Le projet TFX


Ce projet de chasseur commun TFX fut pris en charge par Robert McNamara, alors Secrétaire à la Défense.
Il voulait instaurer le système de dotation d'avions communs aux deux armes, dans le but unique de réduire les coûts de production et de maintenance de la flotte aérienne de combat des USA.
Le projet TFX était sensé remplacer pas moins de six appareil toutes versions confondues au sein de l'USAF et l'US Navy, les F-8 Crusader, F-100 Super-Sabre, F-101 Voodoo, F-104 Starfighter, F-105 Thunderchief et même les tout nouveaux F-4 Phantom.
Mais McNamara était loin de se douter qu'à l'époque, seul un " civil " pouvait exprimer un tel vœu pieux.
Un vœu pieux impossible à satisfaire évidemment, étant donné que l'US Navy et l'USAF ne partageaient pas les mêmes impératifs, et encore moins les mêmes contraintes.
Néanmoins, ce programme TFX, prit forme avec le General Dynamics F-111.

F-111 B La version A du nouvel avion revint à l'Armée de l'Air, qui finit par l'adopter, du fait de ses excellentes aptitudes à très basses altitudes et à haute vitesse.
La version B de cet avion, destinée à la Marine, fut une calamité.
La raison en était simple, le programme TFX ne prenait en compte que les désidérata de l'USAF, ceux de l'US Navy était purement et simplement ignoré.
L'appareil était très lourd, 35 t, très fragile, et sa vitesse d'approche était trop élevé pour l'appontage sur porte-avions.
En plus de ces problèmes, le prototype de la Marine se révéla sous-motorisé, le Pratt & Whitney TF30 était un réacteur qui répondait mollement, voire pas du tout, dès qu'il était malmené. La maniabilité de l'avion en pâtit inévitablement.
Cependant, McNamara continuait à " ignorer " volontairement les piètres performances de l'appareil F-111B destiné à l'US Navy, et s'obstinait à vouloir faire passer sa "pilule" coûte que coûte.
C'est alors que l'amiral Connolly (DCNO), las de cet entêtement, tonna bien fort lors de son audition sur le programme devant le Congrès:
"Sénateur, la foi de toute la Chrétienté ne suffirait pas à faire du F-111 un chasseur !"
Cette phrase, prononcée avec tant de vigueur, suffit à enterrer le F-111 à jamais de l'inventaire de la Marine et, fit naître par la même occasion le projet de chasseur qu'attendait l'US Navy. Ce jour-là, elle gagna effectivement son propre chasseur de défense de la flotte… mais elle perdit un de ses meilleurs amiraux.
Car un amiral ne pouvait s'opposer au Secrétaire de la Défense Robert McNamara sans payer le prix.

Le F-111B est abandonné en 1968.
L'avenir prouvera que l'amiral Connolly avait vu juste, car un scandale éclata autour du F-111.
McNamara était au coeur de ce scandale financier, qui révéla que l'appareil de General Dynamics était bien plus coûteux qu'annoncé. Par chance pour McNamara, un autre scandale éclipsa cette affaire... Le Watergate.


Lire la suite:
Les débuts

Auteurs | Crédits | © Aéronavale & Porte-avions 2011-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com