr√®s la guerre, revenait sur place le 15 juin 1995, accompagn√©e du CEPA, tous deux arrivant de Saint-Rapha√ęl, aboutissant √† la fusion de cette escadrille et de l'ERC, cr√©ant l'ERCE/10 S en 1997.

La chute de puissance de la base se poursuivra avec le d√©part de la formation des Officiers d'Appontage en septembre 1996, pour Landivisiau √©galement, ne laissant sur place que l'EPPE. Fin 1998, seules les 3 S, ERCE/10 S et un Dauphin S.P. de la 32 F au titre de la SEC.MAR restaient sur la base. Toutefois, le 31 mars 2000, la glorieuse 28 F renaissait de ses cendres, h√©ritant du mat√©riel de la 3 S dissoute le m√™me jour. La nouvelle formation, √©quip√©e de Nord 262 ne profitera pas longtemps de Hy√®res, elle partira pour N√ģmes-garons en septembre 2002 remplacer la 56 S dissoute √† la m√™me date, dans sa mission de support de l'EPV. Une nouvelle r√©volution se profila au 16 janvier 2004, Hy√®res la tout avion, recevait les 31 F, 35 F et 36 F, toutes sur h√©licopt√®res, √† la suite de la fermeture de la B.A.N. de Saint-Mandrier, laissant un peu plus de place √† l'aviation commerciale.
Hyères, base opérationnelle la plus ancienne s'est recyclée et si la ferme rose existe toujours, elle sert aujourd'hui d'armurerie aux fusiliers-marins commandos.
nanard
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
 
Messages: 1894
Inscription: Jeu 12 Jan 2012 12:49
Medals: 9
contributeur (1) carriere militaire (1) Assiduité au forum (1) Animation du forum (1)
dossier 1ere classe (1) Rédacteur site web Aero-PA (1) Ambiance et bon esprit (1) + 1 an d'ancienneté (1)
maquettes et modèles réduits (1)

Retourner vers Les bases aéronavales & leurs formations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité