AIM-54 Phoenix

F-14 Tomcat
Caractéristiques:
Mise en service:  1974.
Retrait:  2004 (US Navy). En service ?? (Iran).
Type:  Missile air-air longue portée.
Constructeur:  Hughes Aircraft Co. et Raytheon Co.
Motorisation:  Un moteur-fusée Rocketdyne Hercules Mk47 MOD1 ou un Aerojet MK 60 MOD0
Longueur:  3,90 mètres.
Diamètre:  38,1 cm.
Envergure:  92,5 cm.
Masse:
Plafond de vol:
Distance de tir:
Distance d'engagement du mode actif: 11 nautiques
Distance de vol minimum avant acquisition: 2 nautiques
Vitesse:  4 800 km/h
Guidage:  radar Hugues DSQ-26 semi-actif et actif.
Charge militaire:
Déclencheur de la charge:  Détecteur infrarouge Bendix et un radar de proximité Downey Mk 334.
Coût: $477,131.
Image 2
Historique:

Lorque le programme de développement du futur avion de supériorité aérienne de l'US Navy fut lancé, il fut associé à un projet de missile air-air longue portée.

Ce projet d'armement est confié à la société Hughes Aircraft à la fin des années soixante, mais ce missile s'inscrivit dans un schéma particulier.
Alors que les missiles air-air à guidage radar standard s'adaptaient à tous les types d'appareils et à leurs radars, le programme de ce nouveau missile fut conçu autour d'un système d'armes complet
Ce système s'articula autour de deux éléments principaux, le missile bien-sûr, mais surtout le radar AWG-9 de Hughes Aircraft qui fut le seul capable d'assurer l'acquisition et le guidage de la nouvelle arme.
Pour finir, ce missile fut tellement imposant qu'il nécessita un appareil ayant une capacité d'emport de charge accrue, tout en alliant des capacités d'intercepteur.
Avec ces quelques données et alors que le programme fut encore sur les planches à dessin, l'US Navy sut déjà qu'elle devait se préparer à accueillir un appareil aux dimensions imposantes, ce fut en partie dans ce but qu'elle avait lancé son programme de porte-avions de plus de 80 000 tonnes, les Nimitz-Class.

En 1970, lorsque Hughes Aircraft lança définitivement le développement de son missile AAM-N-11, l'avionneur disposait déjà d'un aéronef en mesure de recevoir cet imposant missile air-air et son volumineux radar AWG-9.
Cet appareil, c'était le F-111-B.
Mais la version navale de l'appareil de General Dynamics ne se révélait pas à la hauteur des espoirs que l'US Navy avait misés en lui et, le programme fut abandonné.
Hughes se retrouva alors sans vecteur pour son radar et son missile longue portée. Mais cette absence allait être de courte durée.
Le programme de chasseur de supériorité aérienne lancé par l'US Navy allait en effet permettre à Grumman, avec son F-14, et à Hughes Aircraft de développer un des plus puissants systèmes d'armes des vingt années à venir.

Le missile AAM-N-11 prit alors la désignation d'AIM-54 Phoenix.
Le développement et les évaluations techniques du missile durèrent trois ans jusqu'en 1973.

L'AIM-54 Phoenix était un missile longue portée air-air à guidage radar semi-actif et actif.
Avec 3,90 mètres de long et une masse de 455 à 472 kg selon les versions, c'était le plus gros missile air-air jamais mis en service.
Ces mensurations imposantes étaient en rapport avec les capacités du missile.
Une portée de tir effective de 184 km et une vitesse de vol de 4 800 km/h.
Pour propulser ce missile, Hugues Aviation l'équipa du moteur-fusée à carburant solide Hercules Mk47 MOD1.

F-14 Tomcat L'AIM-54 avait une procédure d'attaque bien défini.
Une fois largué, le missile fonctionnait sur pilote automatique, puis il passait en guidage semi-actif, durant ces deux phases de vol il recevait ses corrections de cap du radar AWG-9. Avant son départ le missile avait déjà intégré des données fournies par le RIO assis en place arrière du F-14 Tomcat.
Dès son largage le missile accélérait jusqu'à sa vitesse de combat qui flirtait avec Mach-5. Dans le même temps, il grimpait à l'altitude de 30 000 mètres et cela, quelques soit l'altitude de vol de sa cible.
Arrivée à environ 11 nautiques de sa cible, le Phoenix passait en guidage actif en enclenchant son radar d'acquisition DSQ-26.
La phase finale d'attaque se faisait en plongeant sur la cible. L'AIM-54 arrivant toujours avec une altitude supérieure à son objectif, il déclenchait l'explosion de son ogive soit au contact soit en explosion de proximité, grâce à son radar Downey Mk-334 de proximité et de son détecteur infrarouge.

L'AIM-54 pouvait également être tiré sous deux modes différents, en tir moyenne portée, son radar DSQ-26 était en mode semi-actif dès le lancement et en tir à courte portée, le Phoenix avait son radar en mode actif dès le lancement. On notera bien-sur, que la courte portée pour un AIM-54 était comprise entre 2 et 11 nautiques.


L'AIM-54 Phoenix allait être développé sous quatre versions.

L'AIM-54A:
Cette version directement issue des travaux de l'AAM-N-11 fut développée pour le F-14A Tomcat.
La phase de test se termina en Novembre 1973 et la mise en service opérationnel eut lieu en Novembre 1974.
Durant sa période opérationnelle la version A allait recevoir plusieurs modifications afin d'améliorer les performances du missile.
Cette version ayant été mise en service de manière un peu précipitée, elle souffrit de nombreux défauts et d'une maintenance complexe qui altèra fortement la disponibilité et les performances de l'AIM-54A.
Malgré des modifications de son système d'attaque et de gestion de vol, la version A se révèlera décevante et, la portée effective de combat ne dépassa pas les 110 km.
Les principales améliorations de l'AIM-54A furent:
Lors de l'entrée en service de la version C, tous les AIM-54A furent retirés du service au sein de l'US Navy. La version A était également celle qui fut vendu à l'Iran.

L'AIM-54B:
Version prévue pour remplacer l'AIM-54A avec une électronique simplifiée pour diminuer le taux d'indisponibilité.
Cette version resta cependant à l'état de projet en raison de l'arrivée des systèmes électroniques numériques qui remplacent désormais les systèmes analogiques.

L'AIM-54C:
C'est la version principale du Phoenix.
La phase de test eut lieu de Mai à Novembre 1982 et la mise en service opérationnelle s'effectua en Août 1983.
Le système de guidage, de contrôle de vol et de contre-mesures furent améliorés.
La portée de combat de l'AIM-54 passa alors à 100 nautiques (environ 185 km). En cours de production la version C reçut également une nouvelle charge militaire à fragmentation. Elle remplaça la charge classique et augmenta la létalité du missile de 20 à 25%.

L'AIM-54C-ECCM/Sealed:
Identique à la version C dans son ensemble, ce Phoenix s'en distingua sur deux points:
La contre-partie de la suppression du système de refroidissement du missile, impliquait cependant une limitation de la vitesse de vol des F-14 Tomcat, lorsqu'ils étaient armés avec des AIM-54C-ECCM/Sealed.
La phase de test se termina en Juin 1985 et la mise en service opérationnelle s'effectua en Juillet 1988.


En plus de ces versions de combat, Hughes Aircraft allait fabriquer trois versions d'entraînement.

Auteurs | Crédits | © Aéronavale & Porte-avions 2011-2017, tous droits réservés

Ayez pitié de votre PC, choisissez un navigateur libre et sécurisé   a&eacuteronavale & porte-avions.com