AN/AWG-9

F-14 Tomcat
Caractéristiques:
Mise en service:14 Octobre 1972.
Retrait: En service (Iran).
Type: Radar longue portée Multi-mode et Doppler.
Constructeur: Hughes Aircraft.
Masse: 590 kg.
Altitude minimum de détection: 15 m
Altitude maximum de détection: 24 384 m
Mode:
Portée:
Fréquence: Bande X.
Capacité de tir:
-AIM-7 Sparrow.
-AIM-9M Sidewinder.
-AIM-54 Phoenix.
-AIM-120 AMRAAM (AN/APG-71).


Historique: On ne peut évoquer le F-14 Tomcat sans parler de son radar, l'AWG-9 qui sera tout au long de la carrière de l'appareil, le véritable coeur de système d'armes.

Comme l'AIM-54 et le réacteur TF-30, l'existence du radar AWG-9 débuta avec le programme de chasseur de protection de la flotte, le Douglas F6D Missileer.
Pour lancer et guider ses missiles longue portée AAM-N-10 Eagle, le F6D avait besoin d'un radar suffisamment puissant. La réponse vint avec l'AN/APQ-81 de Westinghouse.
Mais l'abandon du programme du F6D sonna le glas du développement de ce radar.

A la même époque, la société d'armement et d'électronique Hughes travaillait sur le projet d'un radar et d'un missile longue porte pour le projet du F-108 Rapier.
Ce programme fut lui aussi abandonné par l'USAF.
Mais avec ce missile AIM-47 Falcon et ce radar AN/ASG-18, Hughes venait de jeter les bases du futur radar AWG-9.

Lorsque le programme TFX et le F-111B furent lancés, le développement de l'AWG-9 était déjà bien avancé.

En raison de ces capacités exceptionnelles pour l'époque, le futur AN/AWG-9 fut tout naturellement maintenu par l'US Navy dans le programme de développement du F-14 Tomcat, une fois que la Marine américaine eu réussit à rejeter le F-111B.

Lorsqu'il entre en service, l'AWG-9 a une capacité de détection qui porte jusqu'à 160 km pour des appareils de la taille d'un bombardier (Tu-95, Tu-22, Tu-16).
Il est également "look-down/shoot-down", c'est à dire que l'appareil qui était doté de ce radar avait une vision vers le bas et une capacité de tir sur des cibles volant à une altitude inférieure à la sienne. Capacité très peu répandu au début des années 1970.
L'AWG-9 pouvait suivre vingt-quatre cibles potentielles, en afficher dix-huit sur l'écran radar du RIO et, assurer le tir et le guidage vers six cibles avec des vecteurs différents du missile AIM-54 Phoenix.

Hughes produisit six cents exemplaires de ce radar, dont soixante-dix neufs sont livrés à l'Iran avec les F-14A.
Avec le retournement politique dans ce pays, les USA comprirent que les secrets de l'AWG-9 n'allait pas tarder à être connu des adversaires de l'époque, à commencer par les Soviétiques.
Ils ne se trompèrent pas, car lors de la guerre Iran-Irak, la France ne tarda pas à livrer des Mirage F-1EQ qui avaient la capacité de brouiller le guidage du couple AWG-9/AIM-54 et même, d'utiliser l'émission de l'AWG-9 pour guider leurs missiles contre les F-14 Tomcat iraniens.

L'US Navy lança alors un programme de modernisation de l'AWG-9.
Ce radar devait avoir: -la capacité de guidage de l'AIM-54.
-resister aux contre-mesures développer pour contrer l'AWG-9.
-une capacité de détection et de suivi de vecteurs multiples à longue distance.

Le programme de l'AN/APG-71 était lancé.


AN/APG-71:



Historique:
Tout comme l'AWG-9, l'APG-71 est un radar multi-mode longue portée à capacité tout-temps, et à impulsion Doppler (bande X).
Pour répondre aux besoins de l'US Navy, il reprend la fonction principale de l'AWG-9: le guidage des AIM-54 Phoenix.
Même s'il est un dérivé de l'APG-70 qui équipe le F-15E Strike Eagle (86% de pièces communes entre les deux radars), le radar APG-71 du F-14D est bien une évolution de l'AWG-9. Evolution qui a sérieusement augmenter les capacités de détection et d'attaque du F-14 Tomcat.
La vitesse de traitement numérique des données est considérable par rapport à l'AWG-9. Tous les différents composants de l'APG-71 ont été conçus de manière à le rendre le moins vulnérable possible aux brouillages adverses.
Tout comme l'AWG-9, le nouveau radar dispose de plusieurs modes de détection, incluant une recherche appelée " recherche par feuilletage ". C'est ce mode de recherche qui lui permet de " trier " ses cibles selon un ordre prioritaire :
-gamme courte (chasseurs et missiles).
-gamme longue (bombardiers).

Comme l'AWG-9, l'AN/APG-71 peut accrocher 24 cibles simultanément et choisir les 6 plus menaçantes, et ordonner le tir des missiles du chasseur tout en continuant à suivre les 18 autres " à la trace ".
Cette fonction est à l'origine conçue pour permettre au F-14 Tomcat de " traiter " les formations compactes de bombardiers.

Par rapport à l'AWG-9, qui avait une portée effective de détection de 160 km - distance où il pouvait distinguer ses cibles en approche -, l'APG-71 dispose d'une portée de détection pratiquement sans égale : 740 km.
Mais avec une telle distance de détection l'appareil "illuminateur" perd toute sa discrétion. C'est pourquoi la portée la plus fréquemment utilisée est de 370 km.

Hughes a livré suffisamment d'APG-71 pour équiper les 55 F-14D Super Tomcat, avant que le programme ne soit arrêté, par mesure de réduction des coûts de production, avant d'être définitivement annulé.


Auteurs | Crédits | © Aéronavale & Porte-avions 2011-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com