Export, Marines Corps, USAF, les contrats manqués de Grumman.

Lorsque Grumman lança la production du F-14 Tomcat, l'US Navy était alors le seul client à avoir émis des commandes fermes pour son appareil.
Les années 1970 furent une époque charnière pour le potentiel militaire de nombreuses forces aériennes, l'avionneur chercha alors à se positionner sur plusieurs appels d'offres nationaux et étrangers.

F-14 Tomcat Dans un premier temps, le Marines Corps se montra particulièrement intéressé par le F-14 Tomcat. Les Marines étaient alors à la recherche d'un appareil capable d'assurer leurs missions de couverture aérienne et d'assaut.
Si le F-14 était déjà préparé pour assurer les premières missions, Grumman dut le modifier pour permettre à ce dernier d'embarquer des charges air-sol.
Pendant que Grumman s'appliquait à adapter le F-14 aux besoins des Marines, quelques équipages et mécaniciens de ce Corps furent détachés à partir de Décembre 1973, au VF-124 Gunfighters pour être qualifiés sur l'appareil. Cette formation se poursuivit jusqu'en 1976, époque à laquelle le Marines Corps abandonna l'idée d'acquérir des Tomcat, en raison du coût élevé de l'appareil.

Lors du lancement du F-14 Tomcat, Grumman proposa une version spécialement conçue pour l'USAF : Le F-14 IMI.
L'armée de l'Air américaine étudia succinctement le dossier présenté par Grumman, sans lui donner de suite, puisque le choix pour son nouveau chasseur se portait déjà sur le projet de McDonnell Douglas, le F-15 Eagle.

Grumman se tourna alors vers l'exportation.
En raison des qualités et des capacités du F-14 Tomcat, dont celles de son radar AWG-9, l'appareil n'avait pas pu être proposé à n'importe quelle force aérienne.
Pendant que Grumman finalisait sa vente de Tomcat avec l'Iran, le Congrès américain donna alors son accord pour quelques clients potentiels, auxquels Grumman proposa son F-14.
De tous ces clients potentiels, Grumman ne participa que pour trois d'entre eux à un appel d'offres, les autres tentatives allaient rester des approches sans suite et sans réelles études de la part de ces clients hypothétiques.

Les exportations manquées:


Royal Canadian Air Force (RCAF)
Canada
   
Heyl Ha'Avir
Israël

   
Nihon Koku Jieitai
Japon


Les tentatives sans suite:


Luftwaffe
République Fédérale d'Allemagne
   
Royal Australian Air Force (RAAF)
Australie


Auteurs | Crédits | © Aéronavale & Porte-avions 2011-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com